Pular para o conteúdo principal

The Third Secret Controversy

The Third Secret Controversy—Part I

In recent years a controversy has been raging concerning what is commonly known as the "Third Fatima Secret." The focus of this controversy is the allegation that the Vatican has been conducting a cover-up of the true contents of the Third Secret and attempting to misinterpret the Message of Our Lady of Fatima. Before going into the details of this controversy, it is well worth the time to review the history and background of the Third Secret.

A Secret of "Three Distinct Parts"

It was during the third apparition of the Blessed Virgin Mary to the three children, Lucia dos Santos, Jacinta and Francisco Marto, on July 13th, 1917, that Our Lady revealed the "Great Secret." The fact that there was a Secret of immense importance became so well known, that in the following month, the children were apprehended by a local government administrator, in order to force them to reveal the Secret and prevent them from continuing to receive the apparitions of Our Lady. The children refused to reveal the Secret, even though the administrator threatened them with death.
It was not until 1941, that it became publicly known that the Secret was made up of "three distinct parts." In her Third Memoir, dated August 31, 1941, Sr. Lucia wrote, in obedience to her Bishop: "...the Secret is made up of three distinct parts, two of which I am now going to reveal. The first part is the vision of Hell… The second part refers to the devotion to the Immaculate Heart of Mary."

The First and Second Parts of the Secret

Sr. Lucia was ordered by her Bishop to amplify what she had written already. In her Fourth Memoir, dated December 8, 1941, Sr. Lucia gave the most detailed account of the first two parts of the Secret:
"Sacrifice yourselves for sinners, and say many times, especially whenever you make some sacrifice: O My Jesus, it is for love of Thee, for the conversion of sinners, and in reparation for the sins committed against the Immaculate Heart of Mary."
As Our Lady spoke these last words, She opened Her hands once more, as She had done during the two previous months. The rays of light seemed to penetrate the earth, and we saw as it were a sea of fire. Plunged in this fire were demons and souls in human form, like transparent burning embers, all blackened or burnished bronze, floating about in the conflagration, now raised into the air by the flames that issued from within themselves together with great clouds of smoke, now falling back on every side like sparks in huge fires, without weight or equilibrium, amid shrieks and groans of despair, which horrified us and made us tremble with fear… The demons could be distinguished by their terrifying and repellent likeness to frightful and unknown animals, black and transparent like burning coals. Terrified and as if to plead for help, we looked up at Our Lady, who said to us, so kindly and so sadly:
"Here you have seen Hell, where the souls of poor sinners go. To save them, God wishes to establish in the world devotion to My Immaculate Heart. If what I say to you is done, many souls will be saved and there will be peace. The war is going to end; but if people do not cease offending God, a worse one will break out during the pontificate of Pius XI. When you see a night illumined by an unknown light, know that this is the great sign given you by God that He is about to punish the world for its crimes, by means of war, famine, and persecutions of the Church and of the Holy Father.
"To prevent this, I shall come to ask for the consecration of Russia to My Immaculate Heart, and the Communion of Reparation on the First Saturdays. If My requests are heeded, Russia will be converted, and there will be peace; if not, she will spread her errors throughout the world, causing wars and persecutions of the Church. The good will be martyred, the Holy Father will have much to suffer, various nations will be annihilated. In the end, My Immaculate Heart will triumph. The Holy Father will consecrate Russia to Me, and she will be converted, and a period of peace will be granted to the world. In Portugal, the dogma of the Faith will always be preserved; etc. Do not tell this to anybody. Francisco, yes, you may tell him.
"When you pray the Rosary, say after each mystery: O my Jesus, forgive us our sins, save us from the fires of Hell. Lead all souls to Heaven, especially those who are most in need of Thy mercy."
In 1946 several historians of Fatima were able to secure more precise information on certain important points from Sr. Lucia:
Q. "When did you receive from Heaven permission to disclose the Secret?"
A. "In 1927, here at Tuy, in the chapel; but the permission did not apply to the third part of the Secret."
Q. "Have you spoken of it, then, to your Father Confessor?"
A. "Yes—at once."
Q. "What did he say?"
A. "He commanded me to write the Secret—except the third part. I think he did not read it. He gave it back to me. Shortly after I had another Spiritual Director who ordered me to burn it; after which he ordered me to write it again!"
Sr. Lucia smiled while recalling these episodes.
Q. "It seems regrettable that the secret was not published before the war?"
A. "That would have appeared regrettable indeed if the Good God had wanted to present me to the world as a prophetess; but I believe that was not His intention. Moreover, I think that in 1917 He could have commanded me to speak, whereas He commanded me to keep silent, and His order has been confirmed by His representatives. I think then… that God did not want to make use of me except to remind the world of the necessity of avoiding sin and of making reparation for offences against God by prayer and penance. Besides… I would, perhaps, have spoiled God's work. Silence has been for me a great grace. I thank the Good God for it; and I find that everything He does is well done!"
Q. "When writing the Secret, have you quoted literally the words of the Blessed Virgin?"
A. "Yes; when I write, I try to quote literally. I have then wished to write the Secret, word for word."
Q. "Are you sure you have recounted all of it?"
A. "I think so, and I have written the words in the same order as that in which they were said."
Q. "Did the Blessed Virgin really mention the name of Pius XI?"
A. "Yes. We did not then know if he were a Pope or a king; but the Blessed Virgin spoke of Pius XI."
Q. "But the war did not begin during the reign of Pius XI?"
A. "The annexation of Austria was the decisive cause. When the Treaty of Munich was concluded, my (religious) sisters rejoiced saying that peace had been preserved. Alas! I knew better!"
Q. "This 'strange light' on the night of 25th-26th January, 1938, astronomers call the Aurora Borealis. What do you think of it?"
A. "I think that if they examined the thing well, they would have perceived that, taking into the account the circumstances under which this light appeared, it was not and could not have been an Aurora Borealis."
Q. "In the Secret the Blessed Virgin says: 'To prevent this, I shall come to ask for the consecration of Russia, etc.' Did She come?"
A. "Yes, She came into my room on December 10th, 1925, with the Infant Jesus, asking for the five First Saturdays of the month… Then in 1929, in the chapel at Tuy, She asked for the consecration of Russia."
Q. "At what actual stage are we of the period mentioned in the Secret?"
A. "I think that you are at the period when false doctrine shall propagate its errors throughout the world" (More About Fatima, Fr. Montes de Oca).

The Third Part of the Secret

In her published Memoirs, Sr. Lucia wrote nothing distinctly revealing the third part of the Secret. It simply remained a secret. In October of 1943, however, after Sr. Lucia had recovered from a serious illness, she was commanded by her Bishop (who feared that the third part of the Secret might die with her) to commit it to writing. Sr. Lucia said of this event: "They have ordered me to write down the part of the Secret that Our Lady revealed in 1917, and which I still keep hidden by command of the Lord. They tell me either to write it in the notebooks in which I've been told to keep my spiritual diary, or if I wish, to write it on a sheet of paper, put it in an envelope, close it and seal it up" (La verdad sobre el Secreto de Fatima, Fr. Joaquín Alonso).
Sr. Lucia tried to obey, but felt herself impeded by causes which were, in her words, "not natural." Finally Our Lady appeared to her again and gave her the strength to comply with the Bishop's command. On January 9 of 1944, Sr. Lucia wrote to her Bishop: "I have written what you asked me; God willed to try me a little, but finally, this was indeed His will: it (the third part of the Secret) is sealed in an envelope and it is in the notebooks…" (Ibid.) From this statement, many infer that Sr. Lucia wrote two documents: one in a sealed envelope, and another in her personal notebooks.
Bishop da Silva with the Third Secret Envelope
Sr. Lucia sent the sealed envelope to her Bishop (Bishop da Silva of Leiria, Portugal) on June 17 of the same year. Upon the sealed envelope, Sr. Lucia had written: By express order of Our Lady, this envelope can only be opened in 1960 by the Cardinal Patriarch of Lisbon or the Bishop of Leiria. She also requested of Bishop da Silva that the sealed envelope "would definitely be opened and read to the world either at her death or in 1960, whichever would come first" (Ibid.) Two years later, when asked by Canon Barthas the reason for this date, she replied: "Because Our Lady wishes it so" (Fatima, Marveille du XXe Siècle, Canon Barthas).
Later Bishop da Silva placed that envelope in a sealed envelope of his own with the inscription: This envelope with its contents shall be entrusted to His Eminence Cardinal D. Manuel, Patriarch of Lisbon, after my death. However, this never happened; instead, for reasons never fully disclosed, orders came from Rome to deliver the envelope to the papal nuncio, along with the notebooks of Sr. Lucia and photocopies of all her writings on file in the chancery of Leiria. This was accomplished on March 16, 1957, and all these documents were delivered to the Vatican.
Safe in the Papal Apartment Containing the Third Secret of Fatima
Soon after it became known that Pope Pius XII had personally taken custody of at least part of these documents. A journalist for the magazine Paris-Match, Robert Serrou, was permitted to do a photo-story on the Papal apartments, on May 14, 1957. He was shown around by the Pope's German housekeeper, Mother Pasqualina. Mr. Serrou saw a small wooden safe on a table, bearing the inscription Secretum Sancti Officii (Secret of the Holy Office). When he asked her what it was, Mother Pasqualina replied, "The Third Secret of Fatima is in there…"
Numerous Church authorities promised that the "Third Secret" would indeed be revealed in 1960, including Cardinal Cerejeira of Portugal and Vatican Cardinals Ottaviani and Tisserant. But Pope Pius XII died in October of 1958. When 1960 came, an expectant world was told that John XXIII had decided not to comply with "Our Lady's wishes." A Vatican press release, dated February 8, stated: "Faced with the pressure that has been placed on the Vatican, some wanting the letter to be opened and made known to the world, others, on the supposition that it may contain alarming prophecies, desiring that its publication be withheld, the same Vatican circles declare that the Vatican has decided not to make public Sister Lucia's letter, and to continue keeping it rigorously sealed.
"The decision of the Vatican authorities is based on various reasons: 1. Sister Lucia is still living. 2. The Vatican already knows the contents of the letter. 3. Although the Church recognizes the Fatima apparitions, she does not pledge herself to guarantee the veracity of the words which the three little shepherds claim to have heard from Our Lady.
"In these circumstances, it is most probable that the Secret of Fatima will remain, forever, under absolute seal. (A.N.I.)"

The Neues Europa Text

It was with this ominous gloom that Vatican Council II was begun in October of 1962. One can imagine, then, the sensation caused in October of 1963, when a German periodical, Neues Europa, published what it claimed was an "extract" of the Third Secret.
We will give here a translation of that article, which appeared in the October 15th edition:
In Neues Europa of October 1, 1963, we already announced to our readers the publication of the following inquiry. Louis Emrich was able to obtain information of the highest interest on the third part of the message of Fatima. We are able to give our readers the content of the third message of Fatima under the form — that is, an extract — in which it was presented to the diplomats of Washington, London and Moscow, — The Editor.
What Neues Europa had already forecast in 1956-1958, i.e., that during the years 1963-1965 the conclusion of accords of worldwide significance would be reached between the Anglo-Saxon countries on the one hand and the Soviet Union on the other, has become reality with the agreement of August 6, 1963, at Moscow on the cessation of all further atomic testing in the air, on land and under water. To date over 90 governments have signed this agreement.
What is not as well known, on the other hand, is the fact that the Moscow accord was not only a happy result of worldwide diplomacy, but also of Vatican diplomacy. In effect it was the first time in the recent history of humanity, that in the conclusion of a political agreement of worldwide significance, the participants took into account essential factors originating from religious data. Paul VI permitted not only Kennedy but also Khrushchev to look at certain parts of the third message of Fatima which the Mother of God had revealed on October 13, 1917, to the little Portuguese seer Lucy. This message is so pressing that it even deeply impressed the circles of those persons who were employed in concluding the Vatican-Moscow accord.
I have done everything possible to procure for myself the original text of the third message of Fatima, but all my efforts remained futile. The Vatican has made all the arrangements for this document to remain a papal secret until a new order.
However, today I am in a position to communicate to readers of Neues Europa in all countries an extract of the content of the third Secret, in the form made available on inside information, in diplomatic circles of Washington, London and Moscow . . .
This extract of the third message of Fatima was also passed on to President Kennedy, to Prime Minister MacMillan, and to Khrushchev, so as to let them study it personally. This text played a great role during the signing of the Anglo-American-Russian accord at Moscow. The leaders of the two world political blocs were all shaken by its contents, just as were Pope Pius XII, John XXIII, and Paul VI. According to rumors emanating from diplomatic circles, the conclusion of the accord banning all further testing of atomic bombs was in great part the consequence of the profound impression left by the extract of the third message of Fatima on the competent diplomatic circles of Washington, London and Moscow. Although this document is not the original text of the message of Fatima such as it was revealed on October 13, 1917, by the Mother of God to the little seer Lucia, essential points of the original are nevertheless found there. It says:
It was the thirteenth of October, 1917. On that day the Holy Virgin appeared for the last time to the little visionaries, Jacinta, Francisco, and Lucia, at the end of a series of six apparitions in all. After the manifestation of the miracle of the sun at Fatima, the Mother of God revealed a special secret message to Lucia, in which she particularly stated:
"Do not worry, dear child. It is I, the Mother of God, speaking to you and asking you to proclaim in My name the following message to the whole world. In doing so, you will meet strong opposition. Be firm in your Faith, however, and you will triumph over all opposition. Listen and remember well what I am about to tell you:
"Men must become converted. They must implore pardon for the sins they have committed and for those they will commit again in the future. You have requested a sign by which all men would understand My utterances given to Humanity through you. This miracle—you have seen it this very moment. It was the great miracle of the sun! All have seen it—believers and unbelievers, peasants and townsmen, scholars and journalists, laymen and priests. And now, proclaim in My name:
"A great punishment will come over the entire human race, not yet today, nor tomorrow, but in the second half of the 20th Century. What I have already made known at La Salette through the children Melanie and Maximin, I repeat today to you. Humanity has not changed as God expected it to. It has sinned and trampled underfoot the gift it had received. There is no order anywhere. Satan rules even in the highest positions and determines the directions of things. He will succeed in worming his way even into the highest summits of the Church. He will succeed in seducing the minds of great scholars who invent armaments with which half of humanity can be destroyed in seconds. He will have the mighty among the peoples under his sway and will induce them to turn out mass productions of arms. If Humanity does not amend itself, I will be forced to let go the arm of My Son. If the mighty of the earth and of the Church do not oppose this, I, Myself will do it and I will ask God, My Father, to allow to come over men the punishment of His justice. Then it will be that God will punish men more harshly than He did by the Flood, and the mighty and the powerful shall perish along with the humble and the weak.
"But this will also be a time of great trials for the Church. Cardinals will be against Cardinals. Bishops will oppose Bishops. Satan will walk in their ranks. In Rome, there will be great changes. What is rotten will fall and what will fall will never rise again. Darkness will envelope the Church and the world will be thrown into a panic.
"The great, great war will come in the second half of the 20th Century. Fire and smoke will come down from the sky and the waters of oceans will turn into vapor; their form will explode towards the sky and everything that stands will collapse. Millions and more millions of men will perish from hour to hour and those who survive will envy those who have perished. Around and everywhere, there will be anguish, misery all over the earth and ruins in every country. Look, time is getting shorter and shorter, the chasm is getting wider and there is no way out; the just will perish with the evil ones, the mighty with the humble, the princes of the Church with the faithful, the sovereigns of the world with their people; everywhere death will rule in triumph, through the fault of mad men and the partisans of Satan, who then shall alone rule the world.
"It will be a time no king nor emperor nor Cardinal nor Bishop will expect, but which, nevertheless, will come to punish and avenge, according to the design of My Father. Later, however, when those who survive this are still alive, God and His Glory will again be proclaimed; God will again be served as in the old days when the world was not so corrupt. I call upon all the true disciples of My Son, Jesus Christ, all the true Christians and the apostles of the latter days! The time of times shall come and the end of ends, if Humanity is not converted and if this conversion does not come from the top, from those who lead the world and the Church. But woe, woe to Humanity if it is not converted; if this conversion is not forthcoming and if everything remains as it is now or gets worse. Go, My child, and proclaim it. For I will always be at your side and I will assist you."
I add once more that this is not the text of the original message such as the Mother of God revealed it on October 13, 1917, to the little seer Lucy, now a Carmelite, but an extract of the third message of Fatima such as is circulating this moment in diplomatic circles. I am assured that the authentic text of the message is even harsher and more overwhelming than the extract related above. However, it is not inevitable in its conclusions, because it places the conversion of humanity before its perdition. How will humanity decide? This question, before just as after, remains open. — Louis Emrich.
In 1981 Louis Emrich's widow, in an interview with Professor Hans Bender, revealed that her husband had conferred "for a very long time" with "a priest from Rome" before writing the 1963 article. Rome never issued any official denial of Emrich's text, which he reprinted in 1970.

Critics and Proponents of the Neues Europa Text

Those who categorize the Neues Europa text as a false version of the Third Secret generally do so for the following reasons:
1) It seems inconceivable that the Vatican would leak part of the Third Secret to world leaders, when it purportedly speaks of Satan walking in the ranks of Cardinals and Bishops—and this, while the Vatican was trying to paint such a rosy picture of Vatican II.
2) There is evidence, which will be discussed later, that the original Third Secret was written on one sheet of paper and that it is quite brief—perhaps 20 to 25 handwritten lines. The Neues Europa text is much longer. If handwritten, it would require several pages.
3) Many believe the words of Our Lady near the end of the Second Part of the Secret, "In Portugal, the dogma of the Faith will always be preserved; etc.", are a preface to the Third Part of the Secret. Clearly the contraction "etc." means that something Our Lady said has been left out. The Neues Europa text makes no such connection.
4) One of the statements attributed to Our Lady in the Neues Europa text appears to have been plagiarized from a well-known book.
5) In the July Apparition, Our Lady told the children to tell the Secret to no one. In the Neues Europa text, Our Lady is supposedly telling Lucia to "announce this" and "proclaim this."
6) The Great Secret with "three distinct parts" was, according to Sr. Lucia's Memoirs, given to the children at the July Apparition. The Neues Europa text has the Third Secret being given to Lucia after the Miracle of the Sun at the October Apparition.
7) No war greater than that predicted in the Second Part of the Secret broke out in the second half of the 20th century, and certainly there was no nuclear holocaust, as the Neues Europa text appears to predict.
8) In follow-up articles, Louis Emrich commits numerous factual errors and apparent fabrications; not unlike many journalists of today.
Proponents of the Neues Europa text appear to be unanimous in that they do not accept it wholly—indeed, neither did Louis Emrich, as we have seen. They agree with Emrich insofar as he claims, "...essential points of the original are… found there." Given the sources, it is to be expected that these "essential points" would have been enhanced and amplified, particularly with regard to the warnings about nuclear war. The sources clearly were interested in promoting public support for nuclear arms reduction. And given such enhancements, it would not be surprising for the sources to assign the Secret to the more well-known October Apparition, with its Miracle of the Sun, rather than the lesser known July Apparition. So according to the proponents, all the above objections become moot points—the only question being: is there any evidence that the Neues Europa text really contains "essential points" of the original Third Secret? The proponents answer in the affirmative, and here is some of their evidence:
1) Some Fatima experts have given credence to the Neues Europa text, including Fr. Messias Coelho. He did so on the authority of an unnamed Cardinal, who had read the original and had told him that the Neues Europa text fundamentally corresponded with it.
2) The unnamed Cardinal would appear to have been Cardinal Ottaviani. According to Vatican insider Msgr. Corrado Balducci, a Fr. Mastrocola, director of a religious newsletter Santa Rita, asked Cardinal Ottaviani for permission to reprint the Neues Europa text. "Do it, do it. Print ten thousand copies, twenty thousand, thirty thousand!" replied Ottaviani, who was custodian of the Third Secret and had read it. "Publish as many copies as you want, because the Madonna wanted it published already in 1960." With this endorsement, albeit unofficial, the Neues Europa text was widely circulated, and even republished in the L'Osservatore Romano Sunday edition of October 15, 1978.
3) While it has been rumored that Sr. Lucia rejected the Neues Europa text, this has never been proven (although it would not be surprising if this were true. As noted above, even Louis Emrich made it abundantly clear that the Neues Europa text was not the original). On the other hand, it is certain that in an interview with Fr. Augustine Fuentes, on December 26, 1957, Sr. Lucia made some statements which appear to confirm some "essential points" of the Neues Europa text:
"Father, the Most Holy Virgin is very sad because no one has paid any attention to Her message, neither the good nor the bad. The good continue on their way but without giving any importance to Her message. The bad, not seeing the punishment of God actually falling upon them, continue their life of sin without even caring about the message. But believe me, Father, God will chastise the world and this will be in a terrible manner. The punishment from Heaven is imminent. Father, how much time is there before 1960 arrives? It will be very sad for everyone, not one person will rejoice at all if beforehand the world does not pray and do penance. I am not able to give any other details because it is still a secret. According to the will of the Most Holy Virgin, only the Holy Father [Pope Pius XII] and the Bishop of Fatima [Da Silva] are permitted to know the Secret, but they have chosen not to know it so that they would not be influenced. This is the third part of the Message of Our Lady, which will remain secret until 1960.
"Tell them, Father, that many times the most Holy Virgin told my cousins Francisco and Jacinta, as well as myself, that many nations will disappear from the face of the earth. She said that Russia will be the instrument of chastisement chosen by Heaven to punish the whole world if we do not beforehand obtain the conversion of that poor nation.
"Father, the devil is in the mood for engaging in a decisive battle against the Blessed Virgin. And the devil knows what it is that most offends God and which in a short space of time will gain for him the greatest number of souls. Thus, the devil does everything to overcome souls consecrated to God, because in this way, the devil will succeed in leaving the souls of the faithful abandoned by their leaders, thereby the more easily will he seize them.
"That which afflicts the Immaculate Heart of Mary and the Heart of Jesus is the fall of religious and priestly souls. The devil knows that religious and priests who fall away from their beautiful vocation drag numerous souls to Hell. ...The devil wishes to take possession of consecrated souls. He tries to corrupt them in order to lull to sleep the souls of lay people and thereby lead them to final impenitence" (La verdad sobre el Secreto de Fatima, Fr. Joaquín Alonso).
4) In a letter which was purportedly addressed to John Paul II, dated May 12, 1982, Sr. Lucia gave more hints about the Third Secret:
"The third part of the secret refers to Our Lady's words: 'If not [Russia] will spread her errors throughout the world, causing wars and persecutions against the Church. The good will be martyred; the Holy Father will have much to suffer; various nations will be annihilated.'
"The third part of the secret, that you are so anxious to know, is a symbolic revelation, referring to this part of the Message, conditioned by whether we accept or not what the Message itself asks of us: 'If My requests are heeded, Russia will be converted, and there will be peace; if not, she will spread her errors throughout the world, etc.'
"Since we did not heed this appeal of the Message, we see that it has been fulfilled, Russia has invaded the world with her errors. And if we have not yet seen the complete fulfillment of the final part of this prophecy, we are going towards it with great strides. If we do not reject the path of sin, hatred, revenge, injustice, violations of the rights of the human person, immorality and violence, etc.
"And let us not say that it is God Who is punishing us in this way; on the contrary it is people themselves who are preparing their own punishment. In his kindness God warns us and calls us to the right path, while respecting the freedom He has given us; hence people are responsible."
5) In 1980 John Paul II met with a select group of intellectuals at Fulda, Germany. There he was asked, "What about the Third Secret of Fatima? Should it not have already been published in 1960?" John Paul's reply was, "Given the seriousness of the contents, my predecessors… preferred to postpone publication so as not to encourage the world power of Communism to make certain moves. On the other hand, it should be sufficient for all Christians to know this: if there is a message in which it is written that the oceans will flood whole areas of the earth, and that from one moment to the next millions of people will perish, truly the publication of such a message is no longer something to be so much desired…" (Stimme des Glaubens, October 1981).
6) On March 17, 1990, Cardinal Silvio Oddi, who had been a close friend of John XXIII, declared that the Third Secret "...has nothing to do with Gorbachev. The Blessed Virgin was alerting us against apostasy in the Church" (Il Sabbato, March 17, 1990).
7) In a personal letter to a Professor Baumgartner of Salzburg, Austria, Cardinal Luigi Ciappi revealed: "In the Third Secret it is foretold, among other things, that the great apostasy in the Church begins at the top" (Catholic, March 2002).
While not conclusive, all of these hints seem to indicate that the essence of the original Third Secret, like the Neues Europa text, has to do with an impending punishment of the world—a punishment which is both physical and spiritual, involving both Russia and an apostasy from the Catholic Faith.

Many were surprised, therefore, when on June 26, 2000 the Vatican revealed what it claimed was the genuine Third Fatima Secret; for the text of this version of the secret was not a message from Our Lady. Rather it was the purported description of a further vision granted to the three children at the July Apparition. The Vatican then attempted to interpret the vision and to put the whole matter to rest. That didn't happen. Immediately critics began to voice their suspicions, and a flood of evidence began to emerge. The criticisms and the evidence fall into three general categories: 1) that the "vision text" is a complete fraud; 2) that the "vision text" may be valid, but its interpretation by the Vatican is bogus; 3) that the "vision text" may be valid, but the Vatican is covering up the existence of a further text—the words of Our Lady explaining the vision and linked to the words, "In Portugal, the dogma of the Faith will always be preserved; etc." 

The Third Secret Controversy—Part II

Pilgrim Virgin Statue of Our Lady of Fatima with the Basilica Behind
After decades of silence, the Vatican revealed, on June 26, 2000, what it claimed was the genuine Third Fatima Secret. Many were surprised when the text of this version was not a message from Our Lady, but rather a purported description of a further vision granted to the three children at the July Apparition. The Vatican attempted to interpret the vision and put the whole matter to rest. That attempt failed, as numerous critics raised their suspicions immediately.

The 2000 "Vision" Text

The publication of the text was announced by Cardinal Angelo Sodano, at that time the Vatican Secretary of State. It included a commentary by Cardinal Ratzinger, then Prefect of the Congregation for the Doctrine of the Faith (now Benedict XVI), and an introduction by his secretary, then Archbishop Bertone (now Cardinal Secretary of State). The text is handwritten, purportedly by Sr. Lucia, on a sheet of paper folded to make four pages. Here is the text as it appears on the Vatican website, but with changes in the punctuation to match the manuscript:
J.M.J.
The third part of the secret revealed at the Cova da Iria-Fatima, on 13 July 1917.
I write in obedience to you, my God, who commands me to do so through his Excellency the Bishop of Leiria and through your Most Holy Mother and mine.
After the two parts which I have already explained, at the left of Our Lady and a little above, we saw an Angel with a flaming sword in his left hand; flashing, it gave out flames that looked as though they would set the world on fire; but they died out in contact with the splendour that Our Lady radiated towards him from her right hand: pointing to the earth with his right hand, the Angel cried out in a loud voice: PenancePenancePenance! And we saw in an immense light that is God: "something similar to how people appear in a mirror when they pass in front of it" a Bishop dressed in White "we had the impression that it was the Holy Father". Other Bishops, Priests, men and women Religious going up a steep mountain, at the top of which there was a big Cross of rough-hewn trunks as of a cork-tree with the bark; before reaching there the Holy Father passed through a big city half in ruins and half trembling with halting step, afflicted with pain and sorrow, he prayed for the souls of the corpses he met on his way; having reached the top of the mountain, on his knees at the foot of the big Cross he was killed by a group of soldiers who fired bullets and arrows at him, and in the same way there died one after another the other Bishops, Priests, men and women Religious, and various lay people of different ranks and positions. Beneath the two arms of the Cross there were two Angels each with a crystal aspersorium in his hand, in which they gathered up the blood of the Martyrs and with it sprinkled the souls that were making their way to God. Tuy-3-1-1944

Questioning the Authenticity of the "Vision" Text

The first group of critics either questions whether this text is authentic or dismisses it as a fake. Criticism concerning the sometimes curious wording is really inconclusive. For example, some find the words "bullets and arrows" to be ridiculously incongruous—but they are really not so. High-tech archery is still very much a reality. Others have found the word "corpses" (cadaveres in Portuguese) to be odd—that "dead" or "departed" would be more natural. But perhaps this was meant only to emphasize that corpses were seen in the "vision."
Far more suspicious is the fact that in Bertone's Introduction, a phrase has been edited out of a quotation from a letter by Sr. Lucia, purportedly written to John Paul II in 1982. We have already quoted this intriguing text and shall do so again from a different perspective. Here we wish to point out the portion (italicized) edited out by Bertone:
The third part of the secret, that you are so anxious to know, is a symbolic revelation, referring to this part of the Message, conditioned by whether we accept or not what the Message itself asks of us: 'If My requests are heeded, Russia will be converted, and there will be peace; if not, she will spread her errors throughout the world, etc.'
Disputed letter of Sr. Lucia
Critics reason that this omission is a deliberate deception, given the fact that, according to Bertone's own testimony, John Paul II had already read the Third Secret in 1981 and, therefore, could not be "so anxious to know" it. The letter, they argue, must have been addressed to someone else, if it is authentic at all. Given this deception, may not the "Vision" text be bogus as well? Strange to say, even if this letter is authentic, it contradicts the Vatican position in many ways, as we have already begun to see in Part I of this series.
Further sparking this controversy is the undeniable fact that there are significant differences in the handwriting depicted on the images of the manuscripts, which are posted on the Vatican's own website or published with Sr. Lucia's Memoirs. Allegedly, handwriting experts have maintained, though not conclusively, that at least some of the manuscripts were not written by the same person.
The fact is, though, that there are significant differences to be noted in all the manuscripts attributed to Sr. Lucia, from any given source. One such manuscript, describing the vision in which Our Lady requests the Communion of Reparation on First Saturdays, is even written in the third person. One explanation may be that Sr. Lucia did not have very elegant handwriting, and so various nuns might have been assigned to help her write the really important documents. While this explanation may be true of some documents, it is hard to imagine Sr. Lucia dictating the Third Secret to someone else. Yet, the handwriting of the Vatican's "Vision" text is among the more elegant of all the known samples alleged to be that of Sr. Lucia.
Vision text excerpt
Unless we were to know for certain, of the variety of samples available, which are truly that of Sr. Lucia, it is useless to compare handwriting. But the discrepancies certainly contribute nothing toward confirming the authenticity of the "Vision" text. And why are there quotation marks around certain phrases, as if they were the words of someone else?

Questioning the Vatican's Interpretation of the "Vision" Text

While the questions about authenticity may not have led to conclusive answers, critics are unanimous that the Vatican's spin on the meaning of the "Vision" is absurd. The interpretation is given chiefly in Bertone's Introduction and Ratzinger's Commentary, preceded by the Announcement of Sodano, which is where the spin began. Sodano attempted to prepare the world for the revelation of the "Vision" text by linking it to the failed assassination attempt on John Paul II:
According to the interpretation of the "little shepherds" ...the "bishop dressed in white"…is the Pope… he too falls to the ground, apparently dead, under a burst of gunfire. After the assassination attempt of May 13, 1981, it appeared evident… that it was "a motherly hand which guided the bullet's path," enabling the "dying Pope" to halt "at the threshold of death."… Even if the events to which the third part of the Secret of Fatima refers now seem part of the past… (Italics added)
And so the spin began. The "bishop in white" is only apparently dead, so obviously this must refer to John Paul II and his recovery. Sodano also mentioned the "fall of the Communist regime," hence the Third Secret is a done deal—it is "part of the past."
Bertone's Introduction to the "Vision" text, like almost everything Bertone has done in connection with the Third Secret, is an incredible mess. He mentions the failed assassination attempt of May 13, 1981 and then informs us that John Paul II subsequently read the "Third Secret" shortly thereafter. This was followed by an "Act of Consecration" of "all individuals and peoples" to the "Immaculate Heart of Mary," on March 25, 1984. Bertone attempts to prove that Sr. Lucia gave her seal of approval on this "Act," and that it fulfills Our Lady's request to Consecrate Russia to Her Immaculate Heart. In doing so, Bertone makes reference to a purported letter of Sr. Lucia, dated 8 Nov., 1989; then he solemnly declares, "any further discussion or request (that is, for a distinct consecration of Russia) is without basis." The problem is that the 1989 letter has been proven to be fake. The letter was not handwritten, but generated by a computer and printer, which Bertone himself later stated Sr. Lucia never used. The letter contains a blatant error that Sr. Lucia would not have made: a statement that Paul VI had consecrated the world during his visit to Fatima in 1967. He did no such thing. Bertone claims to have had lengthy conversations with Sr. Lucia (in fact, he comes up with a new one every now and then), and yet he brings forth no evidence that Sr. Lucia confirmed this letter or this "Act" during these conversations.
Bertone then quotes the "1982 letter" of Sr. Lucia, which we have already cited above, claiming that it gives an "indication for interpreting" the "Vision" text. Obviously he does so because it is the only reference he can give which calls the Third Secret a "symbolic revelation." But the rest of the letter contradicts the Vatican spin. As seen in full in Part I of this series, the letter not only links the Third Secret to Our Lady's warnings about Russia, but includes this telling contradiction:
...And if we have not yet seen the complete fulfillment of the final part of this prophecy, we are going towards it little by little with great strides...
This is the year after the assassination attempt; the letter does not even mention it, and seems to clearly indicate that the Third Secret is not yet fulfilled. This does not seem to concern Bertone. He simply declares, most solemnly, that it is all over:
The decision of... John Paul II to make public the third part of the "secret" of Fatima brings to an end a period of history marked by tragic human lust for power and evil...
One wonders, if the "decision" could work such marvels, why was it not made in 1960, according to the "will of Our Lady"? Wonder not, for Bertone supplies the answer! Consider this bombshell, supposed to be an account of one of the "conversations" with Sr. Lucia:
Before giving the sealed envelope containing the third part of the "secret" to the then Bishop of Leiria-Fatima, Sister Lucia wrote on the outside envelope that it could be opened only after 1960, either by the Patriarch of Lisbon or the Bishop of Leiria. Archbishop Bertone therefore asked: "Why only after 1960? Was it Our Lady who fixed that date?" Sister Lucia replied: "It was not Our Lady. I fixed the date because I had the intuition that before 1960 it would not be understood, but that only later would it be understood. Now it can be better understood. I wrote down what I saw; however it was not for me to interpret it, but for the Pope."
Conveniently, he omits to mention that Sr. Lucia had said expressly many times that it was Our Lady, just as she wrote on the envelopes! If Sr. Lucia really admitted this to Bertone, then she was confessing to an enormous fraud! But Bertone makes no mention of this whatsoever. And of course, this and every conversation he claims to have had with Sr. Lucia, is unsupported by any recording, transcript or witnesses.
Then we have Ratzinger's Commentary, in which he declares:
No great mystery is revealed; nor is the future unveiled. We see the Church of the martyrs of the century which has just passed represented in a scene described in a language which is symbolic and not easy to decipher.
So again, the mantra is: it's all over. And why should the text be so difficult to decipher? The rest of the Message of Fatima, including the first two parts of the Secret, is quite easy to understand. Why would Our Lady give us a Secret which remains a mystery even after it is revealed?
Ratzinger attempts to supply an answer with a lengthy theological discourse about private revelation and visions. While he maintains that the purported vision is no "fantasy," he nevertheless suggests:
The concluding part of the "secret" uses images which Lucia may have seen in devotional books and which draw their inspiration from long-standing intuitions of faith.
Even the L.A. Times picked up on this suggestion, with the headline: "The Vatican's Top Theologian Gently Debunks a Nun's Account of Her 1917 Vision that Fueled Decades of Speculation" (June 27, 2000).
Citing Sodano numerous times, Ratzinger once again tries to link the "Bishop dressed in white" who "was killed" with the 1981 assassination attempt. He concludes with one more round of the mantra:
Insofar as individual events are described, they belong to the past. Those who expected exciting apocalyptic revelations about the end of the world or the future course of history are bound to be disappointed.
Critics were not slow to express their disbelief. La Repubblica, one of Italy's major newspapers ran an editorial on June 27, 2000:
The celebrated "Third Secret" cannot be reconciled with the dramatic events of May 13, 1981. There is no Pope who falls "apparently dead." The scene is another. A Pope killed by "soldiers who fire bullets and arrows at him." It is no use to invoke the language of symbols and metaphor… [The vision text] points somewhere else entirely.
Many critics are convinced that if the "Vision" text and the "1982 letter" cited to support it were total frauds, surely the forgers would have come up with something less contradictory to their position and less laden with difficulties. There are so many problems, surely they could not have simply made them all up! So they maintain that the "Vision" text is probably genuine, and even perhaps the "1982 letter" (though obviously not written to John Paul II). They maintain further that there must be a portion of the Secret not yet revealed-words of Our Lady that would explain the "Vision," just as She had accompanied the vision of Hell (the first part of the Secret) with words explaining its significance (the second part of the Secret). As we shall see in the next part of this series, there is considerable evidence indeed that something is missing.

The Third Secret Controversy—Part III

Numerous critics believe the Vatican has not yet revealed the entire Third Fatima Secret.  In recent years, with the evidence mounting, the Vatican has gone to extreme measures to continue the cover-up.

The "Inside the Vatican" Report

On October 26, 2001, various Italian newspapers, and particularly Inside the Vatican, an independent religious magazine, ran the headline: "The Secret of Fatima: More to Come?" The gist of the article was the claim that Sr. Lucia had sent a letter to John Paul II warning him that his life was in danger, and that the events spoken of in the Third Secret had not yet occurred. The letter was said to have also included an appeal to fully reveal the Third Secret, together with a warning that "soon there will be great upheaval and punishment." "Bishop" de Sousa of Fatima apparently confirmed that a letter had been sent, but denied that it expressed fear for the "life of the pope."
The article also reported that an Italian priest, "Fr." Luigi Bianchi, claimed to have met with Sr. Lucia and, as a result, expressed doubt that the Vatican had fully revealed the Third Secret.  The article then gave a puzzling reply by "Cardinal" Ratzinger: "Recent rumors of a letter are only the continuation of an old polemic fed by certain people of dubious credibility, with the objective of destabilizing the internal equilibrium of the Roman Curia..." Now how on earth could "people of dubious credibility" succeed in "destabilizing... the Roman Curia," unless members of the Curia were in agreement with them, or perhaps supplying them with information.
The article maintained that it was not clear whether "Fr." Bianchi had obtained the necessary permission to speak with Sr. Lucia, thus underlining an amazing fact—Sr. Lucia was the only person on earth whom one needed a special permission from the Vatican to speak with. This was so even after the Vatican had supposedly revealed the entire Third Secret, but why? If there was nothing more to reveal, why the gag order? Why all the secrecy?

Two Parts to the Third Part?

Sr. Lucia had always maintained that the Secret of Fatima has three parts. But does the Third part have two parts?  The evidence that it does began as early as 1952, when Pope Pius XII sent an Austrian Jesuit, Fr. Joseph Schweigl, to question Sr. Lucia in her convent at Coimbra.  After the interview, which took place on September 2, Fr. Schweigl stated: "I may not reveal anything with regard to the Third Secret, but I am able to say that it has two parts: One part concerns the Pope.  The other part is the logical continuation—though I may not say anything—of the words: 'In Portugal, the dogma of the Faith will always be preserved etc.' "
Indeed, that the Third Secret contained the words of Our Lady, had already been revealed by Fatima expert Canon Casimir Barthas, after his interview with Sr. Lucia concerning the Third Secret on October 17-18, 1946.   Barthas had stated: "The text of the words of Our Lady was written by Sister Lucia and enclosed in a sealed envelope."  But the Vatican's version of the Third Secret contained no words of Our Lady!
Cardinal Ottaviani also interviewed Sr. Lucia concerning the Third Secret, in 1955.  He later revealed (in 1967): "She wrote on a sheet of paper what Our Lady told her to tell the Holy Father."   It is a well-known fact that Ottaviani had by this time read the Third Secret himself, and could not possibly be mistaken.  So where is this paper with the words of Our Lady for the Holy Father?

Bertone Claims to Have Another Interview

Undoubtedly feeling the pressure, Vatican II Secretary of State "Cardinal" Bertone, who, as we have seen, has been handling (or mishandling) the Third Secret case, claimed on Dec. 21, 2001, that he had conducted another interview with Sr. Lucia a month before.  Again there have been no transcripts, tapes or corroborating testimony ever produced.  We have only Bertone's word that he questioned Sr. Lucia for more than two hours.  Yet Bertone only supplies a few words which he attributes to Sr. Lucia: "Everything has been published; there are no more secrets."  Then he claims to have asked her: "Is it true that speaking to Rev. Luigi Bianchi and Rev. José dos Santos Valinho, you cast doubt on the interpretation of the third part of the 'secret'?"   Sr. Lucia is supposed to have answered: "That is not true.  I fully confirm the interpretation made in the Jubilee Year."  (It should be noted that the "Rev." José dos Santos Valinho mentioned by Bertone is Sr. Lucia's nephew.)  We have already seen the absurdities of the "interpretation" made by Sodano, Bertone and Ratzinger in the year 2000.  The idea that Sr. Lucia would "fully confirm" it is also absurd.  Was Sr. Lucia pressured into giving this answer?  Was Bertone fabricating the answer?  Or was this another example of the Vatican "spin" machine?  Bertone himself provided a clue in May of 2007.  When asked again whether Sr. Lucia had "accepted the interpretation" of Cardinal Sodano, Bertone replied: "Certainly, even if not in these terms."   Now clearly there is a world of difference between "fully confirm" and "not in these terms."
It should also be noted that Sr. Lucia is supposed to have published a 303-page book entitled, The Appeals of the Message of Fatima, one month before the alleged interview.  In the book's preface, written by the "Bishop" of Fatima at that time, it is stated that Sr. Lucia had asked permission to write the book in order to "answer multiple questions in a global manner, not being able to answer every person individually."  Yet there is nothing in the book about the one question which was clearly foremost—has the whole Third Secret been disclosed?  If it has, why not put the matter to rest and just say so in the book?  Some have suggested that this was Sr. Lucia's way of denying what was attributed to her.
Needless to say, Bertone's interview satisfied very few, if any, of the critics of the Vatican's position.

A Journalist and a Living Witness

Loris Capovilla
On July 5, 2006, a young journalist, Solideo Paolini, who was researching a book he intended to write on the Third Secret, was granted an interview by the then 92-year-old "Archbishop" Loris Capovilla, a former personal secretary of John XXIII.  When Paolini informed him of the subject of his enquiry, Capovilla replied, "No, look, also to avoid any imprecision, since it has been revealed officially, I will limit myself to what has been said."  Then smiling openly, he continued, "Even if I should know something else... I must limit myself to what is said in the official documents.  You write the questions and send them to me, and I will answer them.  I will search through my documents... and I will send you something I have, maybe a phrase."  Capovilla smiled again when he spoke these last words.  Before Paolini left, Capovilla lectured him a little on the danger of mistaking fantasies for something supernatural.  Paolini had the impression that Capovilla did not believe everything Sr. Lucia had written in the Third Secret, that he considered some of it to be inauthentic or a product of her imagination.
Paolini promptly sent his list of questions, and on July 18 he received a package from Capovilla.  It contained Paolini's list of questions with Capovilla's handwritten answers, together with some other documents.   In answer to Paolini's question about the existence of any unpublished portions of the Third Secret, Capovilla's answer was: "Nulla so!"   This is a Sicilian phrase meaning "I can't say!"  Italians use it jokingly, when they are making an obvious attempt to evade a question.  One of the included documents turned out to be the biggest single piece of evidence against the official interpretation, and for the existence of another text.  It was a "reserved note" by Capovilla, dated May 17, 1967, recording the precise circumstances surrounding Paul VI's reading of the Third Secret, kept in the Papal apartment, on June 27, 1963.  Comparing the document with the Vatican's official interpretation, Paolini realized that there were two huge discrepancies: Bertone had claimed that Paul VI did not read the Third Secret until March 27, 1965; he also claimed that the Third Secret was kept exclusively in the archives of the Holy Office.
Paolini telephoned Capovilla and asked about the dates.  Capovilla protested, "Ah, but I spoke the truth. Look, I am still lucid!"  Capovilla then apparently tried to brush aside the issue, but when Paolini insisted, he replied: "But I am right, because perhaps the Bertone envelope is not the same as the Capovilla envelope."  A stunned Paolini then asked the clinching question: "Therefore, both dates are true, because there are two texts of the Third Secret?"  After a brief pause, Capovilla dropped the bomb: "Precisely so!"
Capovilla letter
Above is a photocopy of Capovilla's "reserved note"; below is a translation.  Note that the Italian word plico can be translated as "envelope," "package," or even "file."
Thursday the 27th of June 1963, I was on duty in the Anticamera in the Vatican.  Paul VI in the early morning received among others, Cardinal Fernando Cento (who had been Papal Nuncio to Portugal) and shortly afterwards the Bishop of Leiria Msgr. João Pereira Venancio.  Upon leaving, the Bishop asked for "a special blessing for Sister Lucia."
It is evident that during the audience, they spoke about Fatima.  In fact in the afternoon the Substitute Msgr. Angelo Dell'Acqua telephoned me on Via Casilina (I was a temporary guest of the Sisters of the "Poverelle"):
"I am looking for the envelope of Fatima.   Do you know where it is kept?"
"It was in the drawer on the right hand side of the desk, named 'Barbarigo,' in the bedroom."1
One hour later Dell'Acqua called me back: "Everything is okay.  The envelope has been found."
Friday morning (28 June) between one meeting and another Paul VI asked me: "How come on the envelope there is your name?"
"John XXIII asked me to write a note regarding how the envelope arrived in his hands with the names of all those to whom he felt he should make it known."
"Did he make any comment?"
"No, nothing except what I wrote on the outer cover: 'I leave it to others to comment or decide'."2
"Did he ever return to the subject?"
"No, never. However the devotion of Fatima remained alive in him."
1 It is called thus because it belonged to St. Gregory Barbarigo.   John XXIII received it as a gift from Co. Gius. Dalla Torre (1960).
2 See the attached note of agenda of John XXIII, 10 November, 1959.
The attached note, handwritten by John XXIII, mentions a previous meeting with the "young Bishop of Leiria... Mgr. J. Pereira Venancio" concerning Sr. Lucia.  It closes with: "The Holy Office will take care of everything..."
Paolini visited Capovilla again in June of 2007.   This time the old man showed evident frustration and made it obvious that he was being pressured by the Vatican to turn over all his documents concerning the Third Secret.   But he continued to confirm everything he had told Paolini.  Then he hinted at the existence of an attachment to the four page Vision Text, and made Paolini understand that "Church authorities" had deemed that it contained only the "thoughts" of Sr. Lucia, or words that she might have thought were from Our Lady—but which they had decided were not authentic!

Battle of the Books

After the death of Sr. Lucia on February 13, 2005, a well-known Italian journalist and television anchorman, Antonio Socci, wrote an article for the newspaper, Il Giornali, in which he blasted the so-called "Fatima critics."  He maintained they were all crazy fanatics, who had no proof on their side.  Solideo Paolini answered this criticism with an article of his own.  To his surprise he later received a phone call from Socci, who sincerely wanted to know more about the subject.  Paolini later sent Socci his information about Capovilla.   In less than 2 years, Antonio Socci went from being an ardent believer in the Vatican's "interpretation" to being its most ardent critic.  After exhaustive research, Antonio Socci published in November of 2006 his book entitled The Fourth Secret of Fatima.  The author, who certainly can not be accused of being a fanatic partisan, made the Capovilla interview quite famous; which explains Capovilla's irritation at Paolini's last visit.
It also explains Bertone's frantic attempts at damage control.  Bertone, who by this time was 'Cardinal Secretary of State', decided to publish a book of his own.  In May of 2007, Bertone rushed to release his Last Visionary of Fatima (also called The Last Secret of Fatima), which is merely a transcript of his interview with a sympathetic journalist, Giuseppi De Carli, with a number of appendices.
Not surprisingly, Bertone claims in the book to have had yet another interview with Sr. Lucia, on December 9, 2003, but says nothing about what was said.  He claims that the three interviews lasted "at least ten hours" in total, and that he merely "took notes" instead of recording the sessions.  He also claims that, from the notes, he produced "edited minutes" of the meetings, which Sr. Lucia "signed with full conviction..."  Naturally enough, these signed "edited minutes" were never produced or published.
De Carli wanted to give the impression of asking "hardball" questions, so occasionally in the book he brings up a point of criticism; but he never really presses Bertone to answer the questions.  At one point he summarizes some of the evidence that the Third Secret was written on a single piece of paper, including the statement of Cardinal Ottaviani quoted above.  Then De Carli asks whether there might not be two documents—a single-page document and a four-page document. Bertone's replies:
The first document does not exist—it has never existed in the Archive of the Holy Office.  To arrive at the documents of the Archive three keys are necessary... I do not know what the words of Cardinal Ottaviani refer to.
Could it be that they refer to a document which existed somewhere else—the Papal apartment perhaps?  Later in the book Bertone is asked about the so-called "Capovilla envelope."  Rather than answer the question, he becomes indignant:
You know what they who use the magnifying glass of prejudice cling to?  They cling to the fact that in the "Secret" revealed there is not one word of the Virgin addressed to the shepherds... The words of the Virgin would have been temerariously censored, because they are considered devastating.   And on what stands the apodictic certainty that the "envelope" always remained in the "apartment," even in a drawer of the bedside table of the Pope?
Well, perhaps not always there, but that it was sometimes there is proven by Capovilla's document!  Oh, but to even look at that document would be to "use the magnifying glass of prejudice!"  But Bertone begins to slip when the issue of the "etc" is brought up:
One returns to the hashed and rehashed thesis that the attempt on the Pope of May 13, 1981 is not the content of the Third Secret. The "Third Secret" would be instead the sequel of the phrase "In Portugal the dogma of the faith will always be preserved etc..." that, according to the Fatimists, would be explosive.  After the "etc" there is, there would be, other text.
Oops! Note how the failed assassination of 1981 now is "the content of the Third Secret."  De Carli seems to realize that Bertone is losing it, so he frames his "question" in a way that mocks the critics:
That 'etc,' according to Socci and others... would allude to the text that the Vatican has not wished to reveal... because it is a boomerang against the Church.  The prediction of a planetary apostasy on the part of the Church.  An "Apocalypse Now" for Rome.  Rome will lose the faith and become the seat of the Antichrist.  The smell in the air of the smoke of Satan...
De Carli has his Secrets confused.  The line about Rome losing the Faith is from the Secret of La Salette.  But Bertone does not mind; he now can duck the issue again, by going slightly nuclear:
They are pure ravings.  Excuse me, you wish that the prophecy of Fatima concerns the apostasy of the Church of Rome?  Rome the place of the Antichrist?  With the love the Madonna has for the Pope and the Pope for the Madonna?  All the Popes of the 20th century, including Pope Ratzinger?   Books can be written... which denounce the presence of a conspiracy, a warped plot, to not speak the truth but to transmit it in code.  And he who can understand, let him understand.  No, it is a reconstruction, an inquest... I am amazed that journalists and writers who proclaim themselves Catholic lend themselves to this game.
Speaking of "pure ravings," he can't really mean that one of the Popes of the 20th century was a "Pope Ratzinger," can he?  But De Carli helps out Bertone again, by setting up yet another post mortem "confession" of Sr. Lucia.  De Carli asks:
On the envelope of the Congregation was written "1960."  It was necessary to open it in that year... It was a precise wish of Sister Lucia?
Of course, Sr. Lucia had written something quite different, as we have already seen, and will see again.  Bertone's reply:
I asked Sister Lucia: "Was it the Madonna who suggested that date, to indicate a deadline so precise?"  She responded: "It was a decision of mine because I felt that 1960 would be a date very far from the writing of the 'Secret' in 1944 and because I had thought that I would be dead in that year, therefore the last obstacle to the interpretation and to the disclosure of the secret would have been taken away.  The Madonna did not communicate anything to me in that regard."  ...It was a fictitious date and Lucia confessed it with disarming candor.  (What is this mysterious "last obstacle to the interpretation"?)
How convenient!  Of course, since she is dead, no one can ask her!  Besides the utter nonsense that is here ascribed to Sr. Lucia, note how much it differs from the previous "confession" in Bertone's 2000 Visioninterpretation (quoted in our last issue).
Not surprisingly, on May 12, 2007, just days after Bertone's book was released, Antonio Socci published this challenge in his column: "Dear Cardinal Bertone: Who—between you and me—is deliberately lying?"  As we shall see in the next part of this series, Bertone would go to great, even bizarre, lengths to meet this challenge.  But in doing so he would destroy whatever was left of his story.

The Third Secret Controversy—Part IV

Numerous critics believe the Vatican has not yet revealed the entire Third Fatima Secret.  In recent years, with the evidence mounting, the Vatican, and especially "Cardinal" Bertone, have gone to extreme and bizarre measures to continue the cover-up.

Porta a Porta

Bertone's media blitz began with a friendly ally.  Italy's popular Porta a Porta ("Door to Door") television show agreed to do a program aired on May 31, 2007, entitled: "The Fourth Secret of Fatima Does Not Exist."  Host Bruno Vespa and a team of celebrities generally listened as Bertone, via a remote feed, put on his presentation while seated on a gilt chair in the Apostolic Palace.  Of course, the author of The Fourth Secret, Antonio Socci, was not invited.
Bertone began by claiming that John XXIII and Paul VI "decided not to publish it because they did not hold so significant, probably, for the life of the Church, the publication of the Third Secret."  This is a direct contradiction of all the previous explanations given for the "absolute seal" under which the Third Secret was placed in 1960.
Bertone next said that although the Third Secret is "private revelation... the perception of the words from 1917 to 1944—because she (Sister Lucia) wrote the Secret in 1944—she therefore memorized and registered indelibly in her memory, this perception and this interior locution."   What was he talking about?  He had previously claimed strenuously that the Third Secret contained "not one word of the Virgin."  Was this a slip of the tongue, revealing that the Third Secret does contain Our Lady's words?  Or was he subtly suggesting that there is an inauthentic text, which only refers to an "interior locution"—but not to an authentic vision?
The program continued with a "voiceover," which made a weak attempt at summarizing the doubts and criticisms voiced by so many concerning the Third Secret, and especially that the full text had been withheld. Bertone's responses were amazingly evasive.  Rather than categorically denying the claim, he merely said, "It seems to me a phantasmagorical reconstruction... a little problematic." Seems to me?  A little problematic?   Continuing the self-contradictions he claimed, "I don't want to enter into polemics."  Then why was he on the show?
Bertone then launched into the authentic routine: "John XXIII and Paul VI had read the text of the Secret, the integral, authentic text and the only text written by Sr. Lucia... When John Paul II made the decision to publish the Secret—I was present at the time of the meeting—he decided to publish all that actually existed in the archives of the Holy Office..."  Of course!  He was not going to publish that inauthentic text kept in the papal apartments.  It is much conjectured that Bertone is not outright lying, but attempting to use mental reservation.  So his words could be taken to mean that there is an authentic text, and another text—the only one written by Sr. Lucia; OR that Sr. Lucia only wrote one authentic text, and anything else she may have written is not authentic.
The show was half over before Bruno Vespa would call for that which millions of viewers were really waiting to see—the opening of the envelope.  Here we must look back at Bertone's Introduction to the 2000 Vision Text.  There he had said: "Before giving the sealed envelope containing the third part of the 'secret' to the then Bishop of Leiria-Fatima, Sr. Lucia wrote on the outside envelope that it could be opened only after 1960..."  As we have seen, he later claimed that Sr. Lucia had told him that she, not the Blessed Virgin Mary, had invented that date.  Now Bertone had to face the music.  How was he to explain that the facts were actually quite different?   And how was he going to explain away Capovilla's testimony about two envelopes and two texts?  The best he could do was to attempt to confuse the audience.   Like a magician pulling scarves out of his sleeve or coins out of his ear, Bertone proceeded to produce not one, not two, but FIVE envelopes!
First Envelope
The first was obviously a smoke screen: "First I will show you the orange envelope... the Italian translation of the Third Secret of Fatima, March 6, 1967.  We are in the times of Paul VI: this is the envelope that always accompanied the envelope, the older authentic envelope, that contains the original of the Third Secret..."  Bertone did not show the contents of the orange envelope, but merely held it up for the camera.  Even this diversion would cause him more problems, as part of the writing of the envelope was an inexplicable Roman numeral "II".  Is there another envelope bearing the Roman numeral "I"?
Second Envelope
"And now we come to the white envelope.  This is the first envelope, very large, you can see, with the writing of Bishop Jose da Silva, Bishop of Leiria.  An envelope written by the Bishop of Leiria that contains the other envelopes until the authentic envelope that contains the Third Secret."  This outer sealed envelope does appear to be identical to that which was photographed with Bishop da Silva.
Third Envelope
Next, Bertone pulled out a smaller yellowish envelope, which was addressed to Bishop da Silva, presumably by Sr. Lucia herself. Bertone pointed out that it is "without seals because it was put inside the large sealed envelope."  This explanation would turn out to be damaging to Bertone, as we will soon see.
Fourth Envelope
Bertone proceeded to withdraw "a further envelope, with seals, and with the writing of Sr. Lucia, the authentic writing of Sr. Lucia, where she speaks of the year 1960..."  Bertone then displayed and read aloud that which he had so often contradicted before: "By express order of Our Lady, this envelope can only be opened in 1960 by the Cardinal Patriarch of Lisbon or the Bishop of Leiria."  As if nothing were amiss, Bertone then pulled the last rabbit out of his hat.
Fifth Envelope
Incredibly it was another envelope!  Inside the sealed one!   And what was written on it?  Why exactly the same words: "By express order of Our Lady..."!  Bertone omitted to say what the camera was able to pick up—that this envelope was also sealed!  Why on earth would anyone put a sealed envelope inside another sealed envelope, with identical instructions, inside an unsealed envelope?  Did Bertone really expect the viewers, and the rest of the world, to believe this?  Especially after the publication of his book, Last Visionary, in which he had given yet another different explanation of the packaging of the Third Secret?  Just a few weeks earlier he had said there were only two envelopes: "An external with the note 'Third part of the Secret' and an internal of Sr. Lucia with the date '1960'."  In 2000 he had, as we have seen, stated exactly the opposite.  What he had now revealed on television was totally different to both!
Is it any wonder that so many people believe there must be another text?  Since there are, in fact, two sealed envelopes, both bearing the express order of Our Lady, is it not reasonable to assume that there must have been two texts—one inside each envelope?  That there were more than one outer envelope is to be expected.  But where is the outer envelope described by Capovilla—the one with his handwriting on it?  And where is the one, described by Bertone in his book, with the note, "Third Part of the Secret"?
Vision Text
Finally Bertone pulled from the last envelope the expected Vision Text.  But it was not on four sheets of paper, as the Vatican website had made it appear, but on one sheet folded to make four pages—a folio of ruled notebook paper.   Now, it was all beginning to fit.  Recall that Sr. Lucia had written to Bishop da Silva in 1944: "...it (the Secret) is sealed in an envelope and it is in the notebooks."  She had earlier told Fr. Alonso that she was instructed to "write it in the notebooks in which I've been told to keep my spiritual diary, or if I wish, to write it on a sheet of paper, put it in an envelope, close it and seal it."  Sr. Lucia must have done both.  She wrote something on a sheet of paper and something in a notebook.  Both writings were then put in sealed envelopes.  But Bertone had only revealed the notebook writing.  In his book, Last Visionary, Bertone claims that Sr. Lucia had authenticated her writing in these words: "Yes, these are my sheets of paper... they are the sheets of paper that I used..."  Bertone was only producing one sheet of paper!
But Bertone wasn't finished contradicting himself and history.  He went on to maintain that "there was only this folio in the archive of the Holy Office in 1957, when by order of Our Lady and the Bishop of Leiria, Sr. Lucia accepted that the Secret be brought to Rome from the archives of the Patriarch of Lisbon..."  The historical record clearly shows that the Third Secret was personally delivered by Bishop Venancio from the chancery of Leiria to the papal nuncio in Lisbon, Msgr. Cento, who took it directly to Rome.  So unless Bertone is fabricating details, there must be another text—one that did not come from the archives of the Patriarch of Lisbon.
The program's team of experts had to make themselves appear useful somehow, so one of them, Marco Politi, while politely stating, "we are in agreement with Cardinal Bertone that there do not exist other documents," nonetheless pointed out, "...however there are oddities... Cardinal Ottaviani said that, as far as the contents, it was 25 lines, while here we have a text of 62 lines.  Papa Wojtila, to a group of German intellectuals, hinted that the Secret of Fatima speaks of great trials that await Christianity..."
Not surprisingly Bertone ignored the second problem.   He did concede the first as fact, but then engaged in some fuzzy math to try to explain it away: "To me it was a little amazing that Cardinal Ottaviani had said categorically a sheet of 25 lines, because the Cardinal, the Pro-Prefect of the Congregation of the Holy Office, had in his hand physically and at different times the Third Secret, also showing it himself to the plenaria (full assembly) of Cardinals (remember, that earlier in the program, Bertone has said that the Vatican did not consider the Third Secret to be "so significant")... maybe Cardinal Ottaviani held it in his hand like this (holding up one side of the folio) and one sees that there are... 16 lines (on page 4) plus 9 (on page 1)... Therefore, 16 plus 9 are 25, without counting the following pages.  This could be an explanation." The trouble is that the total number of lines on the indicated pages is 30, not 25.  It is inconceivable that this could have been an "honest mistake" on the part of Bertone.  It is also inconceivable that Ottaviani could have failed to look on the other side of the folio.
In the final minutes of the broadcast, the "1960 problem" was brought up again.  Vespa reminded Bertone, "But you, Cardinal, said that Our Lady said not before 1960."
Bertone raised his hand defensively and insisted, "Yes, a prescription of the Virgin.  But I asked her: 'Is it really the Madonna who ordered that the envelope not be opened before 1960, or was it you who set that date?'  And Sr. Lucia answered me literally: 'It was I who set that date.'  The Madonna did not want that the Secret be known.  This is a firm point, even if she decided to write it with the permission of the Madonna, but to deliver it as a secret that could not be published.  'It was I who thought that 1960 would be a term sufficient to be able to open the envelope.'  And she said, 'And I thought that perhaps I would be dead and not be involved in the Secret'."
This was now the third widely different version of Sr. Lucia's "confession" Bertone had given over the course of seven years.   This explanation was the most bizarre of all.  If Our Lady did not want the Secret to be known, why would She give permission to write it down?  And what about the fact that this claim of Bertone makes Sr. Lucia out to be a lying fraud?  In his book, Last Visionary, written just weeks before, Bertone made her out to be a saint!
Bertone next gave his fifth different version of Sr. Lucia's alleged acceptance of the Vatican interpretation of the Third Secret—linking it with the failed assassination attempt on John Paul II; this was followed by his fourth different version of Sr. Lucia's alleged acceptance of John Paul II's "consecration of the world."

Vatican Radio

Perhaps realizing that his performance was not convincing, Bertone arranged for yet another interview, six days later, on Vatican Radio. After describing Sr. Lucia as "a Sister who had memorized with a meticulous perfection everything that 'Our Lady'... had communicated to her...", Bertone gave his sixth different version of Sr. Lucia's alleged acceptance of the Vatican interpretation.  He was then asked for his "opinion" about the possibility that not everything had been revealed.   "I am firmly convinced by the documentation that was in the Secret Archive of the Holy Office... and by the explicit declarations of Sr. Lucia in the presence of the Bishop of Fatima, that there is nothing else: the Third Secret is this, from the first to the last word."  Firmly convinced?  Shouldn't he be certain?   What explicit declarations?  Where are the transcripts?  What did she say?  Bertone was only digging himself a deeper hole by these reckless statements.
Bertone continued with more fuzzy math: "There are 62 lines.  Here, if you like, 25 lines from one side of the folio—as is cited by Cardinal Ottaviani, who spoke of a folio of 25 lines, I have also attempted perhaps to interpret, to explain, to justify this affirmation of Cardinal Ottaviani; and then the other lines—16 plus 16—from the other part of the folio and therefore there is nothing else!  Now, I cannot accept that there are other secrets, that there is a fourth secret."  He only succeeded in underlining the fact that no combination of pages equals 25, and yet Ottaviani did indeed say "25 lines."
What about the famous "etc"?  To Bertone it doesn't exist.  It has been virtually replaced by ellipses ("..."): "That famous phrase 'In Portugal the faith will always be kept intact' is contained in another writing of Sr. Lucia and closes with ellipses, as we know, a part of the memoirs of Sr. Lucia.  Enough: there is nothing else!"   Not only has Bertone changed the wording—it should be, "In Portugal the dogma of the faith will always be preserved"—but changing "etc" into "..." makes a world of difference.  While they may mean the same thing, ellipses are often used, when quoting someone's words, to indicate that a sentence was not completed by the speaker.  The "etc" of Sr. Lucia's memoirs clearly indicates that spoken words have been left out!
Bertone again failed to even mention Capovilla's testimony.  But this sore spot could not be left untreated for long.

Telepace

The venue chosen to attempt to defuse Capovilla's testimony (after a rather lame interview published, of all places, in a women's fashion magazine), was an event held on Sept. 21, 2007 and televised on the Telepace religious network.  Bertone's alleged reason for the event was to "present" his book, Last Visionary.  Since his book had been published and "presented" months before, it obviously had another purpose.   After Vatican security had physically removed Antonio Socci and Solideo Paolini from the premises, the show began with, strangely enough, the retired "bishop of Fatima", Serafim de Sousa, announcing that he had come to say "nothing, almost nothing. I wish to testify only to one fact and it is the following..."  He then stated that he had been present when Sr. Lucia had authenticated "the original envelope which contained the secret."  The show had just begun and already there were more holes in the story.  Bertone had shown two "original" envelopes on television.  De Sousa said nothing about the "explicit declarations" mentioned by Bertone in his radio interview.  He said nothing about Sr. Lucia's supposed confession about the 1960 date.  And yet Bertone had stated that De Sousa was present for both of these incredible events.
De Sousa finished by repeating the authentic mantra: "The Secret of Fatima has now been revealed in an authentic and integral way."  Now why did he even use such language if there were nothing to hide?
The surprise guest of the show was really no surprise.  A carefully edited videotaped interview with Capovilla was then played.   And it was no surprise that the interviewer was Giuseppe De Carli, Bertone's collaborator in the Last Visionary.  De Carli began by maintaining that Capovilla was "notwithstanding his advanced age, a miracle of lucidity" and that "the precision of his recollection is absolute."  Indeed!  De Carli then read part of a dossier sent to Bertone by Capovilla: "The assertion which has come to be attributed to me, according to which I would have explicitly declared that there is a part of the Third Secret not revealed, is not borne out by any document."   Very clever.  True, he did not declare it in a document; he declared it verbally to Solideo Paolini, and backed up his declaration with documents.
De Carli asked Capovilla: "In the text read by you in 1959 it speaks of a 'bishop dressed in white' who is killed at the foot of a large cross?"
Capovilla answered, "Yes, it speaks of this; this appeared to us to be the nucleus of that private revelation..."  The nucleus?
De Carli: "And why, according to you, does it continue to be written that John XXIII would have read not this text, but another text, the so-called 'Fourth Secret' that the church would have thus far kept hidden?"
Capovilla: "How can it be said that it was hidden?  The Third Secret was read by John XXIII; I, his little secretary, have seen it... Tardini... Samore... Dell'Aqua... Ottaviani... Agagianian... Sigismondi, saw it."  Incredibly, Capovilla did not deny that there exists another text; he only denied that it has been hidden, because a handful of people have seen it.
De Carli: "And the conclusion of this collective reading?"
Capovilla: "That none of those who had read the text asked John XXIII to publish it, to speak of it.  He hesitated, then decided: 'I have seen it, I have read it, we will reseal it.'  He dictated to me a text to write on the envelope: I give no judgment.  He deferred to others: to a commission, to a congregation, or to his successor."  Capovilla had just confirmed the document he mailed to Paolini, and underscored the fact that, in spite of the five envelopes shown by Bertone, there was still at least one missing, bearing Capovilla's notation.
Capovilla was never shown the text published on the Vatican website or on Porta a Porta, when it could so easily have been done to obtain his verification.  Instead, the man with the amazing memory and lucidity stated that he didn't know how long the Third Secret was or how many pages it was written on.
De Carli continued: "Can we affirm, after what you have said, that the secret read by John XXIII is not the 'Fourth Secret', but is, simply, the Secret published and discussed by the Congregation for the Doctrine of the Faith?"
Capovilla: "I will tell you more.  When I heard talk of 'Fourth Secret' I was amazed.  It had never passed through my head that there exists a fourth secret.  No one had said that to me, neither have I affirmed anything of that kind."  Of course not; The Fourth Secret is part of a book title.  Both these gentlemen know very well that the issue is not a "fourth secret," but rather a missing part of the Third Secret.
The videotape ended, and De Carli then solemnly defined to the live audience, "I conclude, therefore, there is not a Capovilla envelope in contrast to a Bertone envelope.  The two envelopes are the same document."  If this is so, then why didn't Capovilla just say so himself?   Why does De Carli have to "conclude" on his behalf?
The reader may be asking at this point, what exactly was edited out of the videotape?  Just a couple of bombshells, which fortunately have survived via transcripts. Here is the first:
De Carli: "He (John XXIII) also read the translation from Portuguese to Italian?"
Capovilla: "Yes, certainly."
The reader may remember Envelope No. 1, shown by Bertone on Porta a Porta.  He said it contained the translation of the Third Secret.  It is dated 1967—after the death of John XXIII.  Evidently there was a translation available in 1959.  So why would there be a second translation—unless, of course, there exist two documents.  This would explain the Roman numeral "II" on Bertone's orange envelope.
Bombshell number two consisted of De Carli trying to explain away the fact that Paul VI had read two documents at two different times:
De Carli: "Paul VI read the same message two times.  Is that so?"
Capovilla: "Yes, it is so."
De Carli: "The first time was... June 27, 1963; the second, March 27, 1965."
Capovilla then repeated exactly the same story he had given Paolini documented evidence of—that in 1963 Paul VI read the text of the Third Secret kept in a desk in the papal apartments.  Capovilla ended his statement with the clincher: "The envelope was resealed and I don't know if it was spoken of further."
This entirely blows away the Vatican's official version, published in 2000, which stated: "...John XXIII decided to return the sealed envelope to the Holy Office and not to reveal the third part of the 'secret'."  And again: "Paul VI read the contents... on 27 March, 1965, and returned the envelope to the Archives of the Holy Office, deciding not to publish the text."  So John XXIII returned an envelope to the Holy Office.  This cannot be the same envelope spoken of by Capovilla.  It was the "Holy Office" envelope, and not the "Capovilla" envelope that Paul VI read in 1965.  No wonder that, in spite of De Carli's carefully leading questions, Capovilla's response had to be edited out of the videotape.
In the end Bertone's media blitz had only made things much worse for him and the cover-up.  Not only was there no real denial of Capovilla's testimony about a missing second text, there were numerous confirmations of the evidence supporting its existence.  Before Socci and Paolini were thrown out of Bertone's TV show, they were able to play for reporters an audiotape of Capovilla's statements to Paolini.  On the tape Capovilla can be heard saying: "Besides the four pages there was also something else, an attachment, yes."  This fact was published in a major Italian newspaper, Il Giornale. The mystery continues.........

The Third Secret Controversy—Part V

Sr. Lucia with Bishop da Silva
Sister Lucia with Bishop da Silva in 1946

Were there Two Sister Lucias?

This kind of topic is rather unsavory in itself, as it invokes memories of silly conspiracy theories, including one, some years ago, that featured photo enlargements of the ears of Paul VI. It would not be worth mentioning in this Series, were it not for the fact that some rather serious-minded sources are suggesting that the Vatican II Era Sr. Lucia was not the same person as Pre-Vatican II Era Sr. Lucia. The theory, if it were true, would explain a lot of difficulties encountered by those who believe the entire Third Secret of Fatima has not yet been divulged publicly. It would explain why Sr. Lucia apparently never complained about this. It would explain the absurd "confession" which Sr. Lucia was supposed to have made about the "1960 date." It would explain why the Vatican II Era Sr. Lucia seemed so carefree and lighthearted, while the Pre-Vatican II Era Sr. Lucia was always seen to be so grave and concerned. But therein lies the danger—one might give too much credence to the evidence out of a sense of preference, rather than on its merits. One might prefer to believe it, and therefore assume too much.
Sr. Lucia 2000Sr. Lucia 1946Lucia 1917 Sr. Lucia 1967
In 1967, no one thought to question whether these two photos were of the same person.  They seemed similar enough.
(Left) Sr. Lucia in 1946.  Is this the same person as the 1967 "Sr. Lucia"?
(Right) "Sr. Lucia" in 2000.  Does she match 1967, 1946, or both?
With this danger clearly in mind, we intend to give a well-balanced view of the photographic evidence, together with scientific opinion on the subject of facial aging.
The reasoning behind the theory runs thus: Sr. Lucia was a Dorothean nun when she revealed the first two Secrets, together with the existence of the Third. Some years later, in 1948, she obtained permission to practice her religious life in a strict cloister. She was sent to the Carmel of Coimbra, where, naturally enough, she was seldom photographed. She did not emerge into public view until 1967, at the celebrations for the 50th Anniversary of the apparitions. Then she appears somewhat different from the photos of her taken only 20 to 25 years previously. But no one noticed this, because the older photos were practically unknown—only photos of her as a young girl at the time of the apparitions had been widely distributed. So the thinking is that a switch was made to avoid conflict over the Third Secret, presumably in the early 1960';s. There have been claims that the real Sr. Lucia died—even that she was murdered—around the year 1960, but there has been no substantial evidence to back up those claims. So we will examine here only the theory that there were two Sr. Lucias: a pre-1960 "Sr. Lucia I" and a post-1960 "Sr. Lucia II."
Sr. Lucia 1946
We begin with the short verbal description of Sr. Lucia's appearance, made by the author William Thomas Walsh after he had interviewed Sr. Lucia in 1946: "[Lucia's teeth] were large, projecting and irregular, causing the upper lip to protrude and the heavy lower one to hang, while the tip of her snub nose turned up more than ever. Sometimes her swarthy face suggested a nature that could be sullen, stubborn and defiant, if not perverse. But the appearance was deceptive, for under the stimulus of any emotion, the light brown eyes could flash or twinkle, and the little dimples that creased her cheeks when she smiled contributed to an expression quite charming." (Our Lady of Fatima, p. 11)
Sr. Lucia 1967
Next we have the points of difference noticed in an article (The Two Lucys—Photos and Facts) by Dr. Marian T. Horvat, which we have extracted and numbered, so that they may more easily be compared with scientific comment. We are omitting several points which appear to be too subjective. To be perfectly fair we are also omitting nearly all the photos provided by Dr. Horvat, which compare the 1946 Sr. Lucia with the "Sr. Lucia" of advanced age only, not the 1967 photos. We do provide photos from the official Fatima website (it is not known, however, whether any of these photos have been altered).
1) "The natural line of the thick, heavy eyebrows of Sister Lucy I is straight. The brows extend into the forehead area above her nose and past the inner corner of her eyes. The eyebrows of Sister Lucy II... are not straight, but slightly arched and taper off; the arch begins directly over the eye. There is a broad space without brows above the nose between the two eyebrows."
2) "When Sister Lucy I smiles, her upper cheeks appear like two small round apples. Although the cheeks of Sister Lucy II are partially covered by her large glasses, it seems clear she lacks these bulges."
Sr. Lucia 2000
3) "I could not find any photo of Sister Lucy I, smiling or serious, with her nostrils open. They do not flare naturally. All the photos of Sister Lucy II, however, show her with her nostrils flaring. They open naturally"
4) "Under the apple cheeks of Sister Lucy I are definite dimple creases... But the cheeks of Sister Lucy II are flat and broad, with no creases or dimples when she smiles."
5) "In his description of Sister Lucy, Walsh also notes her protruding upper lip and 'heavy lower one' that hangs. The two lips have different widths. The lips of Sister Lucy II, however, are flat, thin, tight and of an equal width."
Sr. Lucia 1967
6) "When Sister Lucy I smiles, the ends of her mouth point upward. But when Sister Lucy II smiles, the ends of her mouth point downward."
7) "Another distinguishing feature of Lucy as a child that can be seen in her photos up to age 40 is a protuberant muscle in the middle of her chin, pronounced enough to form a dimpled area underneath. But this muscle never appears in the photos of Sister Lucy II."
Sr. Lucia 1967
8) "Sister Lucy I's chin is strong but not salient. On the contrary, the chin of Sister Lucy II is a prominent chin. The latter has a square jaw, which does not appear in the photos of Sister Lucy I— The chin of Sister Lucy I, even though she is younger and not overweight, recedes sharply into her neck, with the tendency to disappear into a double-chin. However, the chin of Sister Lucy II, although she is older and heavier, juts forward and outward. It is so prominent that it forms a kind of platform extending out further than her nose." That it really extends further than the nose does not appear to be true of all the photos, such as that on the right.
Sr. Lucia 2000
9) "...the profile of her (Sister Lucy I's) nose... aptly fits the description of Walsh, who noted that 'the tip of her snub nose turned up.' However, the nose of Sister Lucy II is rounded at the tip, pointing slightly downward."
10) "Sister Lucy I has very long and bad teeth... It is not indisputable that Sister Lucy II is wearing dentures... No one replaces bad and ugly teeth by anther set of bad and ugly teeth... In addition, since dentures are artificial, they never change their appearance. But at times Sister Lucy II's gums seem inflamed... at other times her gums seem to retract... And if these are the natural teeth of Sister Lucy II, then they are clearly different from the natural teeth of Sister Lucy I. In that case, how can it be explained except that we are looking at two different persons?" Dr. Horvat did not include a 1967 photo, as we do below. There the 1967 photo (middle) shows nearly perfect teeth.
Sr. Lucia 1946Sr. Lucia 1967Sr. Lucia 1990s
Long, bad teeth; perfect teeth; short, bad teeth. The center and right photos can perhaps be accounted for if they are of natural teeth, shortening with age and affected by gum disease.  But then, how explain the teeth on the left?
Now we look at scientific opinion, extracted from an article by FBI agents Michael A. Taister and Sandra D. Holliday and Forensic Odontologist H.I.M. Borman (Comments on Facial Aging in Law Enforcement Investigation, Forensic Science Communications, April 2000, Vol. 2, No. 2). We will include numbers to reference the extracts numbered above. Wrinkling of the skin is not an issue here.
"Evidence of biological aging usually appears between the ages of twenty and thirty... Lines around the mouth... become apparent, and lines from the edge of the nose to the lateral part of the mouth will progressively deepen. With the onset of these changes there may also be a hollowing of the cheek area below the... cheekbone...(2, 4, 6) Men and women of middle age may display thicker, bushier eyebrows than in their younger years... (1—the opposite is seen in the photos.)
"More general age-related trends affecting the appearance and profile of the face include the increasing prominence of the chin (8), the decreasing convexity of the skeletal nose (9), and the lengthening of the upper and lower lips (5). These trends are particularly evident from birth until age eighteen, but their effects are seen, though less dramatically, into adulthood and beyond. With increasing age, the skeletal profile of the human face begins to lose its distinctive, protuberant appearance as changes in the shape and orientation of the nasal bone lead to a flattening of the facial features (2, 3, 4, 6, 7). At the same time, however, the soft tissue facial profile trends towards greater convexity with progressive age, demonstrating that the musculature and skin of the head and face do not always follow the development of the underlying bony tissue (1, 2, 4, 7).
"When a person loses teeth... the demand for support in the bone surrounding the teeth will be decreased. This leads to a resorption of bone in those areas of disuse... The presence of less bony tissue in the upper jaw decreases the height of the face and causes the lower jaw to appear more prominent (8).
"Replacement of the natural teeth with dentures may inhibit the continued resorption of bone in the upper and lower jaws to some extent, but a change in the density if not the physical thickness of the bone tissue in the jaws will usually be apparent."
Women will tell us that eyebrows thin with advanced age (1) and that lips lose their pucker (5). So given all of the above, it seems that nearly all of the differences noted by Dr. Horvat could possibly be accounted for by aging. Although it must be admitted that the difference in the chin and jaw between 1946 and 2000 is very pronounced, this could also be accounted for by differences in posture. The earlier photos showing a receding chin may be due to the head and neck being held back, in a more youthful attempt at "good posture." If the head were also slightly bent down, the chin would also be drawn back somewhat. In the later pictures, the head and neck may be slouching forward, with the head tilted up, thus tending to jut the chin out.
Sr. Lucia 1963
The image on the right shows the cover of a book published in 1976 (Fatima in Lucia's Own Words); but the cover photo was supposed to have been taken in 1963. Here Sr. Lucia is somewhat obese and wears glasses. Her head is bent slightly down, so her chin does not jut out. Her teeth appear to be straight, but this is far from clear. It is quite possible that she was asked to lose weight and forego wearing her glasses for the public appearance in 1967. There are definitely differences between this and the 1967 photos, but they do not seem conclusive.
The indisputable difference is the teeth. What possible scenario can account for the dental differences, not just between the 1946 and 1967 photos, but also between both of them and the circa 2000 photos? We here examine a few:
With Paul VI in 1967.  Was it really her?
Scenario 1: Sr. Lucia had her bad teeth fixed with major dental surgery or complete dentures before 1967. This might also explain other facial differences, like the chin and jaw. But then how do we explain the short teeth and gum problems of the later photos? Did she have her first, nice dentures replaced with bad ones? If she did not receive full dentures, but only partials or crowns, could her teeth end up looking as they do in the circa 2000 photos—evenly worn?
Scenario 2: Sr. Lucia of 1967 is the same person as 1946, but not the same as 2000. This is highly unlikely, since the 1967 Sr. Lucia is closer in appearance to the 2000 Sr. Lucia.
Scenario 3: Sr. Lucia of 1967 and of 2000 are the same person, with natural teeth, which were worn with age and affected by gum disease. But then the long, crooked teeth of Sr. Lucia of 1946 must be explained. That she had those long, crooked teeth straightened with braces and filed to make them even would explain it. But why? Would a cloistered nun really have cosmetic dental work done?
Scenario 4: They are two different sets of teeth, because they are two different people. How could the real Sister Lucia, who saw Hell, go along with the Vatican II cover-up of Our Lady's Secret?
Sr. Lucia 1930s

The Third Secret Controversy—Part VI

The Suppression of the Third Secret

Some very critical things have been said about Pope Pius XII by certain authors, accusing him, for instance, of aiding the suppression of the Third Secret by ordering all the Fatima documents to be sent to Rome in 1957.   However, there is no hard evidence that this was done to suppress the Secret.   There were repeated indications during the time of Pope Pius XII that the Third Secret would indeed be revealed in 1960.  Again, some have criticized Pope Pius XII because, they say, he did not read the Secret when invited to do so by Sister Lucia.   But there is no hard evidence for this assumption either.  The fact that it has been reported that the envelope (or one of them) was still sealed after the death of Pope Pius XII proves nothing.  Even wax seals are easily resealed, and it would have been imprudent to leave such envelopes unsealed.
All the hard evidence concerning the suppression of the Secret points to one person: John XXIII.  To understand clearly the history of the suppression, however, one must look to an event which occurred near the end of the Pontificate of Pope Pius XII.  This was the publication of an interview conducted by Fr. Augustín Fuentes with Sister Lucia.  Fr. Fuentes was the postulator of the cause of the beatification of the Fatima visionaries, Francisco and Jacinta Marto.  He spoke with Lucia on the day after Christmas of 1957.  The conversation was published, with ecclesiastical approval, in the United States in 1958 in the magazine, Fatima Findings, and again on June 22, 1959, in the Portuguese daily, A Voz.  Poor Fr. Fuentes was to pay dearly for his zeal.  Let us see what it was that occasioned such a firestorm of reaction after the death of Pope Pius XII.

Sr. Lucia's Interview with Fr. Fuentes, Dec. 26, 1957

Sr. Lucia and Our Lady of Fatima
It should be noted that this interview took place only three weeks after the death of Bishop da Silva on Dec. 4, 1957.   It is easy to understand that Sr. Lucia was very much saddened, not only by the death of her Bishop, but by his apparent failure to read the Third Secret, in spite of her urgings to do so.  But her anxiety obviously goes much further than that.  We have already given an excerpt from this text in the first part of this series.  Here is the entire text, with Fr. Fuentes giving his comments in italics:
"I wish only to tell you about the last conversation which I had with Sister Lucia on the 26th of December last year.  I met her in her convent.  She was very sad, very pale and emaciated.  She said to me:
"Father, the Most Holy Virgin is very sad because no one has paid any attention to Her message, neither the good nor the bad.   The good continue on their way but without giving any importance to Her message.   The bad, not seeing the punishment of God actually falling upon them, continue their life of sin without even caring about the message.  But believe me, Father, God will chastise the world and this will be in a terrible manner.  The punishment from Heaven is imminent.
"Father, how much time is there before 1960 arrives?  It will be very sad for everyone, not one person will rejoice at all if beforehand the world does not pray and do penance.  I am not able to give any other details because it is still a secret.  According to the will of the Most Holy Virgin, only the Holy Father and the Bishop of Fatima are permitted to know the Secret, but they have chosen not to know it so that they would not be influenced.
"This is the third part of the Message of Our Lady, which will remain secret until 1960.
"Tell them, Father, that many times the most Holy Virgin told my cousins Francisco and Jacinta, as well as myself, that many nations will disappear from the face of the earth.  She said that Russia will be the instrument of chastisement chosen by Heaven to punish the whole world if we do not beforehand obtain the conversion of that poor nation..."
"Sister Lucia also told me: Father, the devil is in the mood for engaging in a decisive battle against the Blessed Virgin.   And the devil knows what it is that most offends God and which in a short space of time will gain for him the greatest number of souls.  Thus, the devil does everything to overcome souls consecrated to God, because in this way, the devil will succeed in leaving the souls of the faithful abandoned by their leaders, thereby the more easily will he seize them.
"That which afflicts the Immaculate Heart of Mary and the Heart of Jesus is the fall of religious and priestly souls.   The devil knows that religious and priests who fall away from their beautiful vocation drag numerous souls to Hell.  ...The devil wishes to take possession of consecrated souls.  He tries to corrupt them in order to lull to sleep the souls of lay people and thereby lead them to final impenitence.  He employs all tricks, even going so far as to suggest the delay of entrance into religious life.  Resulting from this is the sterility of the interior life, and among laypeople, coldness (lack of enthusiasm) regarding the subject of renouncing pleasures and the total dedication of themselves to God.
"Tell them also, Father, that my cousins Francisco and Jacinta sacrificed themselves because in all the apparitions of the Most Holy Virgin, they always saw Her very sad.  She never smiled at us.  This sadness, this anguish which we noted in Her, penetrated our souls.  This sadness is caused by the offenses against God and the punishments which menace sinners.  And so, we children did not know what to think except to invent various means of praying and making sacrifices...
"The other thing which sanctified my cousins was to see the vision of Hell.
"Father, that is why my mission is not to indicate to the world the material punishments which are certain to come if the world does not pray and do penance beforehand.  No!  My mission is to indicate to each one of us the imminent danger we are in of losing our immortal souls for all eternity if we remain obstinate in sin."
"Sister Lucia also said to me: Father, we should not wait for an appeal to the world to come from Rome on the part of the Holy Father, to do penance.  Nor should we wait for the call to penance to come from our bishops in our diocese, nor from the religious congregations.  No!  Our Lord has already very often used these means, and the world has not paid attention.  That is why now it is necessary for each one of us to begin to reform himself spiritually.   Each person must not only save his own soul but also help all the souls that God has placed on our path...
"The Devil does all in his power to distract us and to take away from us the love for prayer...
"Father, the Most Holy Virgin did not tell me that we are in the last times of the world, but She made me understand this for three reasons.
"The first reason is because She told me that the Devil is in the mood for engaging in a decisive battle against the Virgin.  And a decisive battle is the final battle where one side will be victorious and the other side will suffer defeat.  Also from now on we must choose sides.  Either we are for God or we are for the Devil.  There is no other possibility.
"The second reason is because She said to my cousins as well as to myself that God is giving two last remedies to the world.   These are the Holy Rosary and devotion to the Immaculate Heart of Mary.  These are the last two remedies, which signify that there will not be others.
"The third reason is because in the plans of Divine Providence God always, before He is about to punish the world, exhausts all other remedies.  Now, when He sees that the world pays no attention whatsoever, then, as we say in our imperfect manner of speaking, He offers us 'with a certain trepidation' the last means of salvation, His Most Holy Mother.  It is 'with a certain trepidation' because if you despise and repulse this ultimate means we will not have any more forgiveness from Heaven because we will have committed a sin which the Gospel calls the sin against the Holy Ghost.  This sin consists of openly rejecting with full knowledge and consent, the salvation which He offers.  Let us remember that Jesus Christ is a very good Son and that He does not permit that we offend and despise His Most Holy Mother.  We have recorded through many centuries of Church history the obvious testimony which demonstrates, by the terrible chastisements which have befallen those who have attacked the honor of His Most Holy Mother, how Our Lord has always defended the honor of His Mother."
"Sister Lucia told me: The two means to save the world are prayer and sacrifice.
"Regarding the Holy Rosary, Sister Lucia said: Look, Father, the Most Holy Virgin, in these last times in which we live, has given a new efficacy to the recitation of the Holy Rosary.  She has given this efficacy to such an extent that there is no problem, no matter how difficult it is, whether temporal or above all, spiritual, in the personal life of each one of us, of our families, of the families of the world, or of the religious communities, or even of the life of peoples and nations that we cannot resolve through the recitation of the Rosary.   There is no problem, I tell you, no matter how difficult it is, that we cannot resolve by the prayer of the Holy Rosary.  With the Holy Rosary we will save ourselves.  We will sanctify ourselves.  We will console Our Lord and obtain the salvation of many souls.
"Finally, devotion to the Immaculate Heart of Mary, Our Most Holy Mother, consists in considering Her as the seat of mercy, goodness and pardon and as the sure door through which we are to enter Heaven." (La Verdad sobre el Secreto de Fatima, Fr. Joaquín Alonso).

The Chastising of Fr. Fuentes

Fr. Fuentes
Between the first publication of this interview in Fatima Findings, and the second in A Voz, Pope Pius XII had died and John XXIII had begun his plans for Vatican Council II—the council of "no condemnations."  Nevertheless, on July 2, 1959, the Chancery of Coimbra published an extremely harsh, but anonymous, condemnation of Fr. Fuentes:
Father Augustín Fuentes, postulator of the cause of beatification for the seers of Fatima, Francisco and Jacinta, visited Sister Lucia at the Carmel of Coimbra and spoke to her exclusively about things concerning the process in question.  But after returning to Mexico, his country—if we can believe an article in A Voz of last June 22, and a translation by M. C. de Bragança published on July 1 by the same journal—this priest allowed himself to make sensational declarations, of an apocalyptic, eschatological and prophetic character, which he declares that he heard from Sister Lucia's very lips.
Given the gravity of such statements, the chancery of Coimbra believed it its duty to order a rigorous investigation on the authenticity of such news which persons too avid for the extraordinary have spread in Mexico, in the United States, in Spain, and finally in Portugal.
For the peace of mind of those who have read the documentation published in A Voz and have taken alarm at the thought of fearful cataclysms which, according to such documentation, are to come upon the world in 1960, and still more, in order to put an end to the biased campaign of "prophecies," whose authors, perhaps without realizing it, are provoking a storm of ridicule, not only where they themselves are concerned, but also with regard to things reported as having been said by Sister Lucia, the Diocese of Coimbra has decided to publish these words of Sister Lucia, given in answer to questions put by one who has the right to do so:
"Father Fuentes spoke to me in his capacity as Postulator for the causes of beatification of the servants of God, Jacinta and Francisco Marto.  We spoke solely of things connected with this subject; therefore, whatever else he refers to is neither exact nor true.  I am sorry about it, for I do not understand what good can be done for souls when it is not based on God, Who is the Truth.   I know nothing, and could therefore say nothing, about such punishments, which are falsely attributed to me."
The chancery of Coimbra is in a position to declare that since up to the present Sister Lucia has said everything she believed it her duty to say about Fatima, she has said nothing new and consequently has authorized nobody, at least since February 1955, to publish anything new that might be attributed to her on the subject of Fatima."
Fr. Fuentes was literally being accused of lying, and Sr. Lucia appeared to be confirming the accusation!  But Fr. Fuentes was not without his defenders.  Archbishop Manuel Lopez of Veracruz maintained that Fr. Fuentes "had preached nothing that would contradict the message of Fatima, nor had he attributed frightening prophecies to Sr. Lucia."  The Archbishop of Guadalajara, Cardinal José Garibi y Rivera, also insisted that Fr. Fuentes "had predicted nothing terrible in his preachings."  Indeed the text quoted above, while it contains serious warnings, makes no specific prophecies.  Sr. Lucia merely reminds us that the "punishment from Heaven is imminent" and lists the reasons for which she believes we are in the "last times."  So what was the Chancery of Coimbra referring to?
Sr. Lucia in 1963
Fr. Fuentes was replaced as postulator by Fr. Louis Kondor, who reportedly took this photo of Sr. Lucia
for the cover of her soon-to-be-published memoirs in April, 1963 -- less than 5½ years after Fr. Fuentes
described her as "sad, very pale and emaciated."
John XXIII Opens Vatican II
In spite of the efforts of his defenders, Fr. Fuentes was soon relieved of his functions as postulator for the cause of beatification for Francisco and Jacinta Marto, a decision which surely had to have come from John XXIII.  After all was not Fr. Fuentes—and Sr. Lucia for that matter (and Our Lady of Fatima Herself)—amongst the "prophets of doom" that John XXIII had denounced at the opening of Vatican II (see photo right)?  There he had said, on October 11, 1962:
In the daily exercise of our pastoral office, we often have to listen, with sad ears, to the voices of persons who, though burning with zeal, are not overly endowed with a sense of discretion or judgment.   In these modern times they see nothing but calamity and ruin.  They say constantly that our era, in comparison with the past, is growing steadily worse; they behave as if they have learned nothing from history, the teacher of life.  They act as if former councils were evidence of complete victories for the Christian ideal of life and for true religious liberty.  We, however, are of a completely different opinion from those prophets of doom who are always forecasting disaster as though the end of the world were at hand.  In the present development of human events, through which mankind appears to be entering a new order, one must, rather, discern a hidden plan of Divine Providence...
The truth about this shocking event would not come out until 1976. But he who revealed the truth would also pay a price.

Fr. Alonso—the Fatima Archivist

Fr. Joaquín Alonso had been entrusted by Bishop da Silva's successor, Monsignor Venancio, with the task of archiving and editing all of the documents concerning Fatima.   Early on he had adopted the criticism of the Chancery of Coimbra concerning Fr. Fuentes.  But by 1975, and after much painstaking research, he had completely reversed his opinion.  In his work, published in English in 1976 as The Secret of Fatima: Fact and Legend, he tactfully revealed the truth:
Who was right in this lamentable affair?   Father Fuentes, the Coimbra diocesan spokesman, or Lucia?  We would like to offer an explanation, giving our own modest opinion:
1. What Father Fuentes says in the genuine text of his conference to the Mexican religious community... (in May of 1958) corresponds no doubt in its essentials to what he heard during his visit to Sister Lucia, for although the text is mingled with the preacher's own oratorical embellishments, and although it is adjusted to conform to a literary pattern, these texts say nothing that Sister Lucia had not said in her numerous published writings.  Perhaps the principle defect lay in the presentation of these texts as coming from Lucia's own mouth, and formally and expressly given as "a message from her" addressed to the world. Sister Lucia did not have this intention.
2. The genuine text, the only one that can be justly attributed to Father Fuentes, does not, in my opinion, contain anything that could give rise to the condemnatory notice issued from Coimbra.  On the contrary, it contains a teaching most suited to edify the piety of Christians.
3. The diocese of Coimbra, and through it Sister Lucia, have made no distinction between the genuine text which alone can be justly attributed to Father Fuentes, and the vast "documentation" to which we have already referred. An error of judgment was thus committed, for everything was included in one single all-embracing condemnation.
Fr. Alonso
In other words, Fr. Alonso was tactfully suggesting that Sister Lucia was shown some false documents (probably articles from the journal A Voz) which led to her statement of denial, if indeed the statement is even genuine.   In the same work Fr. Alonso also gave his opinion on the probable contents of the Third Secret:
If 'in Portugal the dogma of the Faith will always be preserved,' ...it can be clearly deduced from this that in other parts of the Church these dogmas are going to become obscure or even lost altogether.
Thus it is quite possible that in this intermediate period which is in question (after 1960 and before the triumph of the Immaculate Heart of Mary), ...the text makes concrete references to the crisis of the Faith within the Church and to the negligence of the pastors themselves,... [to] ...internal struggles in the very bosom of the Church and of grave pastoral negligence by the upper hierarchy,... [and] ...deficiencies of the upper hierarchy of the Church.
Could Fr. Alonso have been referring to John XXIII and Vatican II?  By this time Fr. Alonso had also finished his massive work, Fatima Texts and Critical Studies, consisting of 24 volumes of some 800 pages each.  He referenced and archived 5,396 documents in this result of his ten years of research.   However, the "upper hierarchy" would not let such criticism go by unnoticed.  The new "bishop" of Leiria-Fatima, Alberto do Amaral, forbade the publication of the 24 volumes entirely!  It was only after the death of Fr. Alonso, that two highly edited volumes were published.  Apparently silencing the Third Secret itself was not enough.

Roncalli vs. Our Lady of Fatima

John XXIII Signing the Bull
Msgr. Capovilla, who has provided the best evidence for the existence of a second text of the Third Secret, has also provided us with a blow-by-blow account of the decision of John XXIII to suppress the Secret.  On October 28, 1958—less than three weeks after the death of Pope Pius XII—Sr. Lucia, perhaps fearing what was to come, put aside her usual reserve and asked for permission to deliver a radio message to the world!  In early January of 1959, a meeting was held to discuss this and the Third Secret.  Cardinal Cento, who had brought the Third Secret to Rome in 1957, told Roncalli: "It is well that you take a look at it. Sr. Lucia has approached me.  She could deliver a message to the world.  I do not know if it is opportune..."  Roncalli's answer: there would be no radio message; instead great restrictions were to be placed on the communications of Sr. Lucia.  Eventually she was not permitted to speak to anyone (with very few exceptions) without the Vatican's permission.
On January 25, 1959, John XXIII was again advised to read the Third Secret immediately.  But he decided to wait until he had announced the convocation of Vatican II (see photo left).  Did he perhaps fear that the Third Secret contained a warning about the very thing he was determined to do?  It was not until August 17 that he would read the Secret.   Capovilla gives the details: "[John XXIII] after having spoken with everyone [the collaborators he had consulted] told me: 'Write.'  And I wrote under his dictation: 'The Holy Father had received from the hand of Msgr. Phillipe this writing.  It was decided to read it on Friday with his confessor.  There being abstruse locutions, he called for Msgr. Tavares, who translated.  He allowed his most intimate collaborators to see it.  It was finally decided to reseal the envelope with this phrase: I do not give any judgment.'  Silence before something that could or could not be a manifestation of the divine."
There followed, on February 8, 1960, the anonymous press release, from which we have already quoted in the first part of this Series.   It would be good to recall here these words of the press release: "It is very probable that the letter in which Sr. Lucia wrote the words of the Virgin Mary addressed to the three shepherds at the Cova da Iria, will never be opened."   After all that we have seen in this Series, these words become a glaring contradiction—for the "vision text" published in 2000 is not a letter and it contains no words of the Virgin Mary!
It is also worth noting that, at Vatican II, John XXIII invited two Russian Orthodox observers to be present, with the assurance that the Council would not formulate any condemnation of Communism or the Soviet system.  "The initiative for the meetings (to make this unholy accord) was taken personally by John XXIII at the suggestion of Cardinal Montini..." (Roman Amerio, Iota Unum, 1985).  After the silencing of Sr. Lucia and Our Lady of Fatima, who warned specifically that "Russia would spread her errors...", this action of Roncalli and Montini is seen to be all the more deliberate—and sinister.
Nikodim
There having been no condemnation of Communism or the Soviet system -- in accordance with the
assurance made by John XXIII and the future Paul VI -- Russian Orthodox "Metropolitan" Nikodim
arrives in Rome with John XXIII's agent, Msgr. Willebrands, and Fr. Pierre Duprey from the
"Secratariat for Christian Unity," for the last day of Vatican II.

The Third Secret Controversy—Part VII

The Strange Case of Cardinal Ottaviani

Ottaviani
Robert Louis Stevenson's Strange Case of Dr. Jekyll and Mr. Hyde is one of the most famous stories of dual personality.  In the Third Secret Controversy, a strange dual personality can be distinguished in Cardinal Ottaviani.  In fact, long before the controversy over the Vision Text began, a controversy had been brewing over the inexplicable words and actions of this well-known member of the Curia.
Cardinal Alfredo Ottaviani, thought of by most as a staunch conservative, had already shown this strange dualism during Vatican II.   While opposing many of the more liberal and modernist passages in the decrees, he occasionally would echo a liberal stand himself—for example, when he applauded the visit of Paul VI to the United Nations near the end of the Council.  In connection with the Third Fatima Secret, we have already seen that it was widely believed that he had informally encouraged the publication and distribution of the "Neues Europa text;" yet he appears to have denounced it later.  Much of the controversy has been over a discourse he gave on February 11, 1967. He was designated to speak at a meeting held to prepare for a Marian congress, to be held in Fatima some months later.  Paul VI used this occasion to make known his intention to continue to keep the Third Secret buried, and Cardinal Ottaviani was his chosen mouthpiece.  The Cardinal's discourse was a series of errors and ambiguities, which were later soundly criticized by Fatima experts.   Some assumed that the Cardinal was not really interested in Fatima, and simply had not taken the time to prepare his discourse carefully; others assumed that he was intentionally trying to deceive.  But the truth may lie elsewhere.
Cardinal Ottaviani did not obtain his high position, originally given him by Pope Pius XII, by being careless and slipshod in his work.  But his actions and words during and after Vatican II show that, in any given matter, he would always abandon his own opinions, beliefs and even principles, and simply do what he was told.  The question is, was he told to make so many factual errors in his discourse?
A possible solution to this mystery lies in a similarity between his position and that of so many prisoners of war in recent times.   Often these have been forced to make a recorded "confession" of their "war crimes;" but sometimes they would "poison the message" in order to make it clear that they were being forced to say something against their will.   Mispronounced words, factual errors and the like would be inserted, often without their captors' notice, to alert any listener that the whole message was bogus.   Could it be that Cardinal Ottaviani was doing the same thing?  For truly the errors that he made were inexplicable.  In the following excerpts, we will highlight in italics the errors, inconsistencies and ambiguities, more or less obvious.  There seems to be a pattern: every time the Cardinal says something false, which he was probably told to say, he accompanies it by a more obvious factual error or silly ambiguity.
"If it is a question of a Secret, how could I reveal it?  In any event, I will deal with some questions concerning the 'Secret of Fatima'."
The Cardinal knew very well that it was not because "it is a question of a secret" that he is unable to reveal it.  He knew that his listeners, and the whole world, were aware that the Third Secret was supposed to have been revealed in 1960.  Was he trying to be funny?  Or was he letting it be known that much of what he was about to say was false?
"The first time I was at Fatima was in 1955.   As I walked up the hill which was to lead me to the Cova da Iria, I was already edified by the piety, by the spirit of sacrifice and prayer demonstrated by so many people.  They were going up this hill, carrying their provisions and everything they needed to spend the night commemorating the event of October 13, 1917."
The Cardinal's visit was not on October 13, but rather on May 13.
"This huge crowd, which was in prayer, did not ask to know the mysterious Secret of Fatima.  It was already in possession of the most essential Secret, the one embossed upon the soul of whoever reads the Gospel attentively: the secret of the ladder to Heaven, whose steps are called Prayer and Penance."
Of course the crowd did not ask to know the Secret; they expected it to be revealed in 1960.  And certainly while prayer and penance are basic to the Message of Fatima, it is a gross over-simplification to say that they are "the most essential Secret."  Indeed, they are not a secret at all!   Clearly this is part of the official Vatican line to explain away the need to reveal the Third Secret.
"The Most Holy Virgin, while placing Her virginal foot upon the land of the Cova da Iria, which She thus sanctified, entrusted three messages to little Lucia. One concerned the most intimate feelings of Lucia about her family, the prediction that her little brother Francisco and her little sister Jacinta would soon take their flight to Heaven...
"The world has paid attention to Lucia's message.  In this message, there was the private part, concerning her brother and sister; there was the part concerning the whole world (it invited the whole world to prayer and penance); and finally there was the third part of the things confided by the Holy Virgin.  And those things She had confided (to Lucia) not for herself, not for the world—at least for the time being—but for the Vicar of Christ."
Those familiar with the Fatima apparitions hardly need to be reminded that Francisco and Jacinta were Lucia's cousins—not her brother and sister!  The rearrangement of the Three Secrets is also purely imaginary.   The announcement of the imminent deaths of Francisco and Jacinta is not part of the Great Secret at all.  All three parts concern the whole world—not just one.   And the Third Secret was never addressed exclusively to the Pope.
"And Lucia has kept the secret.  She has not spoken, which is not to say that some have not tried to make her speak.  Yes, there are 'secrets of Fatima' circulating, which are attributed to her.  Do not believe any of them!  Lucia has kept the secret.
"And then, what did she do to obey the Most Holy Virgin?  She wrote on a sheet of paper, in Portuguese, what the Holy Virgin asked her to tell the Holy Father.
"The Message was not to opened before 1960.   I asked Lucia: 'Why this date?'  And she answered me: 'Because then it will be more clear'."
Note that the Cardinal did not directly contradict the Neues Europa text, for it was not attributed to Sr. Lucia.  The insistence that the Third Secret was only for the Pope seems to have been the excuse given by the Vatican for keeping it secret.  Not any more, however, for this statement cannot be reconciled with the Vision Text, which the Vatican insists is the only contents of the Third Secret.  The last statement of Cardinal Ottaviani—concerning the 1960 date—would appear to be true.
"The envelope containing the 'Secret of Fatima' was given, still sealed, to the Bishop of Leiria... He gave it to the Apostolic Nuncio... who faithfully passed it on to the Congregation for the Doctrine of the Faith, as the latter had requested, to prevent such a delicate thing, not intended to be given for general consumption to the public, from falling into foreign hands for whatever reason, even by chance.
"So the Secret arrived at the Congregation for the Doctrine of the Faith, and—still sealed—it was handed to John XXIII... and, although the text was written in Portuguese, he told me later that he had understood it entirely.
"Then he placed the Secret himself in another envelope, sealed it and placed it into one of these archives which are like a deep, dark, dark well, to the bottom of which papers fall, and nobody ever sees any more of them. So, it is difficult to say where the Secret of Fatima is now."
When the Cardinal said these last words, he leaned down to the ground as if looking down a deep well.  After repeating the obvious error that the Third Secret was not for the public—contrary to the well-known facts—Cardinal Ottaviani does us a great favor.  He gives a clear indication of the existence of another text.  For Msgr. Capovilla has since made it clear that John XXIII required a translator for the "abstruse" text which he placed "in another envelope"—and this envelope has never been produced.  Also, the official Vatican claim concerning the Vision Text is that it was always in the archives of the "Holy Office"—the "Congregation for the Doctrine of the Faith"—of which Cardinal Ottaviani was prefect.  So the Cardinal must be speaking of a second text when he says "it is difficult to say where the Secret of Fatima is now.
Before concluding Cardinal Ottaviani would repeat several times the obvious untruth that the Third Secret was only for the Pope.  But in doing so, he again provides evidence of a second text:
"The Secret matters for the Holy Father, to whom it was addressedHe was the one to whom the Secret was addressed."
None of the envelopes known or claimed to be connected with the Third Secret are addressed to the Holy Father.  The Vision Text is "addressed" to God!  So again, Cardinal Ottaviani must be speaking of a different text.
Ten years later the review Madre di Dio asked the Cardinal the following questions: "1. Is there confirmation of everything which the Cardinal communicated on the third Secret, in the discourse of February 11, 1967?   2. Are the suppositions legitimate of those who say that the Holy See brought a part of the 'third' Secret to the knowledge of the great powers—and that it is known today thanks to diplomatic indiscretions?  3. Might the Secret be related to the present crisis of the Church, as some say?"
Not surprisingly the Cardinal dodged the first and last questions.  He only replied to the second:
"I must tell you that the many texts published in various journals are all the fruit of the supposition of those people who think they can deduce it from elements gathered from different books or publications.  The true text of the 'Secret,' written by the seer Lucia and sent to John XXIII, has really remained a secret, because [he] himself has revealed nothing of this matter. We are completely ignorant where he placed the text which was sent to him."
Sr. Lucia never "sent" the text to John XXIII.  But that he came into possession of a text has been confirmed by Capovilla.   It is obviously impossible for Cardinal Ottaviani to have been ignorant of the whereabouts of the Vision Text.  He must be speaking of another text.
Sadly, legalese, double-speak, ambiguity and back-tracking have become the all too blatant hallmarks of the Vatican.

The Third Secret Controversy—Part VIII

The Testimony of Msgr. Silvio Oddi

Silvio Oddi, ordained a priest on May 31, 1933, was a Vatican diplomat, mostly in the Middle East, from 1938 to 1962. In spite of his reputation as a "conservative," he was named "cardinal" by Paul VI in 1969, and became a member of the "curia" from 1979 until his retirement in 1985. Statements which he made in interviews granted in 1990, as well as in his Memoirs, published in 1995, have shed much light on the Third Secret Controversy.
The first of these interviews was given for the "Catholic" journal Il Sabato, and published in its edition of March 17, 1990:
By now everyone acknowledges that Cardinal Silvio Oddi has one virtue that is extremely rare in the present-day ecclesiastical environment: the frankness and freedom with which he states his views. The interview which follows is one more proof of this. It has for its theme one of the enigmas that during this century has most moved the collective religious imagination: the Third Secret of Fatima. It is a matter which took on contemporary relevance again last month, following the publication in 30 DAYS of a letter from Sister Lucia, one of the three visionaries to whom the Mother of God appeared on May 13, 1917. Referring to the upheavals in eastern Europe, the Portuguese nun wrote: "I believe it is an action of God in the world from the danger of an atomic war that could destroy it." Many have seen in these words the confirmation that the Third Secret has something to do with the current developments in the USSR, as if the Virgin Mary had prophesied and mysteriously guided Gorbachev's plan of perestroika. This view has ended in attributing to these political events the miraculous character of a spiritual and religious rebirth.
ARE YOU ALSO OF THIS OPINION?
CARDINAL ODDI: No, on the contrary, I remain very skeptical. I believe I knew John XXIII quite well, since I spent a number of years at his side when he was at the nunciature in Paris. If the Secret had concerned realities consoling for the Church like the conversion of Russia or the religious rebirth of eastern Europe, I believe that he would have brought pressure to bear to make the Secret public. By temperament he did not hesitate to communicate joyful things (it has been revealed that Cardinal Roncalli in a number of letters to friends practically announced his election to the papacy). But when I asked him during an audience why in 1960, when the obligation to keep the secret had come to an end, he had not made public the last part of the message of Fatima, he responded with a weary sigh. He then said: "Don't bring that subject up with me, please ..."
DID YOU EVER SPEAK WITH SISTER LUCIA?
CARDINAL ODDI: Yes, in 1985. I had gone to Portugal to celebrate solemnly the anniversary of the apparitions, and I did not resist the desire to exchange a few words with her. Obviously I did not ask her to reveal the Secret to me but I asked her if she was aware of the reason why the Church had decided not to make it public.
AND SISTER LUCIA, WHAT DID SHE SAY?
CARDINAL ODDI: She said that in May 1982 she had spoken about it with John Paul II, who had made a pilgrimage to Fatima to render thanks to Our Lady a year after the attempted assassination in St. Peter's Square. Together they had decided that it was more opportune not to reveal the Secret. For fear, she explained to me, that it might be "misinterpreted." The same explanation, I am told, was given by the Holy Father during his visit to Germany. This attitude of the Church reinforced in me a theory that I had had for a number of years ...
AND WHAT IS THAT?
CARDINAL ODDI: What happened in 1960 that might have been seen in connection with the Secret of Fatima? The most important event is without a doubt the launching of the preparatory phase of the Second Vatican Council. Therefore I would not be surprised if the Secret had something to do with the convocation of Vatican II…
WHY DO YOU SAY THAT?
CARDINAL ODDI: From the attitude Pope John showed during our conversation, I deduced—but it is only an hypothesis—that the Secret might contain a part that could have a rather unpleasant ring to it... But we all know that... many sad things... took place in conjunction with the Council. I am thinking, for example, of the number of priests who have abandoned the priesthood: it is said that there have been 80,000 ...
AND WHAT IS YOUR ASSESSMENT OF ALL THIS?
CARDINAL ODDI: This: that I would not be surprised if the Third Secret alluded to dark times for the Church: grave confusions and troubling apostasies within Catholicism itself... If we consider the grave crisis we have lived through since the Council, the signs that this prophecy has been fulfilled do not seem to be lacking ...
Greater details were forthcoming in the November 11, 1990 edition of Trenta Giorni, an "international Catholic" monthly. Msgr. Oddi gave these details in "memoir" form:
Like the priests and all the faithful, I have become interested in the Third Secret of Fatima. As it is known that it was to be revealed in 1960 unless Sister Lucia had died earlier, we were all waiting for that year to arrive. But 1960 has come and gone, and nothing has been announced. As secretary to John XXIII when he was in Paris, I took advantage of the trust he placed in me to tell him frankly:
Silvio Oddi with John XXIII
"Most Holy Father, there is one thing for which I cannot forgive you."
"What?" he asked.
"Having the world in suspense for so many years and then watching 1960 come; several months have gone by and nothing about the secret has been made known."
Roncalli answered: "Don't speak to me about this."
I replied: "If you don't want me to I will say no more, but I can't keep the people from doing so. The interest is spontaneous; I must have delivered a hundred sermons and speeches announcing the revelation."
"I told you not to speak to me about it anymore."
I didn't persist, but I wanted to get to the bottom of the story. Then I went to Msgr. Capovilla, his private secretary, and asked: "Have you opened the secret?"
"Yes, we opened it."
"Who was present?"
"There was the Pope"—he told me—"Cardinal Ottaviani, and I, but we couldn't understand it since it was handwritten and in Portuguese. So we called a Portuguese monsignor who worked in the Secretariat of State."
I, who knew John XXIII very well, am sure that the secret contained nothing good. Roncalli didn't like to hear about scandals or punishments. From that I conclude that it contained something about prohibition, punishment, or disaster...
At this point let me advance a hypothesis: that the Third Secret of Fatima pre-announces something terrible the (Vatican II) Church has done... something whose consequences were very painful, with a tremendous decline in religious practice. And that later, following a great suffering, the Faith would return. Yes, this may be the content of the secret. But if this were true, the fulfillment of the secret has already been observed, for the crisis in the Church is visible to all. And the most alert souls recognized it years ago.
As an example, Oddi lamented the travesty that had taken place in Assisi—the pan-religious "prayer meeting" of 1986:
Buddhists in Assisi
On that day, I went to Assisi as the Pontifical Legate for the Basilica of St. Francis, and I saw true profanations in some places of prayer. I saw Buddhists dancing around the altar, on which they had put Buddha in the place of Christ, and they were burning incense to the Buddha and venerating it. A Benedictine protested—he was thrown out by the police. I did not protest, but my heart was scandalized. Confusion was apparent on the faces of the Catholics who were attending the ceremony. I thought: if at this moment the Buddhists were to distribute bread consecrated to Buddha, these people would be capable of agreeing to eat it, perhaps with a greater devotion than when they receive the (Novus Ordo) host.
Lastly, Msgr. Oddi summed up his position on the Third Secret in his book of memoirs, Il Tenero Mastino di Dio, published in 1995:
The prophecy of Fatima was completely defied! It is a lack of sense, I would say, because according to the interpretation that seems to me most worthy of consideration, the Third Secret—which John XXIII and his successors thought inopportune to reveal—is not about a supposed conversion of Russia, still far from becoming a reality, but regards the "revolution" in the (Vatican II) Church. From (this) Council… so many innovations were born that they appear to constitute a true internal revolution.
In conclusion to this series, it is amazing to note that, after 10 years of denial, Ratzinger has begun to reverse his position on the Third Secret. In 2000, Ratzinger had maintained steadfastly that the Third Secret regarded the past: "No great mystery is revealed; nor is the future unveiled."
But on his flight bound for Fatima, on May 11, 2010, Ratzinger was asked by a journalist whether the Third Secret might have something to do with the current sexual abuse scandal. Ratzinger replied: "Beyond the great vision... there are indications of the reality of the Church's future..." It should be noted that questions from journalists like this are pre-screened by the Vatican.
Two days later, on May 13, 2010, Ratzinger included this in his homily at Fatima: "We would be mistaken to think that Fatima's prophetic message is complete."
Was it more double-speak, or a change in policy? The mystery, as we have noted before, continues......

The Third Secret Controversy—Part IX

It has been more than six years since we last reported on the ongoing controversy surrounding the Third Secret of Fatima. During that time there have been three new elements to that controversy—two of which are quite recent. The oldest however, dates back only to the summer of 2013:

Fr. Luigi Villa, Ottaviani and the Third Secret

Fr. Luigi Villa
It has been claimed that in 1956, Fr. Luigi Villa (image at left) received from Pope Pius XII a mandate to devote his life to defend the Church of Christ from Masonic infiltration. It is further claimed that Cardinal Ottaviani was appointed by the same Pope to train and inform Fr. Villa for this purpose. His efforts being greatly hampered after Vatican II (for obvious reasons), Fr. Villa decided to continue the work through journalism and thus founded the publication Chiesa Viva in 1971. Over the years, in spite of constant persecution and even attempts on his life, Fr. Villa and Chiesa Viva managed to expose much of the Masonic infiltration into the ranks of the Vatican II hierarchy. Fr. Villa died in 2012, but the publication of Chiesa Viva was continued—mainly by Dr. Franco Adessa.
Adessa had long been an associate of Fr. Villa. He dedicated the July/August 2013 edition of Chiesa Viva as a "testimony" of what Fr. Villa had revealed to him concerning the Third Secret of Fatima. In the article he says that, when preparing for the presentation of a book he had written, he asked Fr. Villa what he should respond if asked about the Third Secret. Fr. Villa then showed him the Neues Europa text. Villa explained that although this text is about three times longer than the original and therefore generally false, it did, nevertheless, contain the original Third Secret. He went on to point out, one by one, the lines within the Neues Europatext, which he believed to be genuine. A few years later, Adessa asked Villa how Neues Europa came to be in possession of this text. Villa, answering indirectly, said, "Cardinal Ottaviani wrote that diplomatic document. He was later contacted by those of Neues Europa to find out if they could publish the text. Cardinal Ottaviani replied in the affirmative."
If this story is true, it would explain and confirm much of what has been previously reported in this series of articles. The reader will recall that Cardinal Ottaviani, although generally conservative, was adamantly opposed to nuclear weapons. As it was he who encouraged the copying and dissemination of the Neues Europa text, it has been suspected that it was he who sent this "amplified" version to various diplomats in the early 1960's, for the purpose of influencing the ongoing discussions over nuclear testing.
But which lines did Fr. Villa believe were genuine? Shortly before Villa's death, Dr. Adessa reconfirmed his claim and the exact lines which he had previously pointed out. He also received Villa's permission and encouragement to publish the story. Dr. Adessa goes to great pains to show that the sum total of the text indicated by Fr. Villa corresponds to the length of the original text previously described by Cardinal Ottaviani, as well as to the size of the paper upon which the original was written, according to Bishop Venancio. One of the main objections to the "vision text" published by the Vatican in 2000 is that it is nearly four times too long. The following lines—those indicated by Fr. Villa—would indeed fit the required space. We present them in the same English translation used by Dr. Adessa in Chiesa Viva No. 462:
A great chastisement will fall on the entire human race; not today as yet, not tomorrow, but in the second half of the Twentieth Century. No longer does order reign anywhere and Satan will reign over the highest places directing the course of events. He (Satan) will really succeed in infiltrating to the top of the Church. Also for the Church a time for Her greatest trials will come. Cardinals will oppose Cardinals; Bishops will oppose Bishops and Satan will march amid their ranks, and in Rome there will be changes. What is rotten will fall, and what will fall will never rise again. The Church will be darkened and the world deranged by terror. A great war will break out within the second half of the Twentieth Century. Fire and smoke will fall from Heaven, the water of the oceans will become vapors and the foam will rise up flooding and sinking everything. Millions and millions of people will die by the hour and the survivors will envy the dead. Death will reign everywhere for the errors committed by the foolish and by the partisans of Satan, who, then and only then, will reign over the world. At last, those who survive all of these events will once more proclaim God and His Glory and serve Him like before, when the world was not so corrupted.
Presumably Fr. Villa knew of this from his work with Cardinal Ottaviani. But it must be admitted that there is no other corroborating evidence; unless one admits the mysterious words of John Paul II, spoken in November, 1980 while in Fulda: "On the other hand, it should be sufficient for all Christians to know this: if there is a message in which it is written that the oceans will flood whole areas of the earth, and that from one moment to the next millions of people will perish, truly the publication of such a message is no longer something to be so much desired..." (Stimme des Glaubens, October 1981).

Did Our Lady Herself Indicate a Two-Part Text?

Apparition at Tuy
2013 was also the year in which the Convent of Coimbra published a biography of Sister Lucia, containing some memoirs previously unpublished. That which caught the attention of the critics of the Vatican's "vision text" (including Antonio Socci) was the section describing Sister Lucia's anguish over the command given her to reveal the Third Secret. Sister Lucia relates that she was visited by Our Lady (on January 3, 1944—but perhaps this was not the only time), who encouraged her to begin to reveal the Third Secret: “Do not be afraid, God wanted to prove your obedience, faith, and humility. Be at peace, and write what they order you, but not, however, that which has been given to you to understand its meaning (...não porém o que te é dado entender do seu significado). After writing it, place it in an envelope, close it and seal it, and write on the outside that this can only be opened in 1960 by the Cardinal Patriarch of Lisbon or by the Bishop of Leiria."
The English translation, published by the World Apostolate of Fatima ("WAF"; formerly the "Blue Army") contained a mistranslation, replacing the above words in bold text with: "but do not give your own opinion of its meaning." When this fraud was exposed, the pro-Vatican II spin machine maintained it was an "honest mistake." This excuse does not, however, match the explanation given to Christopher Ferrara (one of the most vocal critics of the "vision text") by David Carollo, Executive Director of the WAF, in which he wrote:
We used the word "opinion" rather than "understanding." The point is, Sister Lucia understood that the Church was to interpret the meaning of the secret, not her, and she was not to write down any further revelations she may have received. We cannot hide something that Our Lady did not want her to reveal. (As quoted in Fatima Perspectives—A Respectful Reply to David Carollo, Christopher Ferrara, July 9, 2015.)
Christopher Ferrara was not amused. As he points out in his Reply:
...Mr. Carollo has offered a non-denial. While admitting that WAF replaced the Virgin's word "understanding" with "opinion," WAF continues to pretend that in the phrase quoted above the Mother of God was referring to Sister Lucia's understanding of the vision rather than what the Virgin Herself had given Lucia to be able to understand it.
But Mr. Carollo tries to have it both ways, stating that by order of the Virgin (a) Lucia was not to write down her understanding of the vision, or (b) that Lucia was not to write down the Virgin's "further revelations" concerning the vision. Well, which is it? Version (a) simply repeats the falsification of what the Virgin actually said, whereas version (b) admits there were indeed "further revelations" concerning the Secret.
As to these "further revelations," which clearly exist as the Virgin's correctly translated words reveal, the Mother of God would hardly have given a direction that Lucia must never reveal what had been given to her to understand the vision's meaning. If that were the case, what would be the point of the vision — to confuse us and lead to endless debates over its interpretation? The suggestion is preposterous. The only reasonable conclusion is that Lucia was not to write down the "further revelations" at that time but rather in a later separate and distinct text — precisely as the so-called "Fatimists," including the late Father Gruner, have maintained all along.
Indeed, there is already evidence that Our Lady may have visited Sister Lucia more than once, in order to encourage her to write the Third Secret. Fr. A. M. Martins wrote: "According to the written declarations of Mother Cunha Mattos, Lucia's superior at Tuy, Our Lady appeared to the seer on January 2, 1944, and told her to write the third part of the Secret" (Novos Documentos, Sept., 1984). According to the biography mentioned above, Our Lady appeared on January 3, and in a different part of the convent. Were they two separate apparitions? Were there subsequent apparitions?
David Carollo also wrote to Christopher Ferrara that there was nothing left to reveal: "The Sisters of Coimbra have submitted all documents related to the cause—including 11,000 letters—and all of Sister Lucia's private notes and oral narrations to them are now published in the biography. There is nothing more to be revealed, and nothing has been hidden."
This contradicts what the Sisters told Solideo Paolini. Christopher Ferrara tells us:
...the Fatima scholar Solideo Paolini, in the wake of the new biography's revelations, wrote to the Convent in Coimbra to ask whether there is among Sister Lucia's documents a text which explains the meaning of the vision in the Virgin's own words. He received the reply that "it is not possible for now to consult the documents you request. In its time, everything will be published." So, contrary to Mr. Carollo's representation, not everything has been published. Yet again, denials regarding the existence of a text related to the vision and completing the integral Secret are negated by the emergence of new information. The cover-up can never quite succeed in tying up such loose ends.

Does the Secret Warn of a "Bad Council" and a "Bad Mass"?

The latest firestorm surrounding the Third Secret actually began to break out in the May, 2009 issue of Fatima Crusader (the publication of the late Fr. Gruner, mentioned above), in an article entitled The Secret Warned Against Vatican Council II and the New Mass—An Exclusive Interview with Fr. Paul Kramer. During the interview, Fr. Kramer mentions a Fr. Ingo Döllinger (image below):
Fr. Ingo Dollinger
...I am referring to the part of the Third Secret of Fatima that has not yet been revealed. I know this to be a fact because I have personally spoken with a German theologian and a seminary Rector who is a long-time close friend of... Ratzinger, [who] around 1990... revealed to his friend that in the Third Secret of Fatima Our Lady warns not to change the liturgy: literally, not to mix extraneous foreign elements into the Catholic liturgy...
Our Lady also warned that there would be an evil Council in the Church that would cause great scandal. And of course, it was the documents from Vatican II — the Constitution on the Liturgy — which gave the impetus for Paul VI to reform the liturgy in such a disastrous manner that has caused such a loss of faith and confusion in the Church. So we have Ratzinger himself stating to a close personal friend that these warnings were given by Our Lady in the Third Secret of Fatima not to change the Mass in precisely the manner that Paul VI changed the Mass. Now after this took place, the German theologian who I am referring to went back to the country in South America where he was Rector of a seminary and he explained to a young priest what Ratzinger had related to him. And precisely when he related that Our Lady warned against changing the Mass and there would be an evil Council in the Church, the both of them saw a plume of smoke coming up from the floor. Now it was a marble floor. This could not be anything of a natural phenomenon. Both the young priest and the old German Rector were so impressed they drew up a dossier and sent it to Ratzinger. Then on June 26, 2000, Ratzinger published for the world the document [on the Third Secret] containing the vision of a "bishop in white," claiming that the entire Secret is set forth in this document. Yet it can only be understood that way if we say that he is using a mental reservation; that what is set forth by Our Lady in Her words is already implicitly contained symbolically in the vision. The elderly German priest, Ratzinger's long-time personal friend, took note of the fact that when this vision of the Third Secret was published it omitted those elements of the Third Secret that Cardinal Ratzinger had revealed to him nearly ten years earlier. The German priest — Father Döllinger — told me that this question was burning in his mind on the day he concelebrated with Ratzinger. Father Döllinger said to me, "I confronted Cardinal Ratzinger to his face." And of course he asked Ratzinger, "How can this be the entire Third Secret? Remember what you told me before?" Ratzinger was cornered. He didn't know what to say and so he blurted out to his friend in German, "Wirklich gebt das der etwas" which means "really there is something more there," meaning there is something more in the Third Secret. [Ratzinger] stated this quite plainly...
[Döllinger] ...is a man of great credibility, worthy of credence; a man of great seriousness who is not given over to making up fabulous stories, or exaggerating self-importance. The man had no need of such things; he’s a man of utmost credibility.
Fast forward to May, 2016. Dr. Maike Hickson, born and raised in Germany, is a contributor to the conservative blog OnePeterFive. Having heard of this story, as well as corroborating evidence from students of Fr. Döllinger at the Institutum Sapientiae in Brazil, she contacted the elderly priest (ordained in 1954) to clarify the story by communicating with him in his native German tongue. On May 15 she posted her story to the blog, which began:
Today, on the Feast of Pentecost, I called Fr. Ingo Döllinger, a German priest and former professor of theology in Brazil, who is now quite elderly and physically weak. He has been a personal friend of Benedict XVI for many years. Father Döllinger unexpectedly confirmed over the phone the following facts:
Not long after the June 2000 publication of the Third Secret of Fatima by the Congregation for the Doctrine of the Faith, Cardinal Joseph Ratzinger told Fr. Döllinger during an in-person conversation that there is still a part of the Third Secret that they have not published! "There is more than what we published," Ratzinger said. He also told Döllinger that the published part of the Secret is authentic and that the unpublished part of the Secret speaks about "a bad council and a bad Mass" that was to come in the near future.
Father Döllinger gave me permission to publish these facts… This sensitive information pertaining to the Third Secret, which has been circulating among certain Catholic groups for a few years now, has now been personally confirmed to me by Fr. Döllinger himself, at a time in history where the Church seems to have fallen into a pit of confusion. It might help explain, at least in part, why we are where we are now.
Now the firestorm had really broken out. For the first time since his resignation, Ratzinger was called upon to make some kind of public statement. OnePeterFive reported this fully:
Today, May 21, 2016, the Holy See Press Office has released, in its daily bulletin, a statement attributed to... Benedict XVI. The statement categorically denies the affirmation, reported here, from Fr. Ingo Döllinger, which speaks of a private conversation in which then-Cardinal Ratzinger spoke to Döllinger, a personal friend, about there being more to the Third Secret of Fatima than was published by the Vatican in June of 2000. Here is the full text of the Vatican statement:
Communiqué: on various articles regarding the "Third Secret of Fatima"
Several articles have appeared recently, including declarations attributed to Professor Ingo Döllinger according to which Cardinal Ratzinger, after the publication of the Third Secret of Fatima (which took place in June 2000), had confided to him that the publication was not complete.
In this regard, Pope emeritus Benedict XVI declares "never to have spoken with Professor Döllinger about Fatima," clearly affirming that the remarks attributed to Professor Döllinger on the matter "are pure inventions, absolutely untrue," and he confirms decisively that "the publication of the Third Secret of Fatima is complete."
The Vatican spin machine immediately began to circulate the notion that the matter was closed, the fraud had been uncovered, etc. But the blog did not back down:
This statement is received by us with filial respect... And yet, it presents a problem. It conflicts directly with statements we have reported, and accuses us of false "attribution" and "invention." It also flatly contradicts our source, Fr. Döllinger, not offering the possibility even of a misinterpretation, but rather, an accusation that the events he recounts are completely fabricated.
It is, in itself, a strangely perfunctory communiqué, and is presented in a way that prompts questions about its provenance and completeness. It is not a full, unabridged statement from Benedict; nor does it bear his signature. We are presented instead with pull-quotes attributed to Benedict, and lacking the full context in which they originally appeared. Neither is it given to us to know who conducted this apparent interview with him, or how the questions were phrased...
Dr. Maike Hickson, who personally called Fr. Döllinger, attests to the truth of what she recounted from that conversation. Inasmuch as the Vatican statement accuses her of "attributing" statements which are "inventions" to Fr. Döllinger, it is false. She did not imagine the conversation she had with Fr. Döllinger, she reported it, and I stand by her testimony with full confidence in her integrity...
Further, this morning Dr. Hickson telephoned Father Döllinger with the news of the Vatican statement, and at that time he again confirmed to her emphatically and clearly his previous remarks. In other words, he stood by his story...
[T]he communiqué quotes... Benedict as saying that "the publication of the Third Secret of Fatima is complete." This is very cautious language, in a legal sense. If the Vatican has already published all that it intends to publish about the Third Secret of Fatima — even if there is more that they do not intend to publish — one would be technically correct in saying that "the publication is complete." It does not in any way dispel the notion that a text written by Sister Lucia at the prompting of Our Lady as a means of interpreting the symbolic import of the Third Secret may yet exist...
Clearly, the Third Secret controversy is far from being over—indeed, it continues more furiously than ever.

http://www.salvemariaregina.info/Reference/ReferenceIndex.html#ESPA%C3%91OL


Controverse au sujet du Troisième Secret – Première Partie
Récemment, une controverse a fait rage concernant ce qui est communément connu comme « Le troisième secret de Fatima. »  L’idée maitresse de cette controverse est l’allégation selon laquelle le Vatican aurait dissimulé le vrai contenu du troisième secret et tenter de donner une fausse interprétation au contenu du Message de Notre-Dame de Fatima.  Avant d’entrer en profondeur sur les détails de cette controverse, il serait important de revoir l’histoire et le fond des trois secrets.
Un secret à « Trois Parties distinctes »
Ce fut au cours de la troisième apparition de la Sainte Vierge Marie aux trois enfants, Lucia dos Santos, Jacinta et Francisco Marto, le 13 Juillet 1917, que Notre-Dame révéla le « Grand Secret. »  Le fait qu’il y avait un secret d’une immense importance devint si bien connu, que les mois suivants, les enfants furent arrêtés par l’administration locale, avec pour mission de les forcer à révéler les secrets et de les empêcher de continuer à recevoir les apparitions de Notre-Dame.  Les enfants refusèrent de révéler les secrets, même si l’administration devait les maltraiter jusqu’à la mort.
Ce ne fut qu’après 1941, que l’on reconnu publiquement que les secrets furent donnés en « trois parties distinctes. »  Dans ses Troisième Mémoires, datés du 31 Août 1941, Sœur Lucie écrivit, en obéissant à son Evêque : « …les Secrets furent donnés en trois parties distinctes, je vais vous révéler le contenu de deux d’entre-eux.   La première partie c’est la vision de l’enfer…la deuxième partie fait référence à la dévotion au Cœur Immaculée de Marie. »
La Première et la seconde partie des secrets
Sœur Lucia reçue l’ordre de son Évêque d’amplifier ce qu’elle avait auparavant écrit.  Dans ses Quatre Mémoires, datés du 8 Décembre 1941, Sœur Lucia donna de meilleurs rapports détaillés des deux premières parties des Secrets :
« Sacrifier vous-mêmes pour les pécheurs, et dites plusieurs fois, spécialement chaque fois que vous faites un sacrifice : Ô mon Jésus, c’est par amour pour Vous, pour la conversion des pécheurs, et en réparation pour les péchés commis contre le Cœur Immaculée de Marie.’’
Après avoir dit ces derniers mots, la Vierge ouvrit Ses bras une fois de plus, comme elle le fit durant les deux derniers mois.  Les rayons de soleil semblaient pénétrer la terre, et nous vîmes cela comme une mer de feu.  Démons et âmes aux formes humaines étaient plongés dans ce feu, comme s'ils étaient des braises transparentes, tous noirs ou bronzés, flottant dans cet incendie, soulevés dans les airs par les flammes qui sortaient d'eux-mêmes, avec des nuages de fumée.  Ils retombaient de tous côtés, comme les étincelles retombent dans les grands incendies, sans poids ni équilibre, avec des cris et des gémissements de douleur et de désespoir qui nous horrifiaient et nous faisaient trembler de frayeur... Les démons se distinguaient par leurs formes horribles et dégoûtantes d'animaux épouvantables et inconnus, mais noirs et transparents tels du charbon brulant.  Terrifié et comme plaidant pour une aide, nous levâmes les yeux vers Notre Dame, qui nous dit avec tristesse et bienveillance :
« Là, vous avez vu l’enfer, là où vont les âmes des pauvres pécheurs.  Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à Mon Cœur Immaculé.  Si l'on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d'âmes seront sauvées et on aura la paix.  La guerre va finir ; mais si les gens ne cessent d’offenser Dieu, sous le pontificat de Pie XI en commencera une autre, pire encore.   Lorsque vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c’est le grand signe qui vous est donné par Dieu qu’Il va punir le monde de ses crimes, par les moyens de la guerre, de la famine, et la persécution de l’église et du Saint Père.
« Pour empêcher cette guerre, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis.  Si on accepte mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix ; sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Église.  Les bons seront martyrisés, le Saint Père aura beaucoup à souffrir, diverses nations seront détruites.  À la fin, mon Cœur immaculé triomphera.  Le Saint-Père me consacrera la Russie, qui se convertira, et il sera concédé au monde un certain temps de paix.  Au Portugal, le dogme de la foi sera toujours préservé ; etc.   Ne le dite à personne.  Francisco, oui, vous devez le lui dire.
« Lorsque vous priez le Rosaire, dites après chaque mystère : Ô mon Jésus, pardonnez nous nos péchés, préservez nous du feu de l’enfer.  Attirez au ciel toutes les âmes, spécialement celles qui ont le plus besoins de Votre miséricorde. »
En 1946 plusieurs historiens de Fatima ont été capables de se procurer plusieurs informations en certains points importants de Sr. Lucie :
Q. « Quand avez vous reçu du ciel la permission de révéler le secret ? »
R. « En 1927, ici à Tuy, dans la chapelle ; mais la permission n’est pas appliquée à la troisième partie du Secret. »
Q. « En avez vous aussi parlez à votre Père Confesseur ? »
R. « Oui – tout de suite. »
Q. « Qu’a-t-il dit ? »
R. « Il m’a commandé de rédiger le Secret – excepté la troisième partie.  Je pense qu’il ne l’a pas lu.  Il me l’a remis.  Peu après, j’ai eu un directeur spirituel qui m’a ordonné de le brûler.  Après quoi, il m’a demandé de le rédiger de nouveau ! »
Sr. Lucie souriait pendant qu’elle se rappelait ces épisodes.
Q. « Il semble regrettable que le secret n’ait pas été publié avant la guerre ? »
R. « En effet, cela devait paraître regrettable si le Bon Dieu avait voulu me présenter au monde comme une prophétesse ; mais je pense que cela n’était pas Son intention.  D’ailleurs, je pense qu’en 1917, Il pouvait me commander de parler, mais Il m’a commandé de me taire, et Son ordre a été confirmé par Ses représentants.  Je pense d’ailleurs… que Dieu ne veut pas m’utiliser, excepter rappeler au monde la nécessité d’éviter le péché et de faire acte de réparation pour les offenses contre Dieu par la prière et la pénitence.   D’ailleurs… j’aurai, peut-être, pu gâcher le travail de Dieu.  Le silence fut pour moi une grande grâce.  Je remercie le Bon Dieu pour cela ; et je trouve qu’Il l’a si bien fait. »
Q. « En écrivant le Secret, avez vous citez intégralement les mots de la Sainte Vierge ? »
R. « Oui ; quand j’écris, j’essaie de citer de manière intégrale.  J’ai aussi souhaité écrire le Secret, mots par mots. »
Q. « Etes vous sure que vous avez raconté tout cela ? »
R. « Je le pense, et j’ai écris les mots dans le même ordre tels qu’ils m’ont été dit. »
Q. « Est-ce que la Sainte Vierge a réellement mentionné le nom de Pie XI ? »
R. « Oui.  Nous n’avons pas aussi su s’il était un Pape ou un roi ; mais la Sainte Vierge a parlé de Pie XI. »
Q. « Mais la guerre n’a pas commencé pendant le règne de Pie XI ? »
R. « L’envahissement de l’Autriche fut la cause décisive.  Quand le traité de Munich a été conclut, mes (religieuses) sœurs étaient heureuses disant que la paix a été préservé.  Hélas ! je savais mieux ! »
Q. « Cette ‘lumière étrange’ dans la nuit du 25-26 Janvier 1938, les astronomes l’appelle Aurora Borealis.  Que pensez-vous de cela ? »
R. « Je pense que s’ils ont bien examiné les choses, ils ont eu à s’apercevoir que, en prenant en compte les circonstances dans lesquelles cette lumière est apparue, ce n’était pas et ne pouvait pas être un Aurora Borealis. »
Q. « Dans le Secret, la Vierge Marie dit : ‘Afin d’empêcher cette guerre, je viendrai demander la consécration de la Russie, etc.’  Est-elle venue ? »
R. « Oui, Elle est venue dans ma chambre le 19 Décembre 1925, avec l’enfant Jésus, demander pour les cinq premiers Samedis du mois… Ensuite en 1929, dans la chapelle à Tuy, Elle a demandé la consécration de la Russie. »
Q. « A quel niveau actuel somme-nous dans la période mentionnée dans le Secret ? »
R. « Je pense que vous êtes dans la période ou les fausses doctrines vont propager leurs erreurs partout dans le monde » (More About Fatima, Fr. Montes de Oca).
La Troisieme Partie du Secret
Dans ses Mémoires qu’elle a publiés, Sr. Lucie ne sortit aucun écrit distinctif qui révélait le contenu de la troisième partie du Secret C’est simplement demeurer un Secret.  En Octobre 1943, cependant, après que Sr. Lucie se soit rétablie d’une sérieuse maladie, elle reçue l’ordre de son Evêques (qui avait peur que la troisième partie du Secret meurt avec elle) de le mettre en écrit.  Sr. Lucie dit de cet événement, « Il m’avait ordonné d’écrire sur le bas de la partie du Secret que Notre Dame avait révélé en 1917, et que je gardais encore cacher par le commandement de Dieu.  Il m’a demandé de l’écrire soit dans les carnets dans lesquels il m’avait été demandé de tenir mon agenda spirituel, ou si je le souhaitai, écrire cela sur une feuille de papier, le mettre dans une enveloppe, la fermer et la sceller au-dessus » (La verdad sobre el Secreto de Fatima, Fr. Joaquín Alonso).
Sr. Lucie essaya d’obéir, mais échoua elle-même gênée par des causes qui étaient, en ses mots, « pas naturelles. »  Finalement Notre Dame lui apparue une fois de plus et lui donna la force de se conformer au commandement de son Evêque.  En janvier 1944, Sr. Lucie écrivit à son Evêque : « J’ai écrit ce que vous m’avez demandé ; Dieu voulais m’éprouver un peu, mais finalement, c’était vraiment Sa volonté : c’est (la troisième partie du Secret) sceller dans une enveloppe et c’est dans les carnets… » (Ibid).  De ce rapport, plusieurs déduisent que Sr. Lucie écrivit deux documents : un dans une enveloppe scellée, et un autre dans son carnet personnel.
Sr. Lucie envoya l’enveloppe scellée à son Évêque (Monseigneur da Silva de Leiria, Portugal) le 17 Juillet de la même année.  Sur l‘enveloppe scellée, Sr. Lucie avait écrit : « Par ordre expresse de Notre Dame, cette enveloppe pourra être uniquement ouverte en 1960 par le Cardinal Patriarche de Lisbonne ou l’Évêque de Leiria. »  Elle sollicita également de l’Évêque da Silva que l’enveloppe scellée « soit définitivement ouverte et lu au monde soit à sa mort ou alors en 1960, quelque soit ce qui arriverait en premier » (Ibid.)  Deux ans après, quand Canon Barthas lui demanda les raisons de cette date, elle répondit : « Parce que Notre Dame l’a souhaitée ainsi » (Fatima, Merveille du XXe Siècle, Canon Barthas).
Bishop da Silva with the Third Secret EnvelopePlus tard l’Évêque da Silva plaça cette enveloppe dans sa propre enveloppe scellée avec l’inscription : Cette enveloppe, ainsi que son contenu seront confiés à Son Eminence le Cardinal D. Manuel, Patriarche de Lisbonne, après ma mort.  Pourtant, cela n’arriva jamais.  Au lieu de cela, pour des raisons jamais pleinement révélées, des ordres vinrent de Rome pour remettre cette enveloppe au nonce papal, de même que les carnets de Sr. Lucie et les photocopies de tous ses écrits classées dans la chancellerie de Leiria.  Ceci fut accompli le 16 Mars 1957, et tous ces documents furent remis au Vatican.
Safe in the Papal Apartment Containing the Third Secret of FatimaPeu après, ce fut connu que le Pape Pie XII avait personnellement gardé lesdernières parties de ces documents.  Un journaliste du magazine Paris-Match, Robert Serrou, reçu la permission de faire un reportage photographique dans les appartements du Pape, le 14 Mai 1957.  Il avait ainsi été montré au coté de la ménagère allemande du Pape, Mère Pasqualina.  Mr. Serrou a vu un petit coffre-fort en bois sur la table, portant l’inscription Secretum Sancti Officii (Secret du Saint Office).  Quand il lui demanda ce que c’était, Mère Pasqualina répondit, « le Troisième Secret de Fatima y est à l’intérieur. »
Plusieurs autorités de l’Eglise avaient promis que le « Troisième Secret » pourrait certainement être révélé en 1960, y inclut le Cardinal Cerejeira du Portugal et les Cardinaux du Vatican Ottaviani et Tisserant.  Mais le Pape Pie XII mourut en Octobre 1958.  Lorsqu’arriva 1960, l’on dit au monde en attente que Jean XXIII avait décidé de ne pas se conformer aux « volontés de la Vierge. »  Un communiqué de presse du Vatican, daté du 8 Février, faisait connaitre que: « Face aux pressions qui ont été faites sur le Vatican, certains voulais que la lettre soit ouverte et communiquée au monde entier ; d’autres, à travers la supposition qu’elle contiendrai des prophéties alarmantes, désirant que cette publication soit retenue, ce même cercle du Vatican déclara que le Vatican avait décidé de ne pas rendre public la lettre de Sr. Lucie, et de continuer à la garder rigoureusement scellée.
« La décision des autorités du Vatican est basée sur diverses raisons: 1. Sr. Lucia est encore vivante.  2. Le Vatican connaît déjà le contenu de la lettre.  3. Bien que l’Eglise reconnaisse les apparitions de Fatima, elle ne s’engage pas à garantir la véracité des propos que les trois petits bergers affirment avoir entendu de Notre Dame.
« Dans ces circonstances, il est plus probable que le Secret de Fatima resterapour toujours, sous sceller. (A. N. I.) »
Les Textes de Neues Europa
C’était dans ce sinistre assombrissement que le concile Vatican II avait commencé en Octobre 1962.  L’on peut alors imaginer la sensation causée en Octobre 1963, lorsque le périodique Allemand, Neues Europa, publia ce qu’il prétendait être un « extrait » du Troisième Secret.
Nous allons ici donner une traduction de cet article, qui paru en 15 Octobre:
Dans Neues Europa du 1er Octobre 1963, nous avons déjà annoncé à nos lecteurs la publication sur l’enquête qui suit.  Louis Emrich a été capable d’obtenir une information d’un grand intérêt sur la troisième partie du message de Fatima.  Nous sommes à mesure de donner à nos lecteurs le contenu du troisième message de Fatima sous la forme—c’est un extrait— tel qu’il fut présenté aux diplomates de Washington, Londres et Moscou, — L’éditeur.
Ce que Neues Europa avait déjà prévu en 1956-1958, i.e., qu’au cours des années 1963-1965, l’importance des conclusions aux accords mondiaux qui avaient été portées entre les pays Anglo-Saxon d’une part et l’ Union Soviétique d’autre part, est devenue une réalité avec les accords du 6 Août 1963, à Moscou sur la cessation de tous les nouveaux tests atomiques dans les airs, sur la terre et sous l’eau.  A ce rendez-vous, plus de 90 gouvernements avaient signé cet accord.
Ce qui n’est pas bien connu, d’une autre part, c’est le fait que les accords de Moscou n’étaient pas seulement des résultats satisfaisants pour la diplomatie mondiale, mais également pour la diplomatie du Vatican.  En effet, c’était la première fois dans l’histoire récente de l’humanité, que dans les conclusions d’un accord politique d’une signification mondiale, les participants avaient pris en considération les facteurs essentiels provenant des données religieuses.  Paul VI permis non seulement à Kennedy mais aussi à Khrouchtchev de regarder certaines parties du troisième message de Fatima que la Mère de Dieu avait révélé le 13 Octobre 1917 à la petite prophétesse portugaise Lucie.  Ce message est si pressant qu’il avait unanimement et profondément impressionné les milieux de ces personnes qui étaient chargées de conclure les accords entre le Vatican et Moscou.
J’ai fait tout ce qui était possible afin de me procurer le texte original du troisième message de Fatima, mais tous mes efforts restèrent vains.  Le Vatican a fait tous les arrangements afin que ce document reste un secret papal jusqu’à nouvel ordre.
Quoi qu’il en soit, aujourd’hui je suis à mesure de communiquer aux lecteurs de Neues Europa dans tous les pays, un extrait du contenu du troisième Secret, dans la forme tels que l’information a circulée dans les milieux diplomatiques de Washington, Londres et Moscou…
Cet extrait du troisième message de Fatima  était également allé du Président Kennedy au Premier Ministre MacMillan et à Khrouchtchev, afin de les laisser l’étudier personnellement.  Ce texte a joué un grand rôle pendant la signature des accords Anglo-Américano-Russe de Moscou.   Les leaders des deux blocs politique mondial étaient tous secouer par son contenu, de même que l’avait été les Papes Pie XII, Jean XXIII et Paul VI.  Concernant les rumeurs émanant des milieux diplomatiques, les conclusions des accords suspendant d’éventuels tests des bombes atomiques étaient en grande partie la conséquence de la profonde impression laissée par l’extrait du troisième message de Fatima dans les milieux diplomatiques compétents de Washington, Londres et Moscou.  Quoi que ce document ne soit pas le texte original du message de Fatima tel qu’il fut révélé le 13 Octobre 1917 par la Mère de Dieu à la petite prophétesse Lucie, les points essentiels de l’original s’y retrouvent toutefois.  Il disait:
C’était le 13 Octobre 1917.  En ce jour la Sainte Vierge apparue pour la dernière fois aux petits visionnaires, Jacinthe, Francisco et Lucie, à la fin d’une série de six apparitions au total.  Après la manifestation du miracle du soleil à Fatima, la Mère de Dieu révéla un message secret spécial à Lucie, dans lequel elle déclarait:
« Soit tranquille, cher enfant.  C’est Moi, la Mère de Dieu, m’adressant à toi et te demandant de proclamer en Mon nom le message suivant au monde entier.  En le faisant, tu verras une forte opposition.  Soit ferme dans ta Foi, quoi qu’il en soit, et tu triompheras de toute opposition.  Ecoute et souviens-toi bien de ce que je vais te dire:
« Les Hommes doivent se convertir.  Ils doivent implorer le pardon pour les péchés qu’ils ont commis et pour ceux qu’ils commettront encore dans le futur.  Tu as demandé un signe par lequel tous les hommes devraient comprendre Mes déclarations donné à l’humanité à travers toi.  Ce miracle – tu avais vu ce véritable moment.  C’était le grand miracle du soleil!  Tous l’avait vu – croyants et non-croyants, paysans et citadins, savants et journalistes, laïcs et prêtres.  Et maintenant, proclames en Mon nom:
« Une grande punition s’abattra sur toute la race humaine, pas encore aujourd’hui, ni demain, mais dans la seconde moitié du 20e Siècle.  Ce que J’ai déjà fait savoir à La Salette à travers les enfants Mélanie et Maximin, Je te le répète aujourd’hui.  L’humanité n’a pas changé tels que Dieu l’a souhaité.   Ils ont péché et foulé aux pieds les dons qu’ils ont reçus.  Nulle part, il n’y a aucun ordre.  Satan règne également dans les positions les plus élevées et détermine les directions des choses.   Il réussira également à entrainer dans cette voie les hauts sommets de l’église.  Il réussira à séduire les esprits des grands savants qui inventent des armements avec lesquels la moitié de l’humanité peut être détruite en quelques secondes.  Il aura la force des gens sous son influence et les persuadera de se tourner vers les fabricants d’armes.  Si l’Humanité ne se corrige pas d’elle-même, Je serai forcé de laisser aller l’armée de Mon Fils.   Si les forces de la terre et de l’Eglise ne s’opposent pas en cela, Moi, Moi-même Je le ferai et Je demanderai à Dieu, Mon Père, de permettre que vienne sur les hommes, la punition de Sa justice.  Alors ce sera pour cela que Dieu punira les hommes plus durement qu’Il le fit par le Déluge, et le fort et le puissant périront avec les humbles et les faibles.
« Mais se sera aussi le temps du grand jugement pour l’Eglise.  Les Cardinaux seront contre les Cardinaux.  Les Évêques s’opposeront aux Évêques.  Satan marchera dans leurs rangs.  A Rome, il y’aura de grands changements.  Ce qui est pourri tombera et ce qui tombera ne se lèvera plus jamais.   Les ténèbres envelopperont l’Eglise et le monde sera jeter dans la panique.
« La grande guerre viendra dans la seconde moitié du 20e Siècle.  Le feu et la fumée viendront du bas vers le ciel et les eaux des océans se changeront en vapeurs.  Leurs formes exploseront vers le ciel et tout ce qui sera debout s’écroulera.  Des millions et des millions de personnes périront d’une heure à une autre et ceux qui survivront envieront ceux qui ont péri.  Autour et partout, il y’aura douleurs, misère partout dans le monde et des ruines dans tous les pays.  Regarde, le temps devient de plus en plus court, le gouffre devient large et il n’y a pas de voie de sortie; les justes périront aussi avec les mauvais, les forts avec les humbles, les princes de l’Eglise avec les fidèles, les souverains du monde avec leurs peuples; partout la mort régnera en triomphe; à travers les fautes des fou et des partisans de Satan, qui alors seul gouverneront le monde.
« Ce sera le temps où aucun roi, ni empereur, ni Cardinal, ni Evêque ne s’attendra, mais qui, toutefois, viendra punir et venger, selon les intentions de mon Père.   Après, cependant, lorsque ceux qui survivront à cela seront encore vivant, Dieu et Sa Gloire seront encore proclamés ; Dieu sera encore servi comme dans l’ancien temps, quand le monde n’était pas si corrompu.   J’appelle tous les vrais disciples de mon Fils, Jésus Christ, tous les vrais Chrétiens et les apôtres des derniers jours !   Le temps des temps viendra et la fin des fins, si l’Humanité ne se convertie pas et si cette conversion ne vient pas du haut, de ceux qui dirigent le monde et l’Eglise.  Mais  malheur, malheur à l’Humanité si elle n’est pas convertie; si cette conversion n’arrive pas et si tout reste tel que c’est le cas actuellement ou aille très mal.  Va, mon enfant, et proclame cela.  Pour cela, je serai toujours de ton coté et je t’assisterai.”
J’ajoute une fois de plus que ceci n’est pas le texte du message original tel que la Mère de Dieu l’a révélé le 13 Octobre 1917 à la petite prophétesse Lucie, maintenant une Carmélite, mais un extrait du troisième message de Fatima semblable à celui qui circule en ce moment dans les milieux diplomatiques.  Je suis rassuré que le texte authentique du message est également dur et plus accablant que l’extrait relaté ci-dessus.  Cependant, ce n’est pas inévitable dans ces conclusions, parce qu’il place la conversion de l’Humanité avant la perdition.  Comment l’Humanité décidera t-elle?  Cette question, avant et même après, reste ouverte. — Louis Emrich.
En 1981, la veuve de Louis Emrich, dans une interview avec le Professeur Hans Bender, révéla que son mari avait conversé « pendant un long moment » avec « un prêtre de Rome » avant d’écrire l’article 1963.   Rome n’a jamais émis aucun démenti au texte d’Emrich, qu’il réimprima en 1970.
 Critiques et Partisans du Texte de Neues Europa
Ceux qui estiment que le texte de Neues Europa est une version fausse du Troisième Secret en général, le font pour les raisons suivantes:
1) Il parait inconcevable que le Vatican aurait fait circuler une partie du Troisième Secret aux leaders du monde, quand il parle délibérément de la marche de Satan dans les rangs des Cardinaux et des Évêques  et cela, pendant que le Vatican essayait de peindre de rose l’image de Vatican II.
2) Il y a des preuves, qui seront discutées après, que l’original du Troisième Secret fut écrit dans une feuille de papier et que c’est tout à fait bref  peut-être 20 à 25 lignes manuscrites.  Le texte de Neues Europa est plus long.  Si c’est un manuscrit, j’en demanderai quelques pages.
3) Plusieurs croient que les paroles de Notre Dame qui se trouvent à la fin de la seconde partie du Secret, « Au Portugal, le dogme de la foi sera toujours préservé, etc. » sont une préface de la Troisième Partie du Secret.  Clairement, la contraction « etc. » signifie que quelque chose dite par Notre Dame a été abandonnée.  Le texte de Neues Europa ne fait aucune liaison.
4) Une affirmation attribuée à Notre Dame dans le texte de Neues Europa semble avoir été plagiée par un connaisseur du livre.
5) A l’apparition de Juillet, Notre Dame a dit aux enfants de ne révélé le Secret à quiconque.  Dans le texte de Neues Europa, Notre Dame est supposé dire à Lucia « d’annoncer ceci » et « proclamé ceci. »
6) Le grand Secret avec « trois parties distinctes » fut, d’après les Mémoires de Sr. Lucia, donné aux enfants au cours de l’apparition de Juillet.  Les textes de Neues Europa disent plutôt que le Troisième Secret avait été donné à Lucia après le Miracle du Soleil au cours de l’Apparition d’Octobre.
7) Aucune guerre plus grande que celle prédite dans la Seconde Partie du Secret n’éclata dans la seconde moitié du 20e siècle, et certainement il n’y avait aucun holocauste nucléaire, comme le texte de Neues Europa paraissait prédire.
8) Dans les articles qui ont succédé, Louis Emrich commis de nombreuses erreurs et des fabrications évidentes.  Assez ressemblant à plusieurs journalistes d’aujourd’hui.
Les partisans du texte de Neues Europa apparaissent être unanime en ce qu’ils ne l’acceptent pas en totalité  en effet, même Louis Emrich l’a reconnucomme nous l’avons vu.  Ils sont d’accord avec Emrich pour autant qu’il réclame, « …les points essentiels de l’original sont…établis en cela. »  Convenu des sources, c’est s’attendre que ces « points essentiels » puissent avoir été améliorés et amplifiés, particulièrement en ce qui concerne l’avertissement à propos de la guerre nucléaire.  Les sources, étaient clairement intéressées dans la promotion du soutien public pour la réduction des armes nucléaires.  Et donner pareil améliorations, ce ne serait pas étonnant pour une Apparition.  Ainsi, d’après les partisans, toutes les objections au-dessus deviennent discutables  la seule question serait: y’a t-il une quelconque évidence que le texte de Neues Europa contienne réellement des « points essentiels » de l’original du Troisième Secret?  Les partisans répondent par l’affirmative, et voici quelques unes de leurs raisons:
1) Certains experts de Fatima ont donné du crédit au texte de Neues Europa, y compris le père Fr. Messias Coelho.   Il le fit sous l’autorité d’un cardinal ayant requis l’anonymat, qui avait lu l’original et lui avait dit que le texte de Neues Europa, fondamentalement, correspondaient à cela.
2) Le Cardinal anonyme apparu comme étant le Cardinal Ottaviani.  Selon l’informateur d'intérieur du Vatican, Msgr. Corrado Balduccile père Fr. Mastrocoladirecteur du journal religieux Santa Rita, a demandé au Cardinal Ottaviani la permission de réimprimer le texte de Neues Europa.   « Fait-le, fait-le.  Imprimes dix milles copies, vingt milles, trente milles, » lui répondit Ottaviani, qui était gardien du Troisième Secret et l’avait lu.  « Publies-en plusieurs copies tels que tu le veux, parce que La Madone voulait que cela soit déjà publié en 1960. »  Avec cette approbation, bien que non-officiel, le texte de Neues Europa avait largement circulé et également republié dans L’Osservatore Romano dans son édition du Dimanche 15 Octobre 1978.
 3) Bien qu’il y’ait eu des rumeurs que Sr. Lucia avait rejeté les textes de Neues Europa, cela n’a jamais été prouvé (quoi que ce ne serait pas une surprise si cela n’était pas vraie.  Tels que c’est noté ci-dessus, de même Louis Emrich l’avait abondamment clarifié que le texte de Neues Europa n’était pas l’original).  D’autre part, il est certain que dans l’interview avec le Père Augustine Fuentes le 26 Décembre 1957, Sr. Lucie fit certaines affirmations qui semblent confirmer les « points essentiels » du texte de Neues Europa :
« Mon Père, la très Sainte Vierge est très triste parce que personne n’a fait attention à Son message, ni les bons ni les mauvais.  Les bons continuent dans leur voie mais sans accorder aucune importance à Son message.  Les mauvais, sans voir le châtiment de Dieu qui s’abat actuellement sur eux, continuent leur vie de péché sans également s’inquiéter du message.  Mais croyez-moi, mon Père, Dieu châtiera le monde et ce sera d’une manière terrible.   Le châtiment du Ciel est imminent.  Mon Père, combien de temps reste t-il pour que 1960 arrive?   Ce sera très triste pour tout le monde, aucune personne ne se réjouira finalement si préalablement le monde ne prie pas et ne fait pas de pénitence.  Je ne suis pas à mesure de donner certains autres détails parce que c’est encore un secret.  En accord avec la volonté de la très Sainte Vierge, seul le Saint Père (Pape Pie XII) et l’Evêque de Fatima (Da Silva) ont été permis de connaitre le Secret, mais ils ont choisi de ne pas le connaitre afin qu’ils ne soient pas influencé.   Ceci est la troisième partie du Message de Notre Dame, qui restera secret jusqu’en 1960.
« Dites-leur, Mon Père, que plusieurs fois la très Sainte Vierge a dit à mes cousins Francisco et Jacinta, aussi bien qu’à moi-même,  que plusieurs nations disparaitront de la face de la terre.   Elle dit également que la Russie serait l’instrument de châtiments choisit par le Ciel pour punir le monde entier si nous n’obtenons pas préalablement la conversion de ces pauvres nations. 
« Mon Père, le diable a pris des dispositions pour engager une bataille décisive contre la Sainte Vierge.  Et le diable sait ce que c’est que plusieurs offensent Dieu et qu’en un laps de temps, il puisse gagner un plus grand nombre d’âmes.  Ainsi, le diable fait tout pour dominer les âmes consacrer à Dieu, parce que de cette manière, le diable réussira à enlever les âmes des croyants abandonnés par leurs chefs, par ce moyen il pourra facilement les saisir.
« Ce qui affecte le Cœur Immaculé de Marie et le Cœur de Jésus c’est la chute des âmes des religieux et des prêtres.  Le diable connait que les religieux  et les prêtres qui tombent, abandonnent leur belle vocation et entrainent de nombreuses âmes en Enfer.  …Le diable souhaite prendre possession des âmes consacrées.  Il essaye de les corrompre afin d’endormir les âmes des croyants et de cette façon, les conduire à l’impénitence finale » (La verdad sobre el Secreto de Fatima, Fr. Joaquín Alonso).           
4) Dans une lettre qui était prétendument adressée à Jean Paul II, datée du 12 Mai 1982, Sr. Lucie donna plusieurs indications à propos du Troisième Secret :
« La troisième partie du secret, dont vous êtes si anxieux de connaître, se réfère aux paroles de notre-Dame: “Sinon la Russie répandra ses erreurs à travers le monde, favorisant guerres et persécutions envers l'Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, diverses nations seront détruites”. 
La troisième partie du secret est une révélation symbolique, qui se réfère à cette partie du Message, conditionné par le fait que nous acceptions ou non ce que le Message lui-même nous demande: “si on accepte mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix; sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, etc...”. 
Comme nous n'avons par tenu compte de cet appel du Message, nous constatons qu'il s'est réalisé, la Russie a inondé le monde de ses erreurs. Et si nous ne constatons pas encore la réalisation totale de la fin de cette prophétie, nous voyons que nous nous y acheminons peu à peu à grands pas. Si nous ne renonçons pas au chemin de péché, de haine, de vengeance qui viole les droits de la personne humaine, d'immoralité et de violence, etc. 
Et ne disons pas que c'est Dieu qui ainsi nous punit; au contraire, ce sont les hommes qui préparent eux-mêmes leur châtiment. Dans sa sollicitude, Dieu nous avertit et nous incite à prendre le bon chemin, respectant la liberté qu'il nous a donnée; c'est pourquoi les hommes sont responsables ».
5) En 1980, Jean Paul II rencontra un groupe d’intellectuels, préalablement sélectionné, à Fulda, en Allemagne.  Là, il lui fut demandé, « Qu’est ce qu’il en est du Troisième Secret de Fatima?  N’aurait-il pas déjà été publié en 1960 ? »  La réponse de Jean Paul II fut : « Etant donné le sérieux de son contenu, mes prédécesseurs…préférèrent renvoyer la publication afin de ne pas encourager la puissance mondiale du communisme de faire certains changements.  En d’autres termes, s’aurait été suffisant pour tous les Chrétiens de le savoir : s’il y a un message dans lequel il est écrit que les océans submergeraient toutes les régions de la terre, et que pendant un moment des millions de gens périront, véritablement que pareil message n’est pas quelque chose qui peut-être tellement désirée… » (Stimme des Glaubens, Octobre 1981).
6) Le 17 Mars 1990, le Cardinal Silvio Oddi, qui avait été un ami intime de Jean XXIII, déclara que le Troisième Secret « …n’avait rien à voir avec Gorbatchev.  La Sainte Vierge nous alertais contre l’apostasie dans l’Eglise » (Il Sabbato, 17 Mars 1990).
7) Dans une lettre personnelle adressée au Professeur Baumgartner de Salzburg en Autriche, le Cardinal Luigi Ciappi révéla: « Dans le Troisième Secret, il est prédit, parmi d’autres choses, que la grande apostasie dans l’Eglise commencera par la tète » (Catholic, Mars 2002).
Bien que n’étant pas concluante, toutes ces indications semblent indiquées que l’essence de l’original du Troisième Secret, comme le texte de Neues Europa, a à faire à une imminente punition du monde  une punition qui est à la fois physique et spirituelle, impliquant à la fois la Russie et une apostasie de la foi Catholique.
Par conséquent, plusieurs furent surpris quand le 26 Juin 2000, le Vatican révéla ce qu’il a affirmé être l’authentique Secret de Fatima ; cette version du secret n’était pas le message de Notre Dame.  Plutôt c’était une description délibérée d’une vision éloignée accordée aux trois enfants au cours de l’apparition de Juillet.  Le Vatican essaya alors d’interpréter la vision et d’étouffer l’entière substance.  Cela n’arriva pas.  Immédiatement, des critiques commencèrent à exprimer leurs soupçons, et un flot de preuves commença à émerger.  Les critiques et les preuves tombèrent dans trois catégories en générales : 1) que le « texte en vision » est une imposture complète ; 2) que le « texte en vision » peut être valide, mais que son interprétation par le Vatican est fausse ; 3) que le « texte en vision » peut être valide, mais que le Vatican dissimulerai l’existence du véritable texte  les paroles de Notre Dame expliquant la vision et liées aux mots, « Au Portugal, se conservera toujours le dogme de la foi, etc. ».   ( à suivre…)

 Deuxième Partie
fatima.jpg (288065 bytes)
 Après des décennies de silence, le Vatican a révélé le 26 Juin 2000, ce qu’il a estimé être l’authentique Troisième Secret de Fatima.   Plusieurs personnes furent surprises de constater que le texte de cette version n’était pas le message de Notre Dame, mais plutôt une description délibérée d’une vision éloignée accordée aux trois enfants au cours de l’apparition de Juillet.  Le Vatican a tenté d'interpréter la vision et mit fin à la question.   Cette tentative échoua, et immédiatement, plusieurs critiques commencèrent à exprimer leurs soupçons.
Le Texte de 2000 sur la « Vision »
La publication du texte fut annoncée par le Cardinal Angelo Sodano, alors qu’il était encore Secrétaire d’Etat du Vatican.  Y était inclut, un commentaire du Cardinal Ratzinger, alors Préfet de la congrégation pour la Doctrine de la Foi (maintenant Benoît XVI), et une introduction de son secrétaire, alors Archevêque Bertone (maintenant Cardinal Secrétaire d’Etat).   Le texte est un manuscrit, que l’on prétend avoir été écrit par Sr. Lucia; dans une feuille de papier pliée pour en faire quatre pages.  Ceci est le texte tel qu’il apparaît dans le site officiel du Vatican, mais avec des changements dans la ponctuation afin de s’harmoniser au manuscrit :
J.M.J. 
La troisième partie du secret révélé le 13 juillet 1917 dans la Cova de Iria-Fatima. 
J'écris en obéissance à Vous, mon Dieu, qui me le commandez par l'intermédiaire de son Excellence Rév. Monseigneur l'Évêque de Leiria et de Votre Très Sainte Mère, qui est aussi la mienne. 
Après les deux parties que j'ai déjà exposées, nous avons vu sur le côté gauche de Notre-Dame, un peu plus en hauteur, un Ange avec une épée de feu dans la main gauche; elle scintillait et émettait des flammes qui, semblait-il, devaient incendier le monde; mais elles s'éteignaient au contact de la splendeur qui émanait de la main droite de Notre-Dame en direction de lui; l'Ange, indiquant la terre avec sa main droite, dit d'une voix forte: PénitencePénitencePénitence !  Et nous vîmes dans une lumière immense qui est Dieu: “Quelque chose de semblable à la manière dont se voient les personnes dans un miroir quand elles passent devant” un Évêque vêtu de Blanc, “nous avons eu le pressentiment que c'était le Saint-Père”.  Divers autres Évêques, Prêtres, religieux et religieuses monter sur une montagne escarpée, au sommet de laquelle il y avait une grande Croix en troncs bruts, comme s'ils étaient en chêne-liège avec leur écorce; avant d'y arriver, le Saint-Père traversa une grande ville à moitié en ruine et, à moitié tremblant, d'un pas vacillant, affligé de souffrance et de peine, il priait pour les âmes des cadavres qu'il trouvait sur son chemin; parvenu au sommet de la montagne, prosterné à genoux au pied de la grande Croix, il fut tué par un groupe de soldats qui tirèrent plusieurs coups avec une arme à feu et des flèches; et de la même manière moururent les uns après les autres les Évêques, les Prêtres, les religieux et religieuses et divers laïcs, hommes et femmes de classes et de catégories sociales différentes. Sous les deux bras de la Croix, il y avait deux Anges, chacun avec un arrosoir de cristal à la main, dans lequel ils recueillaient le sang des Martyrs et avec lequel ils irriguaient les âmes qui s'approchaient de Dieu.   
Tuy - 3-1-1944 
Interrogation sur l’Authenticité du Texte Relatant la « Vision »
    Pour le premier groupe de critiques, il s’agit de savoir si ce texte est authentique ou l’écarter comme étant un faux, voire une imposture.  Les critiques concernant quelquefois des mots ou une curieuse rédaction sont réellement peu concluantes.   Par exemple, certains ont trouvé les mots « coups avec une arme à feu et des flèches » comme étant ridiculement déplacés — mais ils ne le sont pas réellement.  La haute technologie du tir à l’arc est encore pour beaucoup une réalité.  D’autres ont trouvé que le mot « cadavres » (cadaveres en Portugais) était bizarre, excentrique  que « mort » ou « disparu » serait plus naturel.  Mais peut-être ceci était seulement un moyen pour souligner que ces cadavres étaient vus au cours dans la « vision ».
Beaucoup plus suspect est le fait que dans l’introduction de Bertone, une phrase a été rédigée en dehors de la citation de la lettre de Sr. Lucia, présentée comme avoir été écrite par Jean Paul II en 1982.  Nous avons déjà cité cet intriguant texte et le ferons encore pour une autre perspective.  Ici nous souhaitons mettre l’accent sur la partie (en italique) omise par Bertone:
La troisième partie du secret, dont vous êtes si anxieux de connaître, est une révélation symbolique, qui se réfère à cette partie du Message, conditionnée par le fait que nous acceptions ou non ce que le Message lui-même nous demande: “si on accepte Mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix; sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, etc…”.
      Les raisons des critiques furent que cette omission est une trahison délibérée, au regard du fait que, selon le témoignage personnel de Bertone, Jean Paul II avait déjà lu le Troisième Secret en 1981 et, par conséquent, ne pouvais pas être « si anxieux de [le] connaître ».  La lettre, argumentent-ils, doit avoir été adressée à une autre personne, si elle est authentique en tout.  Au regard de cette trahison, le texte de la « vision » ne pouvait-il pas être aussi bien un faux?  Etrange à dire, même si cette lettre est authentique, elle contredit la position du Vatican dans plusieurs points, comme nous avons déjà commencé à le voir dans la première partie de cette série.
Déclencher davantage cette controverse est un fait indéniable qu’il y’a des différences significatives sur le manuscrit représenté par des images et les manuscrits qui sont affichées sur le site propre du Vatican ou publiées avec les mémoires de Sr. Lucia.   Il parait que des experts en écriture ont maintenu, quoi que pas en totalité, que tout au moins certains manuscrits n’étaient pas écrit par la même personne.
Cependant, le fait est que des différences significatives soient notées dans tous les manuscrits attribués à Sr. Lucia, venant de n’importe quelle source.  L’un de ces manuscrits, décrivant la vision dans laquelle Notre Dame demandait la Réparation aux Premiers Samedis, est même écrit à la troisième personne.  Une explication serait que Sr. Lucia n’avait pas une élégante main d’écriture, et ainsi plusieurs religieuses pouvaient avoir été assignées pour l’aider à écrire les documents très importants.  Bien que cette explication soit vraie dans certains documents, il est difficile d’imaginer Sr. Lucia dictant le Troisième Secret à une autre personne.  Néanmoins, le manuscrit du texte de la « vision » du Vatican est parmi les plus élégants de tous les spécimens connus que l’on prétend être ceux de Sr. Lucia.
A moins que nous soyons bien sûr des différents spécimens disponibles et qui sont véritablement ceux de Sr. Lucia, il est inutile de comparer les manuscrits.  Mais les contradictions et divergences observées contribuent certainement à ne pas confirmer l’authenticité du texte de la « vision ».  Et pourquoi des marques de citations sont-elles autour de certaines phrases, comme si c’était les paroles d’une autre personne ?
Interrogation sur l’Interprétation du Vatican Concernant le Texte qui Relate la “Vision”
Bien que les questions concernant l’authenticité ne puissent pas aboutir à des réponses concluantes, les critiques sont unanimes que l’interprétation du Vatican sur le sens de la vision est absurde.  L’interprétation est donnée principalement dans l’Introduction de Bertone et le Commentaire de Ratzinger, précédé par l’Annonce de Sodano, qui se trouve être le lieu où des zones d’ombre ont été préalablement observées.  Sodano essaya de préparer le monde à la révélation du texte relatant la « vision » en le liant à l’assassinat manqué sur Jean Paul II :
Selon l'interprétation des petits bergers… «L’Évêque vêtu de blanc »… est le Pape. Lui aussi… tombe à terre comme mort, sous les coups d'une arme à feu.  Après l'attentat du 13 mai 1981, il apparut clairement… qu'il y avait eu « une main maternelle pour guider la trajectoire du projectile », permettant au « Pape agonisant » de s'arrêter «au seuil de la mort » … Bien que les situations auxquelles fait référence la troisième partie du secret de Fatima semblent désormais appartenir au passé (Ajouter en Italique)
Et ainsi la spéculation commença.  « L'Évêque vêtu de blanc » est seulement « comme mort, » donc évidemment cela fait référence à Jean Paul II et sa guérison.  Sodano mentionna également la « chute du régime communiste », de là, le Troisième Secret est une affaire déjà traitée  c’est une partie du « passé. »
L’Introduction de Bertone du texte de la « vision », comme presque tout ce que Bertone a fait en relation avec le Troisième Secret, est un incroyable gâchis.  Il mentionne l’assassinat manqué du 13 Mai 1981 et nous informe d’ailleurs par la suite que Jean Paul II lu le « Troisième Secret » brièvement après.   Ceci fut suivit par un « Acte de Consécration » de « tous les hommes et des peuples » au « Cœur Immaculé de Marie » le 25 Mars 1984.  Bertone essaya de prouver que Sr. Lucia donna son accord pour l’approbation de cet « Acte », et que celui-ci venait remplir la demande de Notre Dame de Consacrer la Russie à Son Cœur Immaculé.  En agissant ainsi, Bertone faisait référence à la prétendue lettre de Sr. Lucia datée du 8 Novembre 1989 ; Il déclara solennellement que « toute discussion supplémentaire ou demande (soit pour une nette consécration de la Russie) est sans fondement. »  Le problème est qu’il a été prouvé que la lettre de 1989 aurait été truquée.  La lettre n’était pas manuscrite mais générée par un ordinateur et imprimée, mais que Sr. Lucia n’a jamais utilisé d’ordinateur, affirma plutard Bertone.  La lettre contenait de flagrantes erreurs que Sr. Lucia ne pouvait pas avoir pu faire : une déclaration que Paul VI avait consacré le monde pendant sa visite à Fatima en 1967.  Il ne fit pas une chose pareille.  Bertone prétendait avoir eu une longue conversation avec Sr. Lucia (en réalité, il présente une nouvelle maintenant et rien après), et encore il n’apporta aucune suite d’évidence que Sr. Lucia avait confirmé cette lettre ou cet « Acte » pendant ces conversations.
Bertone rapporte alors les propos de « la lettre de 1982 » de Sr. Lucia, que nous avons déjà cité plus haut, prétendant qu’ils donnent une « indication pour l’interprétation » du texte de la  « vision ».  Evidemment il fait cela parce que c’est la seule référence qu’il peut donner, laquelle appelle le Troisième Secret une « révélation symbolique ».  Mais le reste de la lettre contredit l’interprétation du Vatican.  Comme vu intégralement dans la première partie de cette série, cette lettre ne rapporte pas seulement le Troisième Secret des recommandations de Notre Dame concernant la Russie, mais inclut également cette contradiction révélatrice :
…Et si nous ne constatons pas encore la réalisation totale de la fin de cette prophétie, nous voyons que nous nous y acheminons peu à peu à grands pas.
Cette année est celle après la tentative d’assassinat ; la lettre ne le mentionne même pas, et semble clairement indiquée que le Troisième Secret n’est pas encore accompli.  Cela ne semble pas concerner Bertone.  Il a simplement déclaré, le plus solennellement, que tout est fini :
La décision du… Jean-Paul II de rendre publique la troisième partie du « secret » de Fatima conclut une période de l'histoire, marquée par de tragiques volontés humaines de puissance et d'iniquité…
Un étonnement, si la « décision » peut fonctionner de façon merveilleuse, pourquoi ce ne fut pas fait en 1960, selon la « volonté de Notre Dame » ?  Pas étonné, pour Bertone de fournir des réponses !  Considérer ce coup de tonnerre, suppose détenir le compte-rendu d’une des « conversations » avec Sr. Lucia :
Alors que Sœur Lucie, avant de remettre à l'évêque de Leiria-Fatima de l'époque la lettre scellée contenant la troisième partie du « secret », avait écrit sur l'enveloppe extérieure qu'elle pouvait être ouverte seulement après 1960, soit par le Patriarche de Lisbonne soit par l'évêque de Leiria, Monseigneur Bertone lui demande: « Pourquoi l'échéance de 1960?  Est-ce la Vierge qui avait indiqué cette date?  Sœur Lucie répond: « Ça n'a pas été Notre-Dame, mais c'est moi qui ai mis la date de 1960, car, selon mon intuition, avant 1960, on n'aurait pas compris, on aurait compris seulement après.  Maintenant on peut mieux comprendre.  J'ai écrit ce que j'ai vu, l'interprétation ne me regarde pas, elle regarde le Pape ».
Fort à propos, il omit de mentionner que Sr. Lucia avait dit expressément plusieurs fois que c’était Notre Dame, juste comme elle écrivit sur les enveloppes !  Si Sr. Lucia avait réellement admis cela à Bertone, alors elle avait avoué une énorme fraude !   Mais Bertone n’avait pas fait mention de cela quel qu’il soit.  Et naturellement, ceci et toute conversation qu’il prétend avoir eu avec Sr. Lucia, ne peut être appuyée par aucun enregistrement, transcription ou témoignage.
Ensuite nous avons le Commentaire de Ratzinger dans lequel il déclare :
      Aucun grand mystère n'est révélé; le voile de l'avenir n'est pas déchiré.  Nous voyons l'Église des martyrs du siècle qui s'achève représentée à travers une scène décrite dans un langage symbolique difficile à déchiffrer.
Une fois de plus, le mantra est : tout est fini.  Et pourquoi le texte serait-il si difficile à déchiffrer ?  Le reste du message de Fatima, y compris les deux premières parties du Secret, est suffisamment facile à comprendre.  Pourquoi Notre Dame voudrait-elle donner un Secret qui restera un mystère même après qu’il aura été révélé ?
      Ratzinger entreprit de fournir des réponses avec un très long discours théologique sur les révélations privées et les visions.  Tandis qu’il maintient que la prétendue vision n’est pas « une fantaisie », il suggère pourtant que : 
      La conclusion du « secret » rappelle des images que Sœur Lucie peut avoir vues dans des livres de piété et dont le contenu provient d'anciennes intuitions de foi.
Même le L. A. TIMES choisi dans cette suggestion, un gros titre : « Le Plus Grand Théologien du Vatican Ridiculise Gentiment le Compte-rendu d’une Sœur sur La vision de 1917 qui Alimenta des Décennies de Spéculation » (27 Juin 2000).
Citant Sodano de nombreuses fois, Ratzinger une fois de plus essaya de lier « l'Évêque vêtu de blanc » qui « était tué » à l’assassinat manqué de 1981.  Il conclut avec une autre reprise de mantra :
      Dans la mesure où des événements particuliers sont représentés, ils appartiennent désormais au passé. Ceux qui attendaient des révélations apocalyptiques excitantes sur la fin du monde et sur le cours futur de l'histoire seront déçus.
Les critiques ne tardèrent pas à exprimer leur incroyance.  La Repubblica, un des grands journaux italiens fit courir un éditorial le 27 Juin 2000 :
Le célèbre « Troisième Secret » ne peut être réconcilié avec les événements dramatiques du 13 Mai 1981.  Il n’y a aucun Pape qui tomba « apparemment mort.»  La Scène est autre.  Le Pape est tué par « un groupe de soldats qui tirèrent plusieurs coups avec une arme à feu et des flèches.»  Ce n’est pas utilisé pour invoquer le langage des symboles ni une métaphore…(le texte de la vision) pointe entièrement autre chose quelque part.
Plusieurs critiques sont convaincus que si le texte de la « vision » et la « lettre de 1982 » citée pour le supporter étaient une fraude totale, sûrement les faussaires auraient voulu trouver quelque chose moins contradictoire à leur position et moins chargée comportant des difficultés.   Il y’a tellement des problèmes, sûrement ils n’auraient pas pu tous les fabriquer simplement !  Ainsi ils maintiennent que le texte de la « vision » est probablement authentique, et même peut-être la « lettre de 1982 » (quoique évidemment pas écrite par Jean Paul II).  Ils maintiennent davantage qu’il doit exister une portion du Secret pas encore révélée  les paroles de Notre Dame qui voudraient expliquée la « Vision, » juste comme Elle avait accompagné la vision de l’enfer (la première partie du Secret) avec les mots expliquant sa signification (la seconde partie du Secret).  Comme nous pourrons le voir dans la prochaine partie de cette série, il y’a des évidences considérables qui montrent que quelque chose manque.   

 – Troisième Partie
De nombreux critiques pensent que le Vatican n’a pas encore révélé entièrement le Troisième Secret de Fatima.  Dans les années récentes, avec des preuves de montage, le Vatican est passé par des mesures extrêmes afin de continuer la dissimulation.
Le Rapport de  “Inside the Vatican
Le 26 Octobre 2001, divers journaux Italiens, en particulier Inside the Vatican (Au Vatican), un journal religieux indépendant, avancèrent comme gros titre : « Le Secret de Fatima : Plus à venir ? »  Le fin mot de l’article était d’affirmer que Sr. Lucia avait envoyé une lettre à Jean Paul II le mettant en garde que sa vie était en danger, et que les événements parlés dans le Troisième Secret n’étaient pas encore arrivés.  Dans la lettre, était également inclus un appel à entièrement révélé le Troisième Secret,  avec la recommandation que « bientôt il y’aura un grand bouleversement et punition. »  L’évêque de Sousa de Fatima, apparemment, confirma que la lettre avait été envoyée, mais démenti qu’elle exprimait la peur pour la « vie du pape. »
L’article rapporte également qu’un prêtre Italien, le ‘Père’ Luigi Bianchi, prétend avoir rencontré Sr. Lucia et, comme résultat, il exprima des doutes que le Vatican ait révélé entièrement le Troisième Secret.   L’article donne ensuite une embarrassante réponse du ‘Cardinal’ Ratzinger : « Les rumeurs récentes de la lettre sont seulement une continuation d’une vieille polémique alimentée par certaines personnes d’une crédibilité douteuse, avec des objectifs de déstabilisation de l’équilibre intérieur de la Curie Romaine… »  Maintenant, comment « des personnes d’une crédibilité douteuse » peuvent-elles réussir « la déstabilisation… de la Curie Romaine », à moins que les membres de la Curie soient en accord avec eux, ou peut-être leur fournisse des informations ?
L’article maintient que ce n’était pas certain que le ‘Père’ Bianchi ait obtenu la permission nécessaire de parler à Sr. Lucia ; ensuite, souligne un fait surprenant – Sr. Lucia était la seule personne sur la terre pour laquelle on avait besoin d’une permission spéciale du Vatican, afin de lui adresser la parole.  Ce fut ainsi même après que le Vatican ait soi-disant révélé entièrement le Troisième Secret, mais pourquoi ?  S’il n’y avait rien d’autre à révéler, pourquoi ordonner le bâillonnement ?   Pourquoi tous ces secrets ?
Deux Parties pour la Troisième Partie?
Sr. Lucia avait toujours maintenu que le Secret de Fatima avait trois parties.  Mais la Troisième partie pourrait-elle avoir deux parties ?  Le signe de cela a aussitôt commencé en 1952, quand le Pape Pie XII envoya un Jésuite Autrichien, Joseph Schweigl, interroger Sr. Lucia dans son couvent à Coimbra.  Apres l’interview qui eu lieu le 2 Septembre, le Père Schweigl déclara : « Je ne peux rien révéler qui concerne le Troisième Secret, mais je suis à mesure de dire qu’il comporte deux parties : Une partie concerne le Pape.  L’autre partie est une suite logique – quoique je ne puisse rien dire – de ces propos : ‘Au Portugal, le dogme de la foi sera toujours préservé.’ »
Certes, le Troisième Secret renferme les propos que Notre Dame avait déjà révélé par un expert de Fatima Canon Casimir Barthas, après son interview avec Sr. Lucia concernant le Troisième Secret les 17 et 18 Octobre 1946.  Barthas avait déclaré : « Le texte des paroles de Notre Dame avait été écrit par Sœur Lucia et joint dans une enveloppe scellée. »  Mais la version du Vatican du Troisième Secret ne contenait aucun propos de Notre Dame !
Le Cardinal Ottaviani aussi interviewa Sr. Lucia concernant le Troisième Secret en 1955.  Il révéla plutard (en 1967) : « Elle avait écrit sur une feuille de papier ce que Notre Dame lui avait demandé de dire au Saint Père. »  C’est un fait connu qu’Ottaviani avait en ce temps-là lu le Troisième Secret lui-même, et ne pouvait pas se tromper.  Alors, où est ce papier avec les propos de Notre Dame pour le Saint Père ?
Bertone Prétend Avoir EU Une Autre Interview
Sans doute, pressentant la pression ou une forte insistance, le Secrétaire d’Etat de Vatican II, le ‘Cardinal’ Bertone, qui, comme nous l’avons vu, avait manipulé l’affaire du Troisième Secret, prétendit le 21 Décembre 2001, qu’il avait conduit une autre interview auprès de la Sr. Lucia un mois avant.  Une fois de plus, il n’avait produit aucun document, enregistrement ou un témoignage de confirmation.  Nous avons seulement la parole de Bertone affirmant avoir questionné Sr. Lucia pendant plus de deux heures.  Cependant Bertone fournit seulement peu de mots qu’il attribut à Sr. Lucia : « Tout a été publié ; il n’y a plus d’autres secrets. »  Ensuite il prétend lui avoir demandé : « Est-il vrai que parlant au Rev. Luigi Bianchi et au Rev. José dos Santos Valinho, vous avez jeté un doute sur l’interprétation de la troisième partie du ‘secret’ ? »   Sr. Lucia est supposée avoir répondu : « Ce n’est pas vrai.  J’ai entièrement confirmé l’interprétation faite au cours de l’année Jubilaire. »  (Il devrait être noté que le ‘Rev’ José dos Santos Valinho, mentionné par Bertone, est le neveu de Sr. Lucia.)  Nous avons immédiatement ressenti des absurdités de « l’interprétation » faite par Sodano, Bertone et Ratzinger en 2000.  L’idée selon laquelle Sr. Lucia voulait « confirmer entièrement cette interprétation » est également absurde.  Avait-on fait pression sur Sr. Lucia pour qu’elle donne cette réponse ?  Bertone avait-il fabriqué cette réponse ?  Ou était-ce un autre exemple de machination du Vatican ?  Bertone lui-même fournis un indice en Mai 2007.  Quand, interrogé de nouveau si Sr. Lucia avait « accepté cette interprétation » du Cardinal Sodano, Bertone répondit : « Certainement, quand bien même pas en ces termes. » Maintenant, il y a clairement une grande différence entre « confirmer entièrement » et « pas en ces termes. »
L’on devrait également noter que Sr. Lucia est supposé avoir publié un livre de 303 pages intitulé, Les Appels du Message de Fatima, un mois avant la prétendue interview.  Dans la préface du livre, écrite par ‘l’Evêque’ de Fatima de l’époque, il est dit que Sr. Lucia avait demandé la permission d’écrire le livre dans le but de « répondre aux multiples questions de manière globale, et n’avoir pas été capable de répondre aux questions de chaque personne individuellement. »  Cependant il n y’a rien dans le livre concernant une question qui avait été clairement avancée – Le Troisième Secret avait-il été entièrement découvert ?  Si c’est le cas, pourquoi étouffer la substance et juste le dire dans un livre ?  Certains ont suggéré que c’était une manière pour Sr. Lucia de nier tout ce qui lui avait été attribuée.
Inutile de dire que l’interview de Bertone avait satisfait peu de personne, notamment quelques-uns des critiques de la position du Vatican.
Un Journaliste et Un Témoin Vivant
Loris Capovilla
Le 5 Juillet 2006, un jeune journaliste, Solideo Paolini, qui faisait des recherches dans l’intension d’écrire un livre sur le Troisième Secret, s’était vu accorder une interview par le vieil Archevêque de 92 ans Loris Capovilla, l’ancien secrétaire personnel de Jean XXIII.  Lorsque Paolini lui informa du sujet de son enquête, Capovilla répondit, « Non, regardez, afin de ne donner une quelconque imprécision, depuis que cela a été révélé officiellement, je me limiterai à ce qui a été dis. » Alors souriant ouvertement, il continua, « même si je savais quelque chose d’autre… je dois me limiter à ce qui est dis dans les documents officiels.  Rédiges les questions et envoi-les moi et je répondrai à ces questions.  Je fouillerai dans mes documents… et t’enverrai quelque chose que j’ai, peut-être une phrase. »  Capovilla sourit de nouveau quand il dit cette dernière phrase.   Avant que Paolini ne s’en aille, Capovilla lui exposa un peu les dangers de se tromper de manière fantaisiste sur quelque chose de surnaturel.  Paolini eu l’impression que Capovilla ne croyait pas à tout ce que Sr. Lucia avait écrit dans le Troisième Secret, qu’il considérait ce qui était écrit à propos comme non authentique ou un produit de leur imagination.
Paolini lui envoya promptement une liste de questions, et le 18 Juillet il reçu un paquet de Capovilla.  Il contenait la liste de question de Paolini et un manuscrit des réponses de Capovilla, ensemble avec d’autres documents.  En répondant à la question de Paolini sur l’existence d’une portion inédite du Troisième Secret, la réponse de Capovilla fut : « Nulla so ! »  Ceci est une phrase Sicilienne qui signifie « Je ne peux le dire ! »  Les Italiens l’utilisent pour plaisanter, quand ils font une vaine tentative pour s’abstenir de répondre à une question.  Un des documents qui était inclut dans le paquet s’avéra être à lui tout seul, une grosse preuve contre l’interprétation officielle, et une preuve de l’existence d’un autre texte.  Il y’avait une « note réservée » à Capovilla, datée du 17 Mai 1967, enregistrant les circonstances précises qui avaient entouré la lecture du Troisième Secret par Paul VI, gardé dans l’appartement Papal le 27 Juin 1963.  Comparant le document avec l’interprétation officielle du Vatican, Paolini réalisa qu’il y’avait deux énormes contradictions : Bertone avait prétendu que Paul VI n’avait pas lu le Troisième Secret jusqu’au 27 Mars 1965 ; il avait également prétendu que le Troisième Secret était gardé exclusivement dans les archives du Saint Bureau.
Paolini téléphona Capovilla et l’interrogea sur les dates.  Capovilla protesta, « Ah, mais j’ai dit la vérité.   Regardes, je suis encore lucide ! »  Alors Capovilla essaya apparemment d’éviter de répondre aux questions, mais quand Paolini insista, il répondit : « Mais je suis d’accord, parce que l’enveloppe de Bertone n’est pas la même que l’enveloppe de Capovilla. »  Paolini stupéfait posa alors cette concluante question : « C’est pourquoi, les deux dates sont exactes, parce qu’il y’a deux textes du Troisième Secret ? »  Apres une pause, Capovilla lâcha la bombe : « C’est précisément cela ! »
         
Capovilla letter
Ci-dessus est la photocopie de la « note réservée » de Capovilla; ci-dessous se trouve la traduction.  Notons que le mot italien plico peut être traduit comme ‘‘enveloppe’’, ‘‘paquet’’ et même ‘‘fiche ou dossier’’.
Jeudi 27 Juin 1963, j’étais en fonction dans l’Anticamera du Vatican.  Paul VI très tôt le matin reçu entre autre, le Cardinal Fernando Cento (qui avait été le Nonce Papal au Portugal) et peu après, l’Evêque de Leiria Msgr. João Pereira Venancio.  Avant de s’en aller, l’Evêque demanda une « bénédiction spéciale pour la Sœur Lucia. »
C’est évident qu’au cours de l’audience, ils avaient parlé à propos de Fatima.   En fait dans l’après-midi, le Substitut, Mgr. Angelo Dell’Acqua me téléphona à Via Casilina (J’étais un invité temporaire des Sœurs de ‘‘Poverelle’’) :
« Je suis entrain de chercher l’enveloppe de Fatima.  Sais-tu où est-ce qu’elle est gardée ? »
« C’était sur le tiroir du coté droit du bureau, appelé ‘Barbarigo,’ dans la chambre à coucher. » 1
Une heure après Dell’Acqua me rappela.  « Tout est okay.  L’enveloppe a été trouvée. »
Vendredi matin (le 28 Juin) entre deux séances de travail, Paul VI me demanda : « Comment l’enveloppe était-elle arrivée avec votre nom marqué dessus ? »
« Jean XXIII me demanda de rédiger une note expliquant comment l’enveloppe arriva entre ses mains avec les noms de tous ceux qui devaient le faire connaître. »
« Avait-il fait un commentaire ? »
« Non, rien excepté ce que j‘avais écrit à l’extérieur de l’enveloppe.  ‘Je laisse cela aux autres de commenter ou de décider’. » 2  
« Fit-il toujours reprendre le sujet ? »
« Non, jamais.  Cependant la dévotion de Fatima demeura vivante en lui. »
1            C’est appelé  ainsi parce que c’est une propriété de Gregory Barbarigo. Jean XXIII l’avait reçu comme don de Co. Gius. Dalla Torre (1960).
2           Regardez les notes ci-jointes de l’agenda de Jean XXIII, du 10 Novembre 1959.
Les notes jointes, un manuscrit de Jean XXIII, mentionnent une rencontre antérieur avec le « jeune Evêque de Leiria… Mgr.  J. Pereira Venancio’’ concernant Sr. Lucia.  Elles se terminent par : « Le Saint Office arrangera tout… »
Paolini rendu visite à Capovilla une fois de plus en Juin 2007.  Cette fois le vieil homme lui montra une frustration évidente et lui fit savoir qu’il avait vivement été sollicité par le Vatican afin de retourner tous les documents concernant le Troisième Secret.  Mais il continua à confirmer tout ce qu’il avait dit à Paolini.  Ensuite il fit allusion à l’existence d’un document joint aux quatre pages du « Texte Relatant la Vision » et fit comprendre à Paolini que « les Autorités de l’Eglise » avaient laissé croire que le Secret ne contenait que les « pensées » de Sr. Lucia ou les propos qu’elle pouvait avoir pensé avoir été ceux de Notre Dame – mais ce qu’ils avaient décidé n’était pas authentique !
Bataille des livres
Apres la mort de Sr. Lucia le 13 Février 2005, un journaliste et présentateur Italien bien connu, Antonio Socci, écrivit un article pour le journal, Il Giornali, dans lequel il diabolisa la prétendue « critiques de Fatima. »  Il maintint qu’ils étaient tous des fous fanatiques, qui n’avaient aucune preuve de leur coté.  Solideo Paolini répondit à cette critique par un article en sa possession.  A sa surprise, il reçu plutard un coup de fil de Socci, qui sincèrement voulait avoir plus d’informations sur le sujet.  Paolini plutard envoya à Socci ses informations concernant Capovilla.  En moins de 2 ans, Antonio Socci allait devenir de l’ardent croyant de « l’interprétation » du Vatican qu’il était, à l’un de ses plus ardents critiques.  Apres d’exhaustives recherches, Antonio Socci publia en Novembre 2006 son livre intitulé Le Quatrième Secret de Fatima.  L’auteur, qui certainement ne pouvait pas être accusé d’être un partisan fanatique, rendit l’interview de Capovilla suffisamment célèbre ; ce qui explique l’irritation de Capovilla lors de sa dernière visite.
Cela explique aussi la tentative frénétique de Bertone à détruire son control.   Bertone, qui en ce temps-là était ‘Cardinal Secrétaire d’Etat’, décida de publier son propre livre.  En Mai 2007, Bertone se précipita de répandre son Dernier Visionnaire de Fatima (aussi appelée Le Dernier Secret de Fatima), qui est simplement un transcrit de son interview avec un journaliste sympathique, Guiseppi De Carli, avec plusieurs appendices.
Pas étonnant, Bertone prétend dans le livre, avoir encore eu une autre interview avec Sr. Lucia le 9 Décembre 2003, mais ne dit rien à propos de ce qui c’était dit.  Il prétend que les trois interviews durèrent « au moins dix heures » au total, et qu’il « prit simplement des notes » au lieu d’enregistrer les séances.   Il prétend aussi que, de ces notes, il produisit un “procès-verbal édité” des séances, que Sr. Lucia « signa avec une pleine conviction… »   Assez naturellement, ces “procès-verbaux édités” signés n’ont jamais été produits ni publiées.
De Carli voulu donner l’impression de poser des questions difficiles, ainsi occasionnellement dans le livre il soulève des points de critique.  Mais il ne mit pas la pression sur Bertone pour qu’il réponde aux questions.  Dans un point il résume certaines preuves qui montrent que le Troisième Secret fut écrit sur une seule feuille de papier contenant les déclarations du Cardinal Ottaviani citées dessus.  Ensuite De Carli demande s’il ne pouvait pas avoir deux documents –  un document en une seule page et un document en quatre pages.  La réponse de Bertone est :
Le premier document n’existe pas il n’a jamais existé dans les Archives du Bureau Saint.  Pour arriver dans la documentation des Archives, trois clés sont nécessaires… Je ne sais pas à quoi les propos du Cardinal Ottaviani font référence.
Etait-ce possible que cela se réfère à un document qui a existé ailleurs – l’appartement Papal par exemple?  Plutard dans le livre, Bertone fut questionné sur la prétendue « enveloppe de Capovilla. »  Plutôt que de répondre à la question, il s’indigna :
Vous savez quoi, ceux qui utilisent la loupe de préjudice, s’y attachent-ils ?  Ils s’attachent au fait que dans le ‘Secret’ révélé, il n’y a aucune parole de la Vierge adressée aux bergers… les propos de la Vierge pouvaient avoir été temporairement censurés, parce qu’ils avaient été considérés comme dévastateurs.  Et dans quel étalage de certitude incontestable pouvait-on se lancer pour affirmer que ‘‘l’enveloppe’’ restait toujours dans ‘‘l’appartement’’, même dans le tiroir de la table de chevet du Pape ?
Bien, peut-être pas toujours là, mais c’était quelquefois le cas tel que c’est démontré par le document de Capovilla !  Oh, mais même voir ce document serait « utiliser la loupe de préjudice ! »  Mais Bertone commence à dormir quand la question du « etc » est soulevée :
Celui-ci revient au gâchis et remanie la thèse selon laquelle l’attentat sur le Pape du 13 Mai 1981 n’est pas le contenu du Troisième Secret.  Le ‘Troisième Secret’ serait plutôt la suite de la phrase « Au Portugal le dogme de la foi sera préservé etc… » Cela, selon les Fatimistes, serait explosif.  Apres le « etc » il y’a, il y’aurait, un autre texte.
Oops !  Noter que l’assassinat manqué en 1981 est maintenant « le contenu du Troisième Secret. »   De Carli semble réaliser que Bertone est entrain de le perdre, ainsi il formule sa ‘‘question’’ dans le sens qui se moque des critiques : 
Ce ‘etc’, selon Socci et d’autre… voudrait mentionner le texte que le Vatican n’a pas souhaité révéler… parce que c’est un boomerang contre l’Eglise.  La prédiction d’une apostasie planétaire dans une partie de l’Eglise.  Une ‘‘Apocalypse maintenant’’ pour Rome.  Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist.  ‘‘L’odeur dans l’air de la fumée de Satan…”
De Carli a ses Secrets confus, troublés.  La ligne, sur Rome perdant sa Foi, est issue du Secret de La Salette.  Mais Bertone ne fait pas attention; il peut maintenant esquiver la question de nouveau, mais devint légèrement indigné:
Ce sont de pures paroles délirantes.  Excusez-moi, vous souhaitez que la prophétie de Fatima concerne l’apostasie de l’Eglise de Rome ?  Rome la place de l’Antéchrist ? Avec l’amour que la Madone a pour le Pape et le Pape pour la Madone ?  Tous les Papes du 20ieme siècle, y compris le Pape Ratzinger ?  Les livres peuvent être écrits… qui dénoncent la présence d’une conspiration, un complot pervers, ne pas dire la vérité mais de le transmettre en code.  Et celui qui peut comprendre, laissez-le comprendre.  Non, c’est une reconstruction, une enquête… Je suis étonné que des journalistes et écrivains qui se réclament comme étant des Catholiques, se prêtent à ce jeu.
Parlant d’un « pure délire, » il ne peut pas réellement dire que l’un des Papes du 20ieme siècle était le « Pape Ratzinger, » le peut-il ?  Mais De Carli se rendit utile en aidant Bertone de nouveau, en montant encore un autre ‘‘aveu’’ post-mortem de Sr. Lucia.  De Carli demande :
Sur l’enveloppe de la Congrégation était noté ‘1960’.  Etait-ce nécessaire de l’ouvrir cette année là… c’était un vœu précis de Sœur Lucia ?
Naturellement, Sr. Lucia avait écrit quelque chose tout à fait différent, tel que nous l’avons déjà vu, et verront encore.  La réponse de Bertone est :
J’ai demandé à Sœur Lucia : «  Etait-ce la Madone qui suggéra cette date, pour indiquer une échéance très précise ? »  Elle répondit : «  C’était ma décision parce que j’ai senti que 1960 serait une date très éloignée pour la rédaction du ‘Secret’ en 1944 et parce que j’avais pensé que je serai morte cette année-là, c’est pourquoi le dernier obstacle de l’interprétation et de la divulgation du secret aurait été enlevée.  La Madone ne m’a rien communiqué dans ce sens. » …C’était une date imaginaire et Lucia confessa cela avec une innocence désarmante.  (Quel est ce mystérieux « dernier obstacle pour l’interprétation » ?)
Quelle opportunité!  Naturellement, depuis qu’elle est décédée, personne ne peut le lui demander!  D’ailleurs la complète absurdité qui est attribuée à Sr. Lucia, note combien cela diffère de la précédente ‘‘confession’’ de l’interprétation de Bertone sur la vision écrite en 2000 (rapporter dans notre dernier numéro).
Pas étonnant, le 12 Mai 2007, juste quelques jours après que le livre de Bertone soit sorti, Antonio Socci publia cette interpellation dans ses colonnes : « Cher Cardinal Bertone : Qui – entre vous et moi – est entrain de mentir délibérément ? »  Comme nous le verrons dans les prochaines parties de cette série, Bertone passerait à de grandes démonstrations, et même bizarres,  pour remporter ce défi.  Mais en agissant ainsi, il détruirait tout ce qui fut laissé de son histoire.

Quatrième Partie
De nombreux critiques pensent que le Vatican n’a pas encore révélé dans sa totalité, le Troisième Secret de Fatima.  Dans les années récentes, avec les preuves d’un montage, le ‘‘Cardinal’’ Bertone, spécialement,  a pris des mesures extrêmes et bizarres afin de continuer sa dissimulation.
Porta a Porta
Les attaques médiatiques de Bertone ont commencé avec un gentil allié.  L’émission populaire Porta a Porta (‘‘Porte à Porte’’) de la télévision italienne avait convenu de faire un programme diffusé le 31 Mai 2007 intitulé : ‘‘Le Quatrième Secret de Fatima n’existe pas.’’  L’hôte, Bruno Vespa et une équipe de célébrités généralement écoutées comme Bertone, par une connexion éloignée, activa sa présentation pendant qu’il s’assayait sur une chaise dorée au Palais Apostolique.  Bien entendu, l’auteur de Le Quatrième Secret, Antonio Socci, n’était pas invité.
Bertone commença par affirmer que Jean XXIII et Paul VI « décidèrent de ne pas le publier parce qu’ils avaient jugé que la publication du ‘‘Troisième Secret’’ n’etait pas tellement importante, probablement, pour la vie de l’Eglise. »  C’est une contradiction directe de toutes les explications antérieures données dans le ‘‘secret absolu’’ sous lequel le Troisième Secret fut placé en 1960.
Bertone dit après que le Troisième Secret est une « révélation privée… la perception du monde de 1917 à 1944 — parce qu’elle (Sœur Lucia) avait écrit le Secret en 1944 — c’est pourquoi elle apprit par cœur et enregistra de façon indélébile dans sa mémoire cette perception et cette formulation intérieure. »   De quoi était-il question ? Il avait précédemment prétendu énergiquement que le Troisième Secret ne contenait « aucun propos de la Vierge. »  Etait-ce un revirement de la parole révélant que le Troisième Secret renfermerait les propos de Notre Dame ? Ou alors était-il entrain de suggérer subtilement qu’il y a un texte inauthentique, qui se refers seulement à une  « locution intérieure » — mais pas à une vision authentique ?
Le programme continua avec un récit qui tenta faiblement de resumer les doutes et critiques exprimés par plusieurs concernant le Troisième Secret, et spécialement que le texte entier avait été refusé.  La réponse de Bertone fut étonnamment évasive.  Plutôt que de démentir catégoriquement les réclamations, il dit simplement, « cela semble pour moi une reconstruction fantasmagorique… un peu problématique. »   Semble pour moi ?  Un peu problématique ?  Continuant sa propre contradiction il prétendit, « Je ne veux pas entrer dans les polémiques. »  Mais alors, pourquoi était-il présent à cette émission?
Bertone se lança alors dans la routine authentique : « Jean XXIII et Paul VI avaient lu le texte du Secret, l’intégral, le texte authentique et le seul texte écrit par Sr. Lucia… Lorsque Jean Paul II prit la décision de publier le Secret — J’étais présent au moment de la réunion — Il décida de publier tout ce qui effectivement existait dans les archives du Saint Office… »  Bien entendu !  Il n’allait pas publier que le texte inauthentique était gardé dans les appartements papaux.  S’aurait été ne point se douter que Bertone ne soit pas simplement entrain de mentir, mais qu’il tente de se servir des arrière-pensées.  Ainsi ses propos pourraient être pris comme voulant signifier qu’il y a un texte authentiqueet un autre texte — le seul avoir été écrit par Sr. Lucia ; OU ALORS que Sr. Lucia écrivit seulement un texte authentique, et que tout ce qu’elle pouvait avoir écrit par la suite n’est pas authentique.
L’émission était déjà à sa moitié lorsque Bruno Vespa introduisit ce que des millions de téléspectateurs attendaient réellement voir — l’ouverture de l’enveloppe.  Ici nous devons revenir en arrière, dans l’introduction de Bertone du Texte de 2000 sur la vision.  Là, il avait dit : « Avant de donner l’enveloppe scellée contenant la troisième partie du ‘secret’ à l’alors Evêque de Leiria-Fatima, Sr. Lucia avait écrit à l’extérieur de l’enveloppe qu’elle ne pouvait être ouverte qu’après 1960… »  Comme nous l’avons vu, il prétendit par la suite que Sr. Lucia lui aurait dit qu’elle, pas la Sainte Vierge Marie, avait inventé cette date.   Maintenant Bertone avait à affronter la musique.  Comment allait-il expliquer que les faits soient maintenant tout à fait différents ?  Et comment allait-il expliquer le témoignage de Capovilla à propos de deux enveloppes et de deux textes ?  Le mieux qu’il pouvait faire était d’essayer de troubler l’auditoire.  Tel un magicien tirant des écharpes hors de sa manche ou les pièces hors de son oreille, Bertone procéda à la production non pas d’une, ni deux, mais cinq enveloppes !
La première fut évidemment un écran de fumée : « Premièrement je vous montrerai l’enveloppe orange… la traduction italienne du Troisième Secret de Fatima du 6 Mars 1967.  Nous sommes à l’époque de Paul VI : Voici l’enveloppe qui a toujours accompagné l’enveloppe, la plus vieille authentique enveloppe qui contient l’original du Troisième Secret… »  Bertone ne montra pas le contenu de l’enveloppe orange, mais l’a simplement tenu debout pour la camera.  Même si cette diversion lui aurait causé davantage de problèmes, comme la partie écrite de l’enveloppe qui contenait un inexplicable chiffre Romain ‘‘II’’.   Y’a t-il une autre enveloppe portant le chiffre romain ‘‘I’’?
   
3rd secret 1.JPG (21749 bytes)« Et maintenant nous arrivons à l’enveloppe blanche.  C’est la première enveloppe, très large, vous pouvez voir, avec l’écriture de l’Evêque Jose da Silva, Evêque de Leiria.  Une enveloppe écrite par l’Evêque de Leiria qui contient les autres enveloppes jusqu'à l’authentique enveloppe qui contient le Troisième Secret. »   L’extérieur de l’enveloppe scellée apparaît être identique à celle qui fut photographiée avec l’Evêque da Silva.
 3rd secret 2.JPG (21745 bytes)Apres, Bertone retira une petite enveloppe jaunâtre qui était adressée à l’Evêque da Silva, probablement par Sr. Lucia elle-même.  Bertone fit observer qu’elle est « sans scellée parce qu’elle fut mise à l’intérieur de la large enveloppe scellée. »  Cette explication devait s’avérer être préjudiciable à Bertone, comme nous le verrons bientôt.
 3rd secret 4.JPG (24532 bytes)Bertone procéda au retrait « d’une autre enveloppe, avec des scellées, et avec l’écriture de Sr. Lucia, l’écriture authentique de Sr. Lucia, dans laquelle elle parle de l’année 1960… »  Bertone exposa ensuite et lu à haute voix ce qu’il avait si souvent contredit avant : « Par ordre exprès de Notre Dame, cette enveloppe pourra seulement être ouverte en 1960 par le Cardinal Patriarche de Lisbonne ou l’Evêque de Leiria. »  Comme ci cela n’offensait personne, Bertone tira alors le dernier lapin hors de son chapeau.
Invraisemblablement, il y’avait une autre enveloppe !  A l’intérieur de celle qui était scellée !   Et qu’est ce qui était inscrit dessus ?  Exactement les mêmes propos : « Par ordre exprès de Notre Dame… » !  Bertone oublia que la camera était capable de relever — que cette enveloppe était également scellée !  Pourquoi quelqu’un pourrait-il mettre une enveloppe scellée, avec des instructions identiques à l’intérieur d’une enveloppe non- scellée ?  Bertone s’attendait-il réellement que les téléspectateurs et le reste du monde croient cela ?  Spécialement après la publication de son livre, Dernier Visionnaire, dans lequel il avait déjà donné une autre explication différente du conditionnement du Troisième Secret ?  Juste quelques semaines plutôt, il avait dit qu’il n’y avait que deux enveloppes : « Une externe avec la note ‘Troisième partie du Secret’ et une interne de Sr. Lucia avec la date ‘1960’. »  En 2000, il avait, comme nous l’avons vu, déclaré exactement le contraire.  Ce qu’il venait maintenant de révéler à la télévision était totalement différent des deux affirmations précédentes.
Y’a t-il un quelconque étonnement que plusieurs personnes pensent qu’il devrait exister un autre  texte ?   Depuis qu’il y a, en fait, deux enveloppes scellées, toutes les deux portant l’exprès ordre de Notre Dame, il n’est pas raisonnable de supposer qu’il devrait avoir deux textes — un dans chaque enveloppe ?  Qu’il y’aurait plus d’une enveloppe extérieure que l’on pourrait espérer !  Mais où est la grande enveloppe décrite par Capovilla — celle avec son écriture dessus ?  Et où est celle, décrite par Bertone dans son livre, avec la note, ‘‘Troisième Partie du Secret’’ ?
Finalement Bertone retira de la dernière enveloppe le très attendu Texte de la Vision.   Mais ce n’était pas sur une feuille de papier, comme le site Internet du Vatican l’avait fait apparaître, mais sur une feuille pliée pour faire quatre pages — une feuille de carnet avec des lignes, pliée.  Maintenant, il commencait à être compréhensible.  Se rappeler que Sr. Lucia avait écrit à l’Evêque da Silva en 1944 : « … C’est (Le Secret) scellé dans une enveloppe et c’est dans un carnet. »  Elle avait antérieurement dit à Fr. Alonso qu’elle avait été instruite à « écrire cela dans un carnet dans lequel il m’avait été demandé de tenir mon agenda spirituel, ou si je le souhaitai, écrire cela sur une feuille de papier, le mettre dans une enveloppe, la fermer et la sceller. »  Sr. Lucia devait avoir fait les deux.  Elle écrivit quelque chose sur une feuille de papier et quelque chose sur un carnet.  Les deux écrits furent donc introduits dans des enveloppes scellées.  Mais Bertone avait seulement révélé les écrits du carnet.  Dans son livre, Dernier Visionnaire, Bertone prétends que Sr. Lucia avait authentifié ses écrits en ces mots : « Oui, ce sont mes feuilles de papier… se sont les feuilles de papier que j’ai utilisé… »   Bertone ne produisait qu’une seule feuille de papier !
Mais Bertone n’avait pas fini de se contredire et de contredire l’histoire.  Il alla jusqu'à maintenir que « il y avait seulement ce folio dans les archives du Saint Bureau en 1957, quand sur ordre de Notre Dame et de l’Evêque de Leiria, Sr. Lucia accepta que le Secret soit apporté à Rome, venant des archives du Patriarche de Lisbonne… »  Les enregistrements historiques montrent clairement que le Troisième Secret fut personnellement délivré par l’Evêque Venancio de la chancellerie de Leiria pour le nonce papal à Lisbonne, Msgr. Cento, qui le prit directement pour Rome.  Ainsi à moins que Bertone ne fabrique des détails, il devrait exister d’autres textes — un qui ne viendrait pas des archives du Patriarche de Lisbonne.
L’équipe d’experts de l’émission avait à se rendre utile d’une façon ou d’une autre, ainsi l’un d’entre-eux, Marco Politi, affirma poliment : « Nous sommes d’accord avec le Cardinal Bertone qu’il n’existe aucun autre document, » néanmoins précisa t-il, « …cependant il y a des bizarreries… Cardinal Ottaviani dit, à propos du contenu, qu’il y avait 25 lignes, tandis qu’ici nous avons un texte de 62 lignes.  Le Pape Wojtila, à un groupe d’intellectuels Allemand, insinua que le Secret de Fatima parlait des grandes épreuves qui attendaient le christianisme… »
Pas étonnant que Bertone ignora le second problème.  Il fit concéder le premier comme un fait, mais alors s’engagea dans une méthode mathématique floue pour essayer de l’expliquer au loin : « Pour moi c’était un peu étonnant que le Cardinal Ottaviani aie parler catégoriquement d’un papier de 25 lignes, parce que le Cardinal, Pro-Préfet de la Congrégation du Saint Office, avait physiquement entre ses mains et en différents moments le Troisième Secret, aussi le montrant lui-même à la plénière (toute l’assemblée) des Cardinaux (rappelez-vous qu’antérieurement dans l’émission, Bertone a dit que le Vatican ne considérait pas le Troisième Secret « si signifiant »)… peut-être que le Cardinal Ottaviani l’a tenu dans ses mains comme ceci (tenir un coté du folio) et que quelques-uns voient qu’il y a … 16 lignes (sur la page 4) plus 9 (sur la page 1)… c’est pourquoi 16 plus 9 font 25, sans compter les pages suivantes.  Ceci pourrait être une explication. »  Le problème est que le total des lignes sur les pages indiquées est 30, pas 25.  Il est inconcevable que ceci puisse avoir été une ‘‘pure erreur’’ de la part de Bertone.  Il est également inconcevable qu’Ottaviani puisse avoir omis de regarder de l’autre coté du folio.
Dans les dernières parties de l’émission, le ‘‘problème de 1960’’ fut encore soulevé.  Vespa rappela à Bertone, « Mais vous, Cardinal, vous avez dit que Notre Dame a dit pas avant 1960. »
Bertone leva ses mains défensivement et insista, « Oui, une prescription de la Vierge.   Mais je lui ai demandé : ‘Est-ce réellement la Madone qui ordonna que l’enveloppe ne soit pas ouverte avant 1960, ou alors était ce vous qui avez fixé cette date ?’  Et Sr. Lucia m’a répondu littéralement : ‘C’était moi qui avais fixé cette date.’  La Madone n’a pas voulu que le Secret soit connu.  Ceci est un point ferme, même si elle décida de l’écrire avec la permission de la Madone, mais pas pour le délivrer comme un secret qui pouvait ne pas être publié.  ‘C’était moi qui pensa que 1960 pouvait être un terme suffisant pour pouvoir ouvrir l’enveloppe.’  Et elle dit, ‘Et j’ai pensé que peut-être je pourrai être morte et ne pas être concerné par le Secret’. »
Ceci était maintenant la troisième large version de la ‘‘confession’’ de Sr. Lucia que Bertone avait donné sur la question en sept ans.  Cette explication était la plus bizarre de toutes.  Si Notre Dame ne voulait pas que le Secret soit connu, pourquoi pouvait-Elle donner la permission d’écrire dessus ?  Et que dire du fait que cette prétention de Bertone fait de Sr. Lucia d’être en connaissance d’une fraude mensongère ?  Dans son livre, Dernier Visionnaire, écrit seulement quelques semaines avant, Bertone l’a traitait encore d’être une sainte !
Par la suite, Bertone donna sa cinquième version des allégations de Sr. Lucia sur l’acceptation de l’interprétation du Vatican du Troisième Secret — liant cela avec l’attentat manqué entreprit sur Jean Paul II ; ceci fut suivi par sa quatrième version différente des allégations de Sr. Lucia sur l’acceptation de la ‘‘consécration du monde’’ par Jean Paul II.
Radio Vatican
Peut-être réalisant que sa performance n’était pas convaincante, Bertone arrangea encore une autre interview, six jours plutard, dans Radio Vatican.  Après avoir décrit Sr. Lucia comme « une Sœur qui avait mémorisé avec une perfection méticuleuse tout ce que ‘Notre Dame’… lui avait communiqué… », Bertone donna sa sixième version différente des allégations d’acceptation de Sr. Lucia de l’interprétation du Vatican.  Il lui était alors demandé son « opinion » concernant la possibilité que tout n’ait pas été révélé.  « Je suis fermement convaincu par la documentation qui était dans les Archives Secrets du Saint Bureau… et par les déclarations explicites de Sr. Lucia en présence de l’Evêque de Fatima, qu’il n’y a rien d’autre : Le Troisième Secret c’est ceci, du premier au dernier mot. »  Fermement convaincu ?  Ne pouvait-il pas être certain ?  Quelles déclarations explicites ?  Qu’avait-elle dit ?  Bertone était seulement entrain de s’enfoncer dans un profond trou par ces imprudentes déclarations.
Bertone continua avec davantage de mathématiques floues : « Il y a 62 lignes.   Ici, si vous voulez, 25 lignes d’un coté du folio — comme c’est cité par le Cardinal Ottaviani qui parla du folio de 25 lignes, j’ai aussi entreprit peut-être d’interpréter, d’expliquer, de justifier cette affirmation du Cardinal Ottaviani ; et aussi les autres lignes — 16 plus 16 — des autres parties du folio et c’est pourquoi il n y a rien d’autre!  Maintenant, je ne peux pas accepter qu’il y a d’autres secrets, qu’il y a un quatrième secret. »  Il succéda seulement en soulignant le fait qu’aucune combinaison de pages ne soit égaleà 25, et cependant Ottaviani parla vraiment de « 25 lignes. »
Que dire du fameux ‘‘etc’’ ?  Pour Bertone il n’existe pas.  Il a été virtuellement remplacé par les points de suspension (‘‘…’’) : « Cette fameuse phrase ‘Au Portugal la foi sera toujours gardée intacte’ est contenu dans un autre écrit de Sr. Lucia et qui se termine avec des points de suspension, et c’est, comme nous le savons, une partie des mémoires de Sr. Lucia.  Ça suffit : Il n’y a rien d’autre ! »  Bertone n’a pas seulement changé le libellé- ça devait être, « Au Portugal le dogme de la foi sera toujours préservé » — mais changeant ‘‘etc’’ par ‘‘…’’ rend la phrase différente.   Pendant qu’elles peuvent signifier la même chose, les points de suspension sont souvent utilisés lorsqu’on rapporte les propos de quelqu’un, pour indiquer que la phrase n’était pas complétée par celui qui parle.  Le ‘‘etc’’ des mémoires de Sr. Lucia indique clairement que ce qui a été dit a été laissé de coté !
Bertone, une fois de plus, omit même de mentionner le témoignage de Capovilla.  Mais ce point délicat ne pouvait pas être laissé intraiter pendant longtemps.
Telepace
Le lieu choisit pour entreprendre de désamorcer le témoignage de Capovilla (après une certaine quantité d’interviews boiteuses publiées dans toutes les places, dans les magazines de mode féminin), était un événement tenu le 21 Septembre 2007 et télévisé dans le réseau religieux Telepace.  Les raisons ou allégations de Bertone pour cet événement étaient de « présenter » son livre,  Dernier Visionnaire.  Depuis que son livre avait été publié et « présenté » des mois avant, il avait évidemment un autre but.  Apres que le service de sécurité du Vatican ait physiquement chassé Antonio Socci et Solideo Paolini des locaux, l’émission débuta avec, assez étrangement, « l’Evêque retraité de Fatima, » Serafim de Sousa, annonçant qu’il était venu pour dire « rien, presque rien.  Je souhaite attester seulement d’un fait et c’est le suivant… »  Il déclara ensuite qu’il avait été présent quand Sr. Lucia avait authentifié « l’enveloppe originale qui contenait le secret. »  L’émission avait juste commencé et déjà il y avait davantage de trou dans l’histoire.  Bertone avait montré deux enveloppes « originales » à la télévision.  De Sousa ne dit rien concernant les « déclarations explicites » mentionnées par Bertone dans son interview à la radio.  Il ne dit rien concernant la supposée confession de Sr. Lucia sur la date de 1960.  Et cependant Bertone avait affirmé que De Sousa était présent à ces deux événements invraisemblables.
De Sousa finit en repetant l’authentique mantra : « Le Secret de Fatima a maintenant été revelé de maniére authentique et intégrale. »  Maintenant, pourquoi fit-il egalement usage d’un tel langage s’il n’y avait rien à cacher ?
L’invité surprise de l’emission n’etait réellement pas une surprise.  Une cassette video de l’interview avec Capovilla, montée avec attention, fut alors jouée.  Et il n’y eut aucune surprise que l’interviewer soit Guiseppe De Carli, le collaborateur de Bertone dans Le Dernier Visionnaire.  De Carli débuta en maintenant que Capovilla était « en dépit de son âge avancé, un miracle de la lucidité » et  que « la précision de sa mémoire est parfaite. »  Certes !  De Carli lu cependant une partie du dossier envoyé à Bertone par Capovilla : « L’assertion qui m’a été attribuée, selon laquelle j’aurai explicitement déclaré qu’il y’a une partie du Troisième Secret non revelée, ne figure sur un quelconque document. »  Très habile.  Vrai, il n’avait pas declaré cela dans un document ; il l’avait declaré verbalement à Solideo Paolini, et interrompu sa déclaration avec des documents.
De Carli demanda à Capovilla ; « Dans le texte que vous avez lu en 1959 qui parlait d’un ‘évêque vêtu de blanc’ qui est tué au pied d’une large croix ? »
Capovilla repondit, « Oui, il parle de ça ; cela nous paraît être le noyau de cette revélation privée… »  Le noyau ?
De Carli : « Et pourquoi, selon vous, on devrait continuer à écrire que Jean XXIII aurait lu non pas ce texte, mais un autre texte, le prétendu ‘Quatrième Secret’ que l’église aurait voulu garder caché bien loin? »
Capovilla : « Comment peut-on dire que c’etait caché ?  Le Troisième Secret fut lu par Jean XXIII ; Moi, son petit secrétaire, a vu cela… Tardini… Samore… Dell’Aqua… Ottaviani… Agagianian… Sigismondi, l’ont vu. »  Incroyablement, Capovilla ne dementi pas qu’il existe un autre texte ; il nia seulement qu’il a été caché, parce qu’une poignée de gens l’ont vu.
De Carli : « Et la conclusion de cette lecture collective ? »
Capovilla : « Tout ceux qui avaient lu le texte avaient demandé à Jean XXIII de le publier, de parler de cela.  Il hésita, cependant décida : ‘Je l’ai vu, Je l’ai lu, nous le retiendrons secret.’  Il me dicta un texte à écrire sur l’enveloppe : Je ne donne aucun jugement.  Il défera les autres : vers une commission, vers une congrégation, ou à son successeur. »  Capovilla avait juste confirmé le document qu’il avait posté à Paolini, et mis l’accent sur le fait que, malgré les cinq enveloppes montrées par Bertone, il y avait toujours au moins une perdue, portant la notation de Capovilla.
Capovilla n’avait jamais montré le texte publié sur le site internet du Vatican ou à Porta a Porta, quand même il pouvait facilement le faire afin d’en obtenir ses verifications.  Plutot, l’homme à la mémoire surprenante et lucide déclara qu’il ne connaissait pas combien de temps le Troisième Secret avait, ni sur combien de pages il était écrit.
De Carli continua : « Pouvons-nous affirmer, après que vous ayez dit que le secret lu par Jean XXIII n’est pas le ‘Quatrieme Secret’, mais est, simplement, le Secret publié et discuté par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ? »
Capovilla : « Je vous en dirai plus.  Quand j’entendis parler du ‘Quatrième Secret’ je fus étonné.  Il n’etait jamais passé completement dans ma tête qu’il existe un quatrième secret.  Personne ne me l’avait dit, ni moi-même affirmer quelque chose de ce genre.’ »  Naturellement pas ; Le Quatrième Secret est une partie d’un titre d’un livre.  Ces deux messieurs savent très bien que la question n’est pas le ‘‘quatrieme secret’’, mais une certaine partie manquante du Troisième Secret.
La bande video s’acheva, et De Carli solennellement définit alors aux auditeurs en direct, « Je conclu aussi qu’il n’y a pas une enveloppe de Capovilla mise en opposition à l’enveloppe de Bertone.  Les deux enveloppes sont le même document. »  Si tel est le cas, alors pourquoi Capovilla ne le dit pas justement ainsi lui-même ?  Pourquoi est-ce que De Carli a à « conclure » en sa faveur ?
Le lecteur peut se demander à ce niveau ce qui fut exactement monté et vu dans la bande video ?   Seulement une paire de bombes, qui heureusement a survécu via des transcrits.  En voici la première :
De Carli : « Il (Jean XXIII) lu également la traduction du Portugais en Italien ? »
Capovilla : « Oui, certainement. »
Le lecteur doit se rappeler l’Enveloppe No.1 montrée par Bertone sur Porta a Porta.  Il dit qu’elle contenait la traduction du Troisième Secret.  C’est datée de 1967 — après la mort de Jean XXIII.  Evidemment qu’il y avait une traduction disponible en 1959.  Alors pourquoi voudrait-on avoir une seconde traduction — à moins que, surement, qu’il existe deux documents.  Ceci pourait expliquer le chiffre Romain ‘‘II’’ sur l’enveloppe orange de Bertone.
    La deuxieme bombe consista pour De Carli d’essayer d’expliquer le fait que, longtemps avant, Paul VI avait lu deux documents à deux moments differents :
De Carli : « Paul VI lu le même message deux fois.  Est-ce cela ? »
Capovilla : « Oui, c’est cela. »
De Carli : « La première fois c’etait… le 27 Juin 1963 ; la seconde le 27 Mars 1965. »
Capovilla repéta alors exactement la même histoire qu’il avait donné à Paolini en documentant par des preuves — qu’en 1963 Paul VI lu le texte du Troisième Secret gardé dans un bureau dans les apartements papaux.  Capovilla acheva ses déclarations avec cette conclusion: « L’enveloppe fut retenu secret et je ne sais pas s’il avait parlé davantage. »
Cette revélation mit en doute la version officielle du Vatican, publiée en 2000, qui affirmait : « …Jean XXIII décida de retourner l’enveloppe scellée au Saint Bureau et non de revéler la troisième partie du ‘secret’. »  Et ensuite : « Paul VI lu le contenu… le 27 Mars 1965, et retourna l’enveloppe aux Archives du Saint Bureau, décidant de ne pas publier le texte. »  Ainsi Jean XXIII retourna une enveloppe au Saint Office.   Ceci ne pouvait pas être la même enveloppe dont avait parlé Capovilla.  C’était l’enveloppe du ‘‘Saint Bureau’’ et non l’enveloppe de ‘‘Capovilla’’ que Paul VI lu en 1965.  Pas étonnant que, malgré l’attention de De Carli sur les questions importantes, les réponses de Capovilla avaient été editées hors de la bande video.
A la fin, les attaques médiatiques de Bertone avaient seulement rendu les choses assez mauvaises pour lui et l’on songea à une dissimulation.  Pas même un seul dementi réel des temoignages de Capovilla concernant le second texte manquant n’avait été apporté, il y eut de nombreuses confirmations de preuves renforçant la thèse de l’existence de ce second texte manquant.  Avant que Socci et Paolini soient jetés hors de l’émission de télévision de Bertone, ils étaient aptes à tourner pour les reporters, une cassette video sur les déclarations de Capovilla à Paolini.  Sur la cassette, on peut entendre Capovilla entrain de dire : « En dehors des quatre pages, il y avait également quelque chose d’autre, un document annexe, oui. »  Ce fait fut publié dans un journal majeur Italien, IL Giornale.  Le mystère continue……

 Cinquième Partie
 
Sœur Lucia avec L’Evêque da Silva en 1946
Y’avait-il Deux Soeurs Lucia?
Ce genre de sujet est plutôt de mauvais goût en lui-même, comme il invoque les mémoires de sottes théories de conspiration, y compris une, il y’a quelques années, qui présentait des agrandissements de photo des oreilles de Paul VI.  L’on ne méritait pas de mentionner dans cette série, là où ce n’est le fait que d’une certaine quantité de sources sérieuses dont l’envie serait de suggérer que la Sr Lucia de l’ère de Vatican II n’était pas la même personne de l’époque de l’avant Vatican II.  La théorie, si elle était vraie, expliquerait plusieurs difficultés encourues par ceux qui pensent que le Troisième Secret de Fatima n’a pas encore été divulguée publiquement.  Cela expliquerait pourquoi Sr. Lucia apparemment ne s’est jamais plaint à ce propos.  Cela expliquerait la ‘‘confession’’ absurde dont Sr. Lucia est supposée avoir faite en la ‘‘date de 1960’’.  Cela expliquerait pourquoi la Sr. Lucia de l’époque de Vatican II semble si insouciante et allègre, pendant que la Sr. Lucia de l’époque d’avant Vatican II était toujours vu comme tellement sérieuse et troublée.  Mais là dedans, fallait pas se tromper de danger – les uns pourraient trop accréditer la preuve hors de signification sur la préférence, un peu mieux que ses mérites.  D’autres pourraient préférer croire en cela, et aussi trop s’en approprier.
En 1967, personne n’avait pensé à la question de savoir si ces deux photos étaient de la même personne.  Elles semblent assez similaires.

(A gauche) Sr. Lucia en 1946.  Est-ce la même personne, la même ‘‘Sr. Lucia’’ tel qu’en 1967? (A Droite) ‘‘Sr. Lucia’’ en 2000.  Correspond-elle à celle de 1967, 1946, ou aux deux ?
Avec ce danger clairement dans l’esprit, nous projetons de donner un avis équilibré des preuves photographiques, ensemble avec des opinions scientifiques sur le sujet du vieillissement facial.
L’argumentation derrière, la théorie fonctionne ensuite : Sr. Lucia était une religieuse Dorothéenne quand elle révéla les premiers deux Secrets, ensemble avec l’existence du Troisième.  Quelques années plus tard, en 1948, elle obtint la permission de pratiquer sa vie religieuse dans un strict cloîtrement.  Elle fut envoyée chez les Carmels à Coimbra, où, assez naturellement, elle fut rarement photographiée.   Elle n’apparut plus en public, n’émit aucun opinion ni avis jusqu’en 1967,  au cours des célébrations du 50ieme anniversaire des apparussions.  Alors elle apparut quelque peu différente des photos d’elle prisent 20 à 25 ans auparavant.  Mais personne ne remarqua cela, parce que les anciennes photos étaient pratiquement inconnues – seulement des photos d’elle lorsqu’elle était une jeune fille au moment où les apparussions avaient été largement distribuées.  Ainsi, la réflexion est qu’un changement fut fait afin d’éviter un conflit sur le Troisième Secret, vraisemblablement au début de 1960.  Il y’a eu des affirmations que la réelle Sr. Lucia serait morte – et même qu’elle fut assassinée – autour de l’année 1960, mais il y’a eu aucune évidence substantielle venant renforcer cette affirmation.  Ainsi nous allons examiner ici seulement la théorie selon laquelle il y’avait deux Sr. Lucia : une avant 1960 ‘‘Sr. Lucia I’’ et une après 1960 ‘‘Sr. Lucia II.’’
Nous commençons avec la courte description des apparitions de Sr. Lucia, faites par l’auteur William Thomas Walsh après qu’il l’eut interviewé en 1946 ; « [Les dents de Lucia] étaient larges, saillantes et irrégulières, faisant avancer la lèvre supérieure et la lourde inférieure retombée, pendant que le bout de son nez retroussée pointait plus que toujours.  Parfois sa face brune a suggéré une nature qui peut être maussade, tenace et défiante, si non pervers.   Mais l’apparence était trompeuse, sous une incitation de quelque émotion, la lumière brune de ses yeux peut jeter des éclairs ou scintiller, et les petites rides qui pliaient ses joues quand elle riait contribuaient à une expression plutôt gentille.’’ (Notre Dame de Fatima, p.11)
Par la suite nous avons des points de différence notés dans un article (Les Deux Lucia – Photos et Faits) par le Dr. Marian T. Horvat, dans lequel nous avons extrait et numéroté, afin qu’elles puissent plus aisément être comparées avec des commentaires scientifiques.  Nous avons omis plusieurs points qui apparaissent être assez subjectif.  Pour être parfaitement juste, nous avons également omis presque toutes les photos fournies par le Dr. Horvat, qui compare la Sr. Lucia de 1946 avec la ‘‘Sr. Lucia’’ seulement en age avancé, et non les photos de 1967.   Nous pouvons fournir les photos du site officiel de Fatima (ce n’est pas connu, cependant, une de ces photos a été altérée).
1) « La ligne naturelle de sa densité, les lourds sourcils de Sœur Lucia I sont sans détour.  Les sourcils s’amplifient jusqu’à la zone du front au-dessus de son nez et passent dans un angle interne de ses yeux.  Les sourcils de Sœur Lucy II… ne sont pas sans détour, mais légèrement courbés et effilés ; l’arc commence directement au-dessus des yeux.  Il y’a un large espace sans sourcils au-dessus du nez entre les deux sourcils. »
2) « Lorsque Sœur Lucy I sourit, ses joues apparaissent comme deux petites pommes rondes.   Bien que les joues de Sœur Lucy II soient partiellement couvertes par de large lunettes, il paraît clair qu’elles manquent ce gonflement. »
3) « Je n’ai trouvé aucune photo de Sœur Lucy I, souriante ou sérieuse, avec ses narines ouvertes.  Elles ne vacillent pas naturellement.  Toutes les photos de Sœur Lucy II, pourtant, la montre avec ses narines vacillantes.  Elles s’ouvrent naturellement. »
4) « Sous les pommiers des joues de Sœur Lucy I se trouvent des fossettes définitives, pliées… mais les joues de Sœur Lucy II sont plates et larges, sans plis ni fossettes quand elle sourit. »
5) « Dans sa description de Sœur Lucy, Walsh nota également ses lèvres supérieures saillantes et ‘une lourdement abaissée’ qui pendait.  Les deux lèvres ont différentes épaisseurs.  Les lèvres de Sœur Lucy II, pourtant, sont plates, minces, grises et de même épaisseur. »
6) « Lorsque Soeur Lucy I sourit, la fin de sa bouche pointe vers le haut.  Mais lorsque Sœur Lucie II sourit, la fin de sa bouche pointe vers le bas. »
7) « Un autre trait particulier de Lucy alors enfant qui peut être vu dans ses photos à l’age de 40 ans est un muscle protubérant au milieu de son menton, assez marqué pour former une zone ridée dessous.  Mais ce muscle n’apparaît jamais dans les photos de Sœur Lucy II. »
8) « Le menton de Soeur Lucy I est fort mais pas saillant.  Au contraire, le menton de Sœur Lucy II est un menton saillant.   La dernière a une mâchoire carrée, qui n’apparaît pas dans les photos de Sr. Lucy I… le menton de Sœur Lucy I, quand bien même elle est plus jeune et pas en surpoids, s’estompe avec sévérité dans son cou, avec la tendance à disparaître dans un double menton.  Cependant, le menton de Sœur Lucy II, quoiqu’elle soit vieille et lourde, surplombe de devant et en dehors.  C’est si évident que cela forme une plateforme prolongée dehors, davantage que son nez. »  C’est réellement un prolongement davantage que le nez n’apparaît pas être vraie dans toutes les photos, comme celle à gauche.
9) « …le profil de son nez (Sœur Lucie I)… correspond avec justesse à la description de Walsh, qui avait noté ‘le bout de son nez retroussé relevé.’  Cependant, le nez de Sœur Lucy II est arrondi à son bout, pointé légèrement vers le bas. »
10) « …Sœur Lucy I a de très longues et mauvaises dents… Il n’est pas indiscutable que Sœur Lucy II porte un dentier… Personne ne remplace une mauvaise et affreuse dentition par un appareil anthère de mauvaises et laides dents… De plus, depuis que les dentiers sont artificiels, ils n’ont jamais changé leur apparence.   Mais à un moment, les gencives de Sœur Lucy II semblaient enflammées… à un autre moment ses gencives semblaient se rétracter… Et si celles-ci sont des dents naturelles de Sœur Lucy II, alors elles sont clairement différentes des dents naturelles de Sœur Lucy I.  Dans ce cas, comment peut-on l’expliquer, excepter que nous voyons deux personnes ? »  Dr. Horvat ne fait pas inclure la photo de 1967, comme nous le faisons en dessous.   Voici la photo de 1967 (au milieu) montrant quasiment sa parfaite dentition.
 
Longues, mauvaises dents ; Dents parfaites ; Courtes, mauvaises dents.  La photo du centre et celle de droite peuvent peut-être expliquer si ce sont des dents naturelles, raccourcies avec l’âge et affectées par une maladie de la gencive.  Mais alors, comment expliquer les dents de la gauche?
Maintenant nous regardons l’opinion scientifique, extraite d’un article des agents du FBI Michael A. Taister et Sandra D. Holliday et l’Odontologiste H.I.M. Borman (Commentaires sur le Vieillissement Facial dans la Loi Mise en Vigueur, Investigation, Communications sur la Science Médico-légale, Avril 2000, Vol. 2, No. 2).  Nous inclurons une quantité de références dessus.  Nous n’insisterons pas sur les rides sur la peau ici.
« Les signes d’un vieillissement biologique apparaissent ordinairement entre les âges de vingt et trente ans… les lignes autour de la bouche… deviennent apparentes, et les lignes des contours du nez de la partie latérale de la bouche vont progressivement s’approfondir.  Avec les débuts de ces changements, il pourra également avoir un vide dans la zone de la joue en dessous… des pommettes… (2, 4, 6)  Les hommes et les femmes au milieu de leur âge peuvent exposer leur grosseur, poils des sourcils qu’au cours de leur jeune âge… (1 –  le contraire est observé dans les photos.)
« De façon générale, l’âge apparent a tendance à agir sur l’allure et le profil de la face associé à l’augmentation de la prééminence du menton (8), la baisse convexe du squelette du nez (9), et le prolongement des lèvres inférieures et supérieures (5).  Ces tendances sont particulièrement évidentes de la naissance jusqu’à l’age de dix-huit ans, mais leurs effets sont observés, quoique moins spectaculairement, au milieu de l’age adulte et au-delà.  Avec l’augmentation de l’âge, le profil squelettique du visage humain commence à perdre ses traits distinctifs, apparence protubérante comme changée dans la formation et l’orientation de l’os nasal mené pour l’aplatissement des traits faciaux (2, 3, 4, 6, 7).  Au même moment, cependant, les doux tissus faciaux du profil tendent vers de grandes convexités progressivement avec l’âge, démontrant que la musculation et le pelage de la tête et de la face ne respecte toujours pas le développement des fondamentaux des tissus osseux (1, 2, 4, 7).
« Quand une personne perd ses dents… la demande pour s’appuyer sur les os entourant les dents sera réduite.  Cette conduite à la résorption des os de cette zone est abandonnée… la présence de moins de tissus osseux dans la mâchoire supérieure réduit la hauteur de la face et cause la mâchoire inférieure à apparaître plus saillante (8).
« Le remplacement des dents naturelles par des dentiers peut empêcher la résorption continue des os des mâchoires supérieure et inférieure dans une mesure, mais le changement dans la densité sinon l’épaisseur physique des tissus osseux dans les mâchoires sera ordinairement apparente. »
Les femmes nous dirons que de minces sourcils avec l’âge avancé (1et les lèvres s’amincissent (5).  Ainsi donnée tel ci-dessus, il semble que presque toutes les différences notées par le Dr. Horvat purent peut-être être justifiées par le vieillissement.  Bien qu’il doive être admis que la différence dans le menton et la mâchoire entre 1946 et 2000 est très marquée, ceci pourraitégalement être expliqué par les différences dans la posture.  Les photos les plus récentes montrant un menton fuyant pourraient être dues à la tête et au cou qui ont été arrêtés en arrière, dans une plus jeune entreprise et en une ‘‘bonne posture.’’  Si la tête était aussi légèrement courbée vers le bas, le menton serait aussi dessiné quelque peu en arrière.  Dans les dernières photos, la tête et le cou peuvent être affalés en avant, avec la tête basculée, ensuite soigner pour faire saillir le menton.
L’image à la droite montre la couverture du livre publiée en 1976 (Fatima dans les Seuls Mots de Lucia) ; Mais la photo de la couverture était supposée avoir été prise en 1963.  Ici Sr. Lucia est quelque peu obèse et porte des lunettes.  Sa tête est courbée légèrement vers le bas, aussi son menton n’est pas saillant.   Ses dents apparaissent être sans détours, mais ceci est loin d’être clair.  Il est tout à fait possible qu’il lui ait été demandé de perdre du poids et renoncer à porter ses lunettes lors de ses apparussions publiques en 1967.  Il y’a définitivement des différences entre ceci et les photos de 1967, mais elles ne semblent pas persuasives.
La différence indiscutable est sa dentition. Quel scénario possible peut expliquer la différence dentaire, pas seulement entre la photo de 1946 et celle de 1967, mais aussi entre toutes les deux et la photo prise au environ de 2000 ?  Nous allons ici l’examiner un peu :
Scénario 1 : Sr. Lucia avait sa mauvaise dentition fixée grâce à une chirurgie dentaire majeure avant 1967.  Ceci peut aussi expliquer d’autres différences faciales, comme le menton et la mâchoire.  Mais alors comment pouvons nous expliquer les petites dents et les problèmes de gencives dans les dernières photos ?  Pouvait-elle avoir sa première, belle dentition remplacée par une mauvaise autre ?  Si elle n’avait pas reçu une pleine dentition, mais seulement des ‘‘partielles’’ ou ‘‘couronnes,’’ ses dents pouvaient-elles arriver regardant comme elles étaient dans la photo prise aux environs de 2000 – également épuisée ?
With Paul VI in 1967.  Was it really her?Scénario 2 : Sr. Lucia de 1967 est la même personne de 1946, mais pas la même que celle de 2000.  Ceci est fortement improbable, depuis que la Sr. Lucia de 1967 ressemble plus à la Sr. Lucia de 2000.
Scénario 3 : Sr. Lucia de 1967 et celle de 2000 sont la même personne, avec la dentition naturelle, qui fut usée avec l’âge et affectée par la maladie de la gencive.  Mais alors les dents longues et tordues de Sr. Lucia de 1946 peuvent être expliquée.  Qu’elle avait ces dents longues et usées redressées avec un rectificateur et classées pour en faire de même voudrait l’expliquer.  Mais pourquoi ?  Est-il probable qu’une religieuse cloîtrée recevrait une dentition esthétique ?
Scénario 4 : Il y’a deux différents appareils dentaires, parce qu’il y’a deux différentes personnes.   Comment la réelle Sr. Lucia, qui a vu l’Enfer, pourrait protéger la dissimulation du Secret de Notre Dame par Vatican II ?
Controverse au sujet du Troisième Secret – Sixième Partie
La Suppression du Troisième Secret
Plusieurs choses très critiques ont été dites  à propos du Pape Pie XII par certains auteurs, l’accusant, par exemple, d’avoir aider la suppression du Troisième Secret en ordonnant en 1957, d’envoyer à Rome tous les documents de Fatima.  Cependant, il n’y a aucune preuve solide que cela fut fait avec l’intention d’étouffer le Secret.  Il y avait des indications répétées durant le temps du Pape Pie XII que le Troisième Secret devait vraiment être révélé en 1960.  D’ailleurs, certains ont critiqué le Pape Pie XII parce que, disent-ils, il ne fit pas lire le Secret quand Sr. Lucia l’invita à le faire.  Mais il n’y a aussi aucune preuve solide pour cette supposition.  Le fait qu’il ait été signalé que les enveloppes (ou une d’elle) étaient toujours scellées après la mort du Pape Pie XII ne prouve rien.   Même les scellés en cire sont facilement re-scellés, et se serait avoir été imprudent de déposer de telles enveloppes non-scellées.
Toutes les preuves solides concernant la suppression du Secret pointent vers une seule personne : Jean XXIII.  Pour comprendre clairement l’histoire de la suppression, nous devons tout de même regarder l’événement qui a eu lieu proche de la fin du Pontificat du Pape Pie XII.  C’était la publication d’une interview conduite par le Père Augustin Fuentes avec Sœur Lucia.  Le Père Fuentes était le postulateur de la cause de la béatification des visionnaires de Fatima, Francisco et Jacinto Marto.   Il parla avec Lucia le jour qui suivait la fête de Noël de 1957.  La conversation fut publiée, avec l’approbation ecclésiastique, aux Etats-Unis en 1958 dans un magazine, Fatima Findings (Conclusions de Fatima), et encore le 22 Juin 1959, dans un quotidien Portugais, A Voz.   Le pauvre Père Fuentes allait payer chèrement pour ce zèle.  Voyons ce qui avait occasionné une telle tempête de réaction après la mort du Pape Pie XII.
L’Interview du 26 Décembre 1957 de Sr. Lucia avec le Père Fuentes
Il doit être noté que cette interview eue lieu seulement trois semaines après la mort de l’Evêque da Silva le 4 Dec. 1957.  Il est facile de comprendre que Sr. Lucia était très chagrinée, pas seulement à cause de la mort de son Evêque, mais par son échec apparent de le voir lire le Troisième Secret, en dépit de ses incitations de le faire.  Mais son anxiété évidemment alla beaucoup plus loin que cela.   Nous avons déjà donné des extraits de ce texte dans la première partie de cette série.  Voici le texte entier, avec le Père Fuentes donnant ses commentaires en italiques:
« Je souhaite seulement vous parler de la dernière conversation que j’ai eu avec Sœur Lucia le 26 Décembre de l’année dernière.  Je l’ai rencontré dans son couvent.  Elle était très triste, très pale et émaciée.  Elle me dit :
« Mon Père, la Très Sainte Vierge est très peinée parce que personne n’a fait attention en aucun moment à Son message, ni les bons ni les mauvais.  Les bons continuent dans leur voie mais sans donner aucune importance à Son message.  Les mauvais, en ne voyant pas la punition de Dieu s’abattre actuellement sur eux, continuent leur vie de péchés sans même se soucier du message.  Mais croyez-moi, mon Père, Dieu châtiera le monde et se sera d’une manière terrible.   La punition du Ciel est imminente.
« Mon Père, combien de temps reste t-il avant que 1960 arrive?  Ce sera très triste pour tout le monde, pas une personne ne se réjouira à la fin si d’avance le monde ne prie pas et ne fait pas de pénitence.  Je ne suis pas apte à donner aucun autre détail parce que c’est encore un secret.  Selon le vœu de la Très Sainte Vierge, seuls le Saint Père et l’Evêque de Fatima ont la permission de connaître le Secret, mais ils ont choisi de ne pas le savoir ainsi ils ne pourraient pas être influencés.
« Ceci est la Troisième partie du Message de Notre Dame, qui restera un secret jusqu’en 1960.
« Dites leur, mon Père, que plusieurs fois la Très Sainte Vierge dit à mes cousins Francisco et Jacinta, aussi bien qu’ à moi, que plusieurs nations disparaîtront de la face de la terre.  Elle dit que la Russie sera l’instrument de châtiment choisi par le Ciel pour punir le monde entier si nous n’obtenons pas préalablement la conversion de ces pauvres nations… »
« Sœur Lucia me dit également : Mon Père, le diable est disposé à engager une bataille décisive contre la Sainte Vierge.  Et le diable connaît ce que c’est que plusieurs offensent Dieu et un petit espace de temps lui profiterai à perdre un grand nombre d’âmes.  Ensuite, le diable fait tout pour vaincre les âmes consacrées à Dieu, parce que de cette façon, le diable réussira à partir avec les âmes des fidèles abandonnées par leurs guides, de ce fait il pourra plus facilement les saisir.
« Ce qui afflige le Coeur Immaculée de Marie et le Coeur de Jésus c’est la chute des âmes des religieux et des prêtres.  Le diable sait que les religieux et les prêtres qui s’abaissent de leur belle vocation tirent de nombreuses âmes en enfer.  …Le diable souhaite prendre possession des âmes consacrées.  Il essaye de les corrompre afin de les bercer à endormir les âmes des fidèles et de ce fait, les conduire à l’impénitence finale.  Il emploie tous les artifices, en allant même très loin jusqu’à suggérer de différer l’accès dans la vie religieuse.  Le résultat de ceci est la stérilité de la vie intérieure, et au milieu des fidèles, froideur (manque d’enthousiasme) en ce qui concerne le sujet de la renonciation aux plaisirs et leur dévouement total à Dieu.
« Dites leur aussi, mon Père, que mes cousins Francisco et Jacinta se sont sacrifiées parce que dans toutes les apparitions de la Très Sainte Vierge, ils L’avaient toujours vu très triste, peinée.  Elle ne les avait jamais sourit.  Cette tristesse, cette angoisse que nous notions en elle, pénétra nos âmes.  Cette tristesse est causée par les offenses contre Dieu et les punitions qui menacent les pécheurs.  Et ainsi, nous les enfants n’avions pas su quoi penser excepté d’inventer divers moyens de prières et de faire des sacrifices…
« L’autre chose qui sanctifia mes cousins était la vision de l’enfer.
« Mon Père, c’est la raison pour laquelle ma mission n’est pas d’indiquer au monde la punition matérielle qui est certaine d’arriver si le monde ne prie pas et ne fait pas de pénitence au préalable.  Non!  Ma mission est d’indiquer à chacun d’entre-nous le danger imminent que nous sommes, en perdant nos âmes immortelles pour toute éternité si nous restons obstiné dans le péché. »
« Sœur Lucia me dit également : Mon Père, nous ne devons pas attendre un appel du monde qui vienne de Rome, pour faire une pénitence.  Ni devoir attendre l’appel à la pénitence qui vienne de la part des Evêques de nos diocèses, ni de la part des religieux des congrégations.   Non!  Notre Dieu a déjà très souvent fait usage de ces moyens, et le monde n’a pas fait attention.   C’est pourquoi maintenant c’est nécessaire pour chacun d’entre nous de commencer à se reformer spirituellement.  Chacun ne doit pas seulement sauver son âme mais aider toutes les âmes que Dieu a placé sur notre chemin…
« Le Diable fait tout ce qui est en son pouvoir pour nous distraire et nous enlever l’amour de la prière…
« Mon Père, la Très Sainte Vierge ne m’avait pas dit que nous sommes dans les derniers temps du monde, mais Elle me fit comprendre cela pour différentes raisons.
« La première raison, c’est parce qu’Elle me dit que le Diable est disposé à engager une bataille décisive contre la Vierge.  Et une bataille décisive est la dernière bataille dont un coté sera victorieux et l'autre va subir la défaite.  Egalement, maintenant nous devons choisir un coté.  Soit nous sommes avec Dieu ou nous sommes avec le Diable.  Il n’y a pas une autre possibilité.
« La seconde raison, c’est parce qu’Elle dit à mes cousins et de même à moi-même que Dieu est entrain de donner deux derniers remèdes au monde.  Ce sont le Saint Rosaire et la dévotion au Sacré Cœur de Marie.   Ce sont les deux derniers remèdes qui signifient qu’il n’y en aura plus d’autre.
« La troisième raison, c’est parce que dans les plans de la Divine Providence, Dieu a toujours, avant qu’Il ne punisse le monde, épuisé tous les autres remèdes.   Maintenant, quand Il voit que quel que soit le remède, le monde ne prête aucune attention, alors, comme nous l’avons dit dans notre manière imparfaite de parler, Il nous offre ‘avec une certaine vive inquiétude’ le dernier moyen de salut, Sa Très Sainte Mère.  C’est ‘avec une certaine vive inquiétude’ parce que si vous méprisez et rejetez cet ultime moyen nous n’aurons plus aucune indulgence du Ciel parce que nous aurons commis un péché que l’Evangile appelle le péché contre le Saint Esprit.  Ce péché consiste à rejeter publiquement avec pleine connaissance et consentement, le pardon qu’Il offre.  Souvenons-nous que Jésus Christ est un très bon Fils et qu’Il ne peut pas permettre que nous insultons et méprisons Sa Très Sainte Mère.  Nous avons enregistré complètement depuis plusieurs siècles de l’histoire de l’Eglise, le témoignage évident qui démontre, par de terribles châtiments qui arrivèrent à ceux qui se sont attaquées à l’honneur de Sa Très Sainte Mère, comment Notre Dieu a toujours défendu l’honneur de sa Mère. »
« Sœur Lucia m’a dit : Les deux moyens de sauver le monde sont la prière et le sacrifice.
« En ce qui concerne le Saint Rosaire, Sœur Lucia a dit : Regardez, mon Père, la Très Sainte Vierge, en ces derniers moments dans lesquels nous vivons, a donné une nouvelle efficacité à la récitation du Saint Rosaire.  Elle a donné cette efficacité à tel point qu’il n’y a pas de problème, pas d’importance quelle que soit la difficulté qu’elle représente, si provisoire ou au-dessus de tout, spirituelle, dans la vie personnelle de chacun de nous, de nos familles, des familles du monde ou des communautés religieuses, ou même dans la vie des personnes et des nations que nous ne pouvons résoudre par l’action de la récitation du Rosaire.  Il n’y a pas de problème, je vous le dis, quelle que soit la difficulté que cela représente, que nous ne pouvons pas résoudre par la prière du Saint Rosaire.  Avec le Saint Rosaire nous nous sauverons nous-mêmes.  Nous sanctifierons nous-mêmes.  Nous consolerons Notre Dieu et obtiendrons le pardon de beaucoup d’âmes.
« Finalement, la dévotion au Cœur Immaculée de Marie, Notre Très Sainte Mère, consiste à Sa considération comme le siège de la compassion, de la bonté et du pardon et comme la porte sure par laquelle nous allons entrer au Ciel. » (La Verdad sobre el Secreto de Fatima, Fr. Joaquín Alonso).
Le Châtiment du Père Fuentes
Entre la première publication de cette interview dans Fatima Findings (Les Conclusions de Fatima), et la seconde dans A Voz, le Pape Pie XII est décédé et Jean XXIII a commencé ses plans pour le Concile Vatican II  le Concile d’ ‘‘aucunes condamnations.’’  Toutefois, le 2 Juillet 1959, la Chancellerie de Coimbra publia une condamnation extrêmement rude mais anonyme du Père Fuentes :
Le Père Augustin Fuentes, postulateur de la cause de la béatification des prophéties de Fatima, Francisco et Jacinta, visita Sœur Lucia au Carmel de Coimbra et lui parla exclusivement à propos des choses concernant la procédure en question.  Mais après être retourné au Mexique, son pays  à en croire un article paru dans A Voz le 22 Juin dernier, et une traduction de M.C. de Bragança publiée le 1er Juillet par le même journal  ce prêtre s’accorda lui-même de faire des déclarations sensationnelles, apocalyptiques, eschatologiques et à caractère prophétique, qu’il déclare avoir entendu des vraies lèvres de Soeur Lucia.
Au regard de la gravité de telles déclarations, la chancellerie de Coimbra cru que son devoir était d’ordonner une investigation rigoureuse sur l’authenticité de telles informations, que des personnes aussi avides de sensations ont diffusé au Mexique, aux Etats-Unis, en Espagne et finalement au Portugal.
Pour la tranquillité de l’esprit de ceux qui ont lu la documentation publiée dans A Voz et ont tiré l’alarme à la pensée des cataclysmes affreux qui, selon ce dossier, sont arriver dans le monde en 1960, et encore plus, afin de mettre une fin dans la campagne partiale des ‘‘prophéties’’, dont les auteurs, peut-être sans le réaliser, ont provoqué une tempête de ridicule, pas seulement là ou eux-mêmes sont concernés, mais aussi en ce qui concerne les affaires présentées comme avoir été dites par Sœur Lucia, le Diocèse de Coimbra a décidé de publier ces propos de Sœur Lucia, donnant la réponse aux questions mises par quelqu’un qui avait qualité de le faire :
« Père Fuentes me parla en sa qualité de Postulateur pour les causes de béatification des serviteurs de Dieu, Jacinta et Francisco Marto.  Nous avons parlé uniquement des affaires liées à ce sujet ; C’est pourquoi aussi, quel que soit ce à quoi il se réfère, cela est ni exact ni vrai.  Je suis désolé de cela, pour moi je ne comprends pas quel bien peut être fait pour les âmes quand cela n’est pas fondé sur Dieu, qui est Vérité.  Je ne connais rien, et pourrait aussi ne rien dire à propos de ces punitions qui me sont faussement attribuées. »
La Chancellerie de Coimbra est en position de déclarer que depuis, la présente Sœur Lucia a dit tout ce qu’elle croyait comme devoir de dire concernant Fatima, elle ne dit rien de nouveau et par conséquent n’a autorisé personne, du moins depuis Février 1955, de publier quelque chose de nouveau qui pourrait lui être attribuée au sujet de Fatima.
Le Père Fuentes fut en ses propres termes, accusé de mentir, et Sr. Lucia apparue confirmer l’accusation !  Mais le Père Fuentes n’était pas sans ses défenseurs.  L’Archevêque Manuel Lopez de Veracruz maintint que le Père Fuentes « n’avait rien prêché qui pourrait contredire le message de Fatima, ni n’avait attribué d’effrayantes prophéties à Sr. Lucia. »  L’Archevêque de Guadalajara, le Cardinal José Garibi y Rivera aussi insista que le Père Fuentes « n’avait rien prédit de terrible dans ses prédications. »  Certes le texte cité ci-dessus, même s’il contient de sérieux avertissements, ne fait aucune prophétie spécifique.  Sr. Lucia nous a simplement rappelé que la « punition du Ciel est imminente » et lista les raisons pour lesquelles elle pense que nous sommes dans les « derniers temps. »  Alors sur quoi la Chancellerie de Coimbra se réfère t-elle ?
    
Le Père Fuentes fut remplacé comme postulateur par le Père Louis Kondor, qui pris cette photo de Sr. Lucia pour la couverture de sa future publication, notamment ses mémoires, selon des rapports d’Avril 1963  moins de 5½ années auparavant, le Père Fuentes la décrivait comme « très triste, très pale et émaciée. »

Malgré les efforts de ses défenseurs, le Père Fuentes fut bientôt relevé de ses fonctions de postulateur pour la cause de la béatification de Francisco et Jacinta Marto, une décision qui sûrement était venue de Jean XXIII.  Apres tout ce n’était pas le Père Fuentes  et Sr. Lucia pour ce sujet (et Notre Dame de Fatima Elle-même) — parmi les ‘‘prophètes de ruine’’ que Jean XXIII avait dénoncé à l’ouverture de Vatican II ?  (Voir la photo de droite.)  Voici ce qu’il avait dit le 11 Octobre 1962:
Dans l’exercice quotidien de notre office pastoral, nous avons souvent à écouter, avec de mauvaises oreilles, des voix des personnes qui, quoique brûlées par le zèle, ne sont pas trop dotées de sens de discrétion ou de jugement.  En ces temps modernes, ils ne voient que la calamité et la ruine.  Ils disent constamment que notre ère, comparé à notre passé, est grandissante et solidement pire ; ils se conduisent comme s’ils n’avaient rien lu de l’histoire, l’enseignante de la vie.  Ils agissent comme si les précédents conciles furent des signes des victoires complètes pour l’idéal Chrétien de la vie et pour la vraie liberté religieuse.   Nous, cependant, avons des opinions différentes de ces prophètes de ruine qui prédisent toujours les désastres comme quoique la fin du monde à portée de main.  Dans l’actuel développement des événements humains, quel genre humain apparaît introduisant un nouvel ordre, un devoir, une certaine quantité, apercevoir un plan caché de la Divine Providence…
La vérité à propos de cet événement choquant ne pouvait pas sortir jusqu’en 1976, mais lui qui révéla la vérité devait aussi en payer le prix.
Le Père AlonsoL’Archiviste de Fatima
Le Père Joaquin Alonso avait été chargé par le successeur de l’Evêque da Silva, Monseigneur Venancio, avec le devoir d’archiver et d’éditer tous les documents concernant Fatima.   Précocement il avait adopté la critique de la Chancellerie de Coimbra concernant le Père Fuentes.  Mais en 1975, et après plusieurs recherches assidues, il avait complètement changé son opinion.  Dans ses travaux publiés en Anglais en 1976 avec pour titre: The Secret of Fatima: Fact and Legend (Le Secret De Fatima : Fait et Légende), il révèle avec tact cette vérité:
Qui avait raison dans cette affaire lamentable ?  Le Père Fuentes, le porte-parole du diocèse de Coimbra ou Lucia ?  Nous aurions aimé offrir une explication, donnant notre propre modeste opinion:
1. Ce que le Père Fuentes dit dans le texte authentique de sa conférence  à la communauté religieuse Mexicaine… (en Mai 1958) correspond sans doute dans son essentiel à ce qu’il entendit durant sa visite à Sœur Lucia, pour bien que le texte soit mélangé avec sa propre prédication et embellissements oratoriens, et bien qu’il soit adapté de conformer au schéma littéraire, ces textes ne disent rien que Sœur Lucia n’avait pas dit dans ses nombreuses publications.  Peut-être le principe d’établir que la présentation de ces textes comme venant de la bouche même de Sœur Lucia, et formellement et expressément donné comme ‘‘un message d’elle’’ adressé au monde.  Sœur Lucia n’avait pas cette intention.
2. Le texte authentique, le seul qui peut être justement attribué au Père Fuentes, n’a pas, c’est mon opinion, ne contient rien qui pourrait causer l’avis de condamnation émis par Coimbra.  Au contraire, il contient un enseignement plus convenable à l’édification de la piété des Chrétiens.
3. Le diocèse de Coimbra, et à travers lui Sœur Lucia, n’a fait aucune distinction entre le texte authentique qui seul peut être justement attribué au Père Fuentes, et la vaste ‘‘documentation’’ à laquelle nous avons déjà fait référence.  Une erreur de jugement fut ensuite commise, pour tout ce qui fut inclus dans une simple tout embrassante condamnation.
En d’autres termes, le Père Alonso avait suggéré avec tact que Soeur Lucia avait montré une certaine quantité de faux documents (probablement des articles du journal A Voz) lequel ont conduit à sa déclaration de démenti, si vraiment la déclaration est même authentique.  Dans le même travail le Père Alonso donna aussi son opinion sur le contenu probable du Troisième Secret :
Si « au Portugal le dogme de la Foi sera toujours préservé, » … il peut être clairement déduit de ceci que dans d’autres parties de l’Eglise ce dogme va devenir obscur ou même se perdre complètement.
Ensuite il est tout à fait possible que dans cette période intermédiaire qui est en question (après 1960 et avant le triomphe du Cœur Immaculée de Marie), …le texte fait concrètement référence à la crise de la Foi entre l’Eglise et la négligence de la part des pasteurs eux-mêmes,… [à…les débats internes au sein de l’Eglise et une grave négligence pastorale par la hiérarchie supérieure,… [et] …les carences de la hiérarchie supérieure de l’Eglise.
Le Père Alonso pouvait-il avoir fait référence à Jean XXIII et à Vatican II ?  En ce temps, le Père Alonso avait aussi terminé son travail massif, Fatima Texts and Critical Studies (Les Textes de Fatima et les études Critiques), consistant en 24 volumes de quelques 800 pages chacun.  Il référença et archiva 5.396 documents dans ce résultat de ses dix années de recherche.  Cependant, la ‘‘hiérarchie supérieure’’ ne voulait pas laisser de telles critiques passer inaperçues.  Le nouvel ‘‘évêque’’ de Leiria-Fatima, Alberto do Amaral, interdit la publication des 24 volumes dans leur totalité !  Ce fut seulement après la mort du Père Alonso, que deux volumes fortement censurés furent publiés.  Apparemment, faire taire le Troisième Secret lui-même n’était pas assez.
Roncalli contre Notre Dame de Fatima
Msgr. Capovilla, qui a fourni la meilleure preuve de l’existence d’un second texte du Troisième Secret, nous a aussi fourni, avec une estimation coup sur coup, la décision de Jean XXIII d’étouffer le Secret.  Le 28 Octobre 1958  moins de trois semaines après la mort du Pape Pie XII  Sœur Lucia, peut-être avait-elle peur de ce qui allait arriver, mit de coté sa réserve habituelle et demanda la permission de délivrer un message radio au monde !   Au début de Janvier 1959, une réunion fut tenue afin de discuter de cela et du Troisième Secret.  Le Cardinal Cento, qui avait apporté le Troisième Secret à Rome en 1957, dit à Roncalli : « C’est bien que vous preniez connaissance de cela.  Sr. Lucia m’a approché.  Elle pourrait délivrer un message au monde entier.  Je ne sais pas si cela est opportun … »  La réponse de Roncalli fut : Il n’y aura pas de message radio ; plutôt, de grandes restrictions furent placées sur les communications de Sr. Lucia.  Eventuellement elle ne fut plus permise de parler à quiconque (avec très peu d’exceptions) sans la permission du Vatican.
Le 25 Janvier 1959, Jean XXIII fut encore conseillé de lire le Troisième Secret immédiatement.   Mais il décida d’attendre jusqu’à ce qu’il annonça la convocation du Concile Vatican II (voir la photo de gauche).  Avait-il peur que le Troisième Secret contienne une mise en garde à propos de la véritable chose qu’il était déterminé à faire ?  Ce ne fut que jusqu’au 17 Août qu’il pourrait lire le Secret.  Capovilla donne des détails : « [Jean XXIII] après avoir parlé à tout le monde, [les collaborateurs qu’il avait consulté], me dit : ‘Ecrit.’  Et j’ai écrit sous sa dictée : ‘Le Saint Père avait reçu des mains de Msgr. Phillipe ces écritures.  Il fut décidé de les lire le vendredi avec son confesseur.   Il y’avait des locutions incompréhensibles, il appela Msgr. Tavares, qui traduisit.  Il autorisa son collaborateur le plus intime de regarder cela.  Il fut finalement décidé de garder encore secret l’enveloppe avec cette phrase : ‘Je ne fais aucun jugement.’  Le silence après quelque chose qui pouvait ou ne pouvait pas être une manifestation du divin. »
Voici ce qui suivit, le 8 Février 1960, le communiqué de presse anonyme, dans lequel nous avons déjà rapporté dans la première partie de ces séries.  S’aurait été bien de se rappeler ici ces propos de ce communiqué de presse.  « Il est très probable que la Lettre dans laquelle Sr. Lucia écrivit les paroles de la Vierge Marie adressées aux trois bergers à la Cova da Iria, ne sera jamais ouverte. »  Apres tout cela, nous avons vu dans cette série, que ces propos devinrent une flagrante contradiction ­ car le ‘‘texte de la vision’’ publié en 2000 n’est pas une lettre et ne contient aucune parole de la Vierge Marie !
C’est aussi mérité de noter que, à Vatican II, Jean XXIII invita deux observateurs Russes Orthodoxes pour être présent, avec l’assurance que ce Concile ne pourrait formuler aucune condamnation du communisme du système Soviétique.  « L’initiative de ces rencontres (pour faire ce mauvais accord) fut prise personnellement par Jean XXIII à la suggestion du Cardinal Montini… » (Roman Amerio, Iota Unum, 1985).  Apres la mise sous silence de Sr. Lucia et Notre Dame de Fatima, qui avertit spécifiquement que « la Russie voudra propager ses erreurs… », cette action de Roncalli et Montini est vue comme étant davantage délibérée  et sinistre.

Il n’y a eu aucune condamnation du Communisme ou du système Soviétique  en conformité avec les assurances faites par Jean XXIII et le futur Paul VI    le ‘‘Métropolitain’’ Orthodoxe Russe, Nikodim, arriva a Rome avec l’agent de Jean XXIII, Msgr. Willebrands, et le Père Pierre Duprey du ‘‘Secrétariat pour l’Unité Chrétienne,’’ pour le dernier jour de Vatican II.

 Septième Partie
Le Cas Étrange du Cardinal Ottaviani
CARDINAL OTTAVIANI
Le livre de Robert Louis Stevenson, Le Cas Étrange du Dr. Jekyll et Mr. Hyde, est l'une des très fameuses histoires de double personnalité. Dans la Controverse du Troisième Secret, l'étrange double personnalité peut être identifiée au Cardinal Ottaviani. En réalité, longtemps avant que la controverse sur le Texte de la Vision ne débute, une controverse avait été tramée sur les propos inexplicables et actions de ce membre connu de la Curie.
Le Cardinal Alfredo Ottaviani, réfléchissant en plus comme un conservateur digne de confiance, avait déjà montré cet étrange dualisme pendant le Vatican II. Pendant qu'il s'oppose au passage à davantage de libéraux et de modernistes dans les décrets, il voudrait de temps à autre faire écho de l'étalage libéral de lui-même – par exemple, quand il applaudit la visite de Paul VI aux Nations Unies vers la fin du Concile. A propos du Troisième Secret de Fatima, nous avons déjà vu qu'il fut largement cru qu'il avait officieusement encouragé la publication et la distribution du texte de "Neues Europa" ; cependant, il apparut comme s'il l'avait dénoncé plus tard. Beaucoup de ces controverses apparurent sur le discours qu'il donna le 11 Février 1967. Il fut désigné pour parler lors d'une réunion tenue pour préparer le congrès Marial qui devait se tenir à Fatima quelques mois plus tard. Paul VI se servit de cette occasion pour faire connaitre son intension de continuer de garder le Troisième Secret, et le Cardinal Ottaviani fut choisi comme son porte-parole. Le discours du Cardinal fut une série d'erreurs et d'ambiguïtés, qui furent plus tard sainement critiquées par les experts de Fatima. Certains supposèrent que le Cardinal n'était pas réellement intéressé par Fatima, et simplement n'avait pas pris le temps de préparer son discours avec attention ; d'autres supposèrent qu'il avait intentionnellement essayé de tromper. Mais la vérité peut d'ailleurs mentir.
Le Cardinal Ottaviani n'obtint pas sa haute position, originellement donnée par le Pape Pie XII, pour avoir été inattentionné et négligent dans son travail. Mais ses actions et ses propos pendant et après Vatican II montrèrent que, dans aucune affaire donnée, il voulait toujours abandonner ses opinions personnelles, convictions et même principes, pour simplement faire ce qui était dit. La question est, lui avait-on dit de faire plusieurs erreurs factuelles dans son discours?
Une solution possible à ce faux mystère est une ressemblance entre sa position et celle de plusieurs prisonniers de guerre dans les années récentes. Souvent ceux-ci avaient été forcés de faire des "confessions" enregistrées de leurs "crimes de guerre" ; mais parfois ils pouvaient "envenimer le message" dans le but de faire comprendre qu'ils avaient été forcés de dire quelque chose contre leur volonté. Prononcer de travers certains mots, de pareils erreurs factuelles pourraient être introduites, souvent sans préavis de leurs ravisseurs, afin d'alerter tout auditeur que tout le message est un faux. Serait-ce possible que le Cardinal Ottaviani ait fait la même chose ? En réalité, les erreurs qu'il fit furent inexplicables. Dans les extraits qui suivent, nous voulons mettre en exergue, en italique, les erreurs, les contradictions et les ambiguïtés, plus ou moins évidentes. Cela semble être un schéma : chaque fois que le Cardinal dit quelque chose qui soit fausse, laquelle lui a-t-on probablement demandé de dire, il accompagne cela par plusieurs erreurs réelles évidentes ou de sottes ambiguïtés.
« Si c'est question d'un Secret, comment pourrais-je le révéler ? Dans n'importe quel évènement, je négocierai certaines questions concernant le 'Secret de Fatima'. »
Le Cardinal connaissait très bien que ce n'était pas parce que "c'est une question d'un secret" qu'il était incapable de le révéler. Il savait que ses auditeurs, et le monde entier, étaient conscients que le Troisième Secret était supposé avoir été révélé en 1960. Essayait-il d'être drôle ? Ou alors voulait-il que l'on sache que tout ce qu'il allait dire était faux ?
« La première fois que je suis allé à Fatima c'était en 1955. Comme je marchais au-dessus de la colline qui devait me mener à la Cova da Iria, je fus déjà édifié par la piété, par l'esprit de sacrifice et de prière démontré par tant de personne. Ils allaient au-dessus de cette colline, transportant leurs provisions et tout ce dont ils avaient besoin pour passer la nuit commémorant l'évènement du 13 Octobre 1917. »
La visite du Cardinal n'était pas le 13 Octobre, mais plutôt le 13 Mai.
« Cette vaste foule, qui était en prière, ne demanda pas à connaitre le mystérieux Secret de Fatima. Elle était déjà en possession du Secret le plus essentiel, celui gravé en relief sur les âmes de quiconque lit l'Evangile attentivement : Le secret de l'échelle qui mène au Ciel, dont les escabeaux sont appelés Prière et Pénitence. »
Naturellement la foule ne demanda pas à connaitre le Secret ; ils attendaient qu'il soit révélé en 1960. Certainement que la prière et la pénitence sont des bases du Message de Fatima, et c'est une vulgaire signification supplémentaire de dire que c'est là "le Secret le plus essentiel." Certes, c'est pas le secret ! Clairement, ceci fait partie de la conduite officielle du Vatican pour donner une justification de l'envie de révéler le Troisième Secret.
« La Très Sainte Vierge, pendant qu'elle plaçait Ses pieds virginaux sur la terre de la Cova da Iria, laquelle Elle sanctifia ensuite, confia trois messages à la petite Lucia. L'un concernait les sentiments les plus intimes de Lucia concernant sa famille, la prédiction que son petit frère Francisco et sa petite sœur Jacinta devait bientôt prendre leur envol pour le Ciel … »
« Le monde a fait attention au message de Lucia. Dans ce message, il y avait une partie privée concernant son frère et sa sœur ; il y avait une partie concernant le monde entier (il invitait le monde entier à la prière et à la pénitence) ; et finalement il y avait une troisième partie des choses confiées par la Sainte Vierge. Et ces choses qu'Elle avait confié (à Lucia) non pas pour elle-même, non pas pour le monde – du moins pour ce moment là – mais pour le Vicaire du Christ. »
Ceux-là qui étaient familier aux apparitions de Fatima avaient à peine besoin de se rappeler que Francisco et Jacinta étaient des cousins de Lucia – pas son frère et sa sœur! Le réarrangement des Trois Secrets est aussi purement imaginaire. L'annonce de la mort imminente de Francisco et Jacinta n'est pas une partie du Grand Secret dans sa totalité. Toutes ces trois parties concernent le monde entier – pas seulement une partie. Et le Troisième Secret ne fut jamais adressé exclusivement au Pape.
« Et Lucia avait gardé le Secret. Elle n'avait pas parlé, ce qui ne veut pas dire que certaines personnes n'aient pas essayé de la faire parler. Oui, il y'a des 'Secrets de Fatima' en circulation qui lui sont attribués. Ne croyez en aucun d'entre-eux ! Lucia avait gardé le Secret. »
« Et alors, que fit-elle afin d'obéir à la Très Sainte Vierge ? Elle écrivit sur une feuille de papier, en Portugais, ce que la Sainte Vierge lui demanda de dire au Saint Père. »
« Le Message ne devait pas être ouvert avant 1960. J'ai demandé à Lucia : 'Pourquoi cette date ?' Et elle me répondit : 'Parce qu'ainsi cela serait plus clair'. »
Notons que le Cardinal n'avait pas directement contredit le texte de Neues Europa, parce qu'il n'avait pas été attribué à Sœur Lucia. L'insistance que le Troisième Secret était seulement destiné au Pape semblait avoir été l'excuse donnée par le Vatican dans le but de le garder secret. Non plus, cependant, cette déclaration ne peut s'accorder avec le Texte de la Vision, celui pour lequel le Vatican insiste qu'il soit le seul qui contienne le Troisième Secret. La dernière déclaration du Cardinal Ottaviani – concernant la date de 1960 – pourrait apparaître être vraie.
« L'enveloppe contenant le 'Secret de Fatima' fut donnée scellée, à l'Evêque de Leiria… Il la donna au Nonce Apostolique… qui fidèlement la passa à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, comme la lettre l'avait demandé, afin de prévenir une délicate chose, qui n'était pas destinée à être donnée pour une consommation générale du public, de tomber entre des mains étrangères pour une quelconque raison, même par chance. »
« Ainsi le Secret arriva à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, et – encore scellé – il fut remis à Jean XXIII… et, bien que le texte soit écrit en Portugais, il me dit plutard qu'il l'avait entièrement compris. »
« Ensuite il plaça lui-même le Secret dans une autre enveloppe, la scella et la plaça dans une de ces archives qui sont comme un puits profond, sombre, bien sombre, du fond duquel des chutes de papiers, et personne ne vit plus aucun d'eux. Ainsi, il est difficile de dire où se trouve le Secret de Fatima maintenant. »
Quand le Cardinal dit ces dernières paroles, il se pencha vers le sol comme s'il regardait dans un puits profond. Après avoir répété l'erreur évidente que le Troisième Secret ne fut pas destiné au public – contrairement aux faits connus – le Cardinal Ottaviani nous fit une grande faveur. Il donna une indication claire de l'existence d'un autre texte. Pour Msgr. Capovilla l'a depuis éclairci que Jean XXIII a requis les services d'un traducteur pour le "mystérieux" texte qu'il plaça "dans une autre enveloppe" – et cette enveloppe n'a jamais été produite. Aussi, le responsable du Vatican prétendit, concernant le texte de la Vision, qu'il avait toujours été dans les archives du "Saint Bureau" – la "Congrégation pour la Doctrine de la Foi" – pour lequel le Cardinal Ottaviani était le préfet. Ainsi le Cardinal doit être entrain de parler du second texte quand il dit « il est difficile de dire où se trouve le Secret de Fatima maintenant. »
Avant de conclure, le Cardinal Ottaviani voulut répéter plusieurs fois le mensonge évident que le Troisième Secret fut seulement pour le Pape. Mais en le faisant, il fournit encore des preuves du second texte :
« La substance est Secrète pour le Saint Père, à qui elle fut adressée. Il fut le seul à qui le Secret était adressé. »
Aucune des enveloppes connues ou prétendues être reliées au Troisième Secret n'est adressée au Saint Père. Le Texte de la Vision est ''adressé'' à Dieu ! Ou encore, le Cardinal Ottaviani doit être entrain de parler d'un texte différent.
Dix ans après, la revue Madre di Dio posa au Cardinal les questions suivantes : "1. Y'a t-il une confirmation de tout ce que le Cardinal communiqua sur le Troisième Secret, dans le discours du 11 Février 1967 ? 2. Les suppositions ont-elles légitimé ceux qui disent que le Saint-Siège apporta une partie du 'troisième' Secret à la connaissance des grands pouvoirs – et qu'il est connu aujourd'hui grâce aux indiscrétions diplomatiques ? 3. Est-il possible que le Secret soit lié à la crise actuelle de l'Eglise, comme le disent certains ?"
Sans étonnement, le Cardinal esquiva volontairement la première et la troisième question. Il répondit seulement à la seconde question:
« Je dois vous dire que la plupart des textes publiés dans divers journaux sont tous le fruit des suppositions de ces personnes qui pensent qu'ils peuvent le déduire des éléments rassemblés dans différents livres ou publications. Le vrai texte du 'Secret', rédigé par la sœur Lucia et envoyé à Jean XXIII, est réellement demeuré un secret, parce que [il] lui-même n'a rien révélé de cette affaire. Nous ignorons complètement l'endroit où il plaça le texte qui lui fut envoyé. »
Sœur Lucia n'a jamais "envoyé" le texte à Jean XXIII. Mais qu'il entra en possession du texte à été confirmé par Capovilla. Il est évidemment impossible pour le Cardinal Ottaviani d'avoir été ignorant du lieu où se trouverait le Texte de la Vision. Il doit parler d'un autre texte.
Tristement, le jargon juridique, le double langage, l'ambiguïté et la marche en arrière sont devenus le tout trop flagrant poinçon du Vatican.

Huitième Partie

Le témoignage de Mgr. Silvio Oddi

Silvio Oddi, ordonné prêtre le 31 mai 1933, était un diplomate du Vatican, principalement au Moyen-Orient, de 1938 à 1962. En dépit de sa réputation comme un «conservateur», il fut appelé "cardinal" par Paul VI en 1969, et est devenu un membre de la «curie» de 1979 jusqu'à sa retraite en 1985. Des déclarations qu'il a faites dans des interviews accordées en 1990, ainsi que dans ses Mémoires, publiés en 1995, ont jeté beaucoup de lumière sur la controverse sur le Troisième Secret.
Le premier de ces entretiens a été donné pour la "catholique" journal Il Sabato, et publié dans son édition du 17 Mars, 1990 :
A présent, tout le monde reconnaît que le cardinal Silvio Oddi a une vertu qui est extrêmement rare dans l'environnement ecclésiastique actuel: la franchise et la liberté avec laquelle il expose ses points de vue. L'interview qui suit en est une preuve de plus. Il a pour thème une des énigmes que, pendant ce siècle, a déplacé plus l'imaginaire collectif religieux: le Troisième Secret de Fatima. C'est une question qui porte sur la pertinence contemporaine de nouveau le mois dernier, suite à la publication dans 30 JOURS d'une lettre de Sœur Lucie, l'une des trois visionnaires à qui la Mère de Dieu apparut le 13 mai 1917. Se référant à des bouleversements en Europe orientale, la religieuse portugaise a écrit: « Je crois que c'est une action de Dieu dans un monde courant un danger d'une guerre atomique qui pourrait le détruire. » Beaucoup ont vu dans ces mots la confirmation que le Troisième Secret a quelque chose à voir avec l'évolution actuelle de l'URSS, comme si la Vierge Marie avait prophétisé et mystérieusement guidée plan la perestroika. Ce point de vue a pris fin en attribuant à ces événements politiques, le caractère miraculeux d'une renaissance spirituelle et religieuse.
ETES-VOUS AUSSI DE CET AVIS ?
CARDINAL ODDI : Non, au contraire, je reste très sceptique. Je crois que je connaissais très bien Jean XXIII, depuis que j'ai passé un certain nombre d'années à ses côtés quand il était à la nonciature à Paris. Si le secret avait concerné des réalités consolantes pour l'Eglise comme la conversion de la Russie ou la renaissance religieuse de l'Europe orientale, je crois qu'il aurait exercé des pressions pour rendre public le secret. Par son tempérament, il n'a pas hésité à communiquer des choses joyeuses (il a été révélé que le cardinal Roncalli dans un certain nombre de lettres à des amis, avait pratiquement annoncé son élection à la papauté). Mais quand je lui ai demandé lors d'une audience pourquoi en 1960, lorsque l'obligation de garder le secret était venue à sa fin, il n'avait pas rendu publique la dernière partie du message de Fatima, il a répondu avec un soupir las. Il a alors dit: "Ne me remettez pas ce sujet, s'il vous plaît ..."
AVEZ-VOUS DÉJÀ PARLÉ AVEC SŒUR LUCIE ?
CARDINAL ODDI : Oui, en 1985. J'étais allé au Portugal pour y célébrer solennellement l'anniversaire des apparitions, et je n'ai pas résisté à l'envie d'échanger quelques mots avec elle. Évidemment, je ne lui ai pas demandé de me révéler le secret, mais je lui ai demandé si elle était au courant de la raison pour laquelle l'Eglise a décidé de ne pas le rendre public.
ET SŒUR LUCIE, QU'A-T-ELLE DIT ?
CARDINAL ODDI : Elle a dit qu'en mai 1982, elle avait parlé avec Jean-Paul II, qui avait fait un pèlerinage à Fatima, pour rendre grâce à Notre-Dame, un an après la tentative d'assassinat sur la Place Saint-Pierre. Ensemble, ils ont décidé qu'il était plus opportun de ne pas révéler le secret. Par peur, elle m'a expliqué, qu'il pourrait être "mal interprété". La même explication, me dit-on, a été proposée par le Saint-Père lors de sa visite en Allemagne. Cette attitude de l'Eglise a renforcé en moi une théorie que j'avais eue pendant un certain nombre d'années ...
ET QUELLE EST-ELLE ?
Cardinal Oddi : Qu'est-il arrivé en 1960 qui aurait pu être considéré en liaison avec le Secret de Fatima? L'événement le plus important est sans aucun doute le lancement de la phase préparatoire du Concile Vatican II. Par conséquent, je ne serais pas surpris si le secret avait quelque chose à voir avec la convocation du Concile Vatican II ...
POURQUOI AVEZ-VOUS DIT CELA ?
Cardinal Oddi : De l''attitude qu'a montré le Pape Jean au cours de notre conversation, j'ai déduit - mais c'est seulement une hypothèse - que le secret peut contenir une partie qui pourrait avoir un anneau assez désagréable pour lui ... Mais nous savons tous que ... beaucoup de choses tristes ... ont eu lieu en collaboration avec le Concile. Je pense, par exemple, du nombre de prêtres qui ont abandonné le sacerdoce: il est dit qu'il ya eu 80.000 ...
ET QUELLE EST VOTRE EVALUATION DE TOUT CELA ?
Cardinal Oddi : Ceci – que je ne serais pas surpris si le Troisième Secret fait allusion aux temps sombres pour l'Eglise : confusions graves et troublantes apostasies au sein du catholicisme lui-même ... Si l'on considère la grave crise que nous avons vécu depuis le Concile, les signes que cette prophétie s'est accomplie ne semblent pas faire défaut ...
De grands détails de cela ont été publié dans l'édition du 11 Novembre 1990 du mensuel de Trenta Giorni, un "catholique internationale." Mgr. Oddi a donné ces détails sous la forme de "mémoires" :
Silvio Oddi with John XXIIIComme les prêtres et tous les fidèles, je suis devenu intéressé par le Troisième Secret de Fatima. Comme il est connu qu'il devait être révélé en 1960 à moins que Sœur Lucie fût décédée plus tôt, nous attendions tous que cette année arrive. Mais 1960 est venu et est reparti, et rien n'a été annoncé. En tant que secrétaire de Jean XXIII, quand il était à Paris, j'ai profité de la confiance qu'il plaçait en moi pour lui dire franchement :
« Très Saint-Père, il ya une chose pour laquelle je ne peux pas vous pardonner. »
« Qu'est-ce ? » il a demandé.
« Ayant le monde en haleine pendant tant d'années et puis voyant 1960 venir; plusieurs mois ont passé et rien sur le secret a été portée à leur connaissance. »
Roncalli a répondu : « Ne me parlez pas de cela. »
Je lui ai répondu : « Si vous ne le voulez pas, je n'en dirai pas plus, mais je ne peux pas empêcher les gens de le faire. L'intérêt est spontanée, je dois avoir délivré une centaine de sermons et les discours annonçant la révélation. »
« Je vous ai dit de ne plus me parler de ce sujet plus. »
Je ne persistai pas, mais je voulais aller au fond de l'histoire. Puis je suis allé rencontrer Mgr. Capovilla, son secrétaire particulier, et lui ai demandé : « Avez-vous ouvert le secret ? »
« Oui, nous l'avons ouvert. »
« Qui était présent ? »
« Il y avait le Pape, » me dit-il : « Le cardinal Ottaviani, et moi, mais nous ne pouvions pas comprendre, car il a été écrit à la main et en portugais. Nous avons donc appelé un monseigneur portugais qui a travaillé au Secrétariat d'Etat. »
Moi qui connaissais très bien Jean XXIII, je suis sûr que le secret ne contenait rien de bon. Roncalli n'aimait pas entendre parler de scandales ou de punitions. A partir de cela, je conclus qu'il contenait quelque chose comme une interdiction, une punition, ou une catastrophe ...
À ce stade, permettez-moi d'avancer une hypothèse : que le Troisième Secret de Fatima soit une préannonce de quelque chose de terrible qu'a fait l'Église (Vatican II) ... dont les conséquences ont été très douloureux, avec une baisse considérable de la pratique religieuse. Et que plus tard, après une grande souffrance, la foi serait de retour. Oui, cela peut être le contenu du secret. Mais si cela était vrai, le respect du secret a déjà été observé, car la crise dans l'Eglise est visible à tous. Et les âmes les plus alertes l'ont reconnu il ya des années.
A titre d'exemple, Oddi a déploré la parodie qui a eu lieu à Assise – la "réunion de prière" pan-religieuse de 1986 :
Ce jour-là, je suis allé à Assise comme le légat pontifical pour la Basilique de saint François, et j'ai vu une vraie profanation dans certains lieux de prière. J'ai vu des bouddhistes dansant autour de l'autel, sur lequel ils avaient mis un Bouddha dans la place du Christ, et ils ont brûlé de l'encens au Bouddha et l'ont vénéré. Un bénédictin protesta ; il a été jeté dehors par la police. Je n'ai pas protesté, mais mon cœur était scandalisé. La confusion était apparente sur le visage des catholiques qui participaient à la cérémonie. J'ai pensé: si à ce moment les bouddhistes avaient distribuer le pain consacré à Bouddha, ces gens auraient été capables d'accepter de le manger, peut-être avec une plus grande dévotion que quand ils reçoivent l'hôte (Novus Ordo).
Enfin, Mgr. Oddi a résumé sa position sur le Troisième Secret dans son livre de mémoires, Il Tenero Mastino di Dio, publié en 1995 :
La prophétie de Fatima a été complètement défiée! C'est un manque de bon sens, je dirais, parce que, selon l'interprétation qui me semble plus digne de considération, le Troisième Secret, que Jean XXIII et ses successeurs pensèrent inopportun de révéler, ne concernait pas une conversion supposée de la Russie, encore loin de devenir une réalité, mais concernait la «révolution» dans l'Eglise (Vatican II). À partir de ce Concile ... de nombreuses innovations sont nés qui semblent constituer une véritable révolution interne.
En conclusion à cette série, il est étonnant de noter que, après 10 années de déni, Ratzinger a commencé à inverser sa position sur le Troisième Secret. En 2000, Ratzinger avait maintenu fermement que le Troisième Secret concernait le passé : « Aucun grand mystère n'est révélé; ni l'avenir dévoilé. »
Mais lors de son vol à destination de Fatima, le 11 mai 2010, une question fut posée à Joseph Ratzinger par un journaliste de savoir si le Troisième Secret pourrait avoir quelque chose à voir avec le scandale des abus sexuels en cours. Ratzinger a répondu : « Au-delà de la grande vision ... il ya des indications de la réalité de l'avenir de l'Eglise ... » Il est à noter que les questions des journalistes de ce genre sont présélectionnés par le Vatican.
Deux jours plus tard, le 13 mai 2010, Ratzinger inclus ce point dans son homélie à Fatima: « Nous aurions tort de penser que le message prophétique de Fatima est complet. »
Était-ce un double langage de plus, ou un changement dans la politique? Le mystère, comme nous l'avons noté précédemment.





Comentários

Postagens mais visitadas deste blog

Dogma da Imaculada Conceição - IMPORTANTE!

Bula "Ineffabilis Deus" - Dogma da Imaculada Conceição, Papa Pio IX  Posição e privilégios de Maria nos desígnios de Deus 1. Deus inefável, "cuja conduta toda é bondade e fidelidade", cuja vontade é onipotente, e cuja sabedoria "se estende com poder de um extremo ao outro (do mundo), e tudo governa com bondade", tendo previsto desde toda a eternidade a triste ruína de todo o gênero humano que derivaria do pecado de Adão, com desígnio oculto aos séculos, decretou realizar a obra primitiva da sua bondade com um mistério ainda mais profundo, mediante a Encarnação do Verbo. Porque, induzido ao pecado — contra o propósito da divina misericórdia — pela astúcia e pela malícia do demônio, o homem não devia mais perecer; antes, a queda da natureza do primeiro Adão devia ser reparada com melhor fortuna no segundo. 2. Assim Deus, desde o princ í pio e antes dos s é culos, escolheu e pr é -ordenou para seu Filho uma M ã e, na qual Ele se encarnaria, e d

O Rosário de Nossa Senhora

INGRUENTIUM MALORUM DO SUMO PONTÍFICE PAPA PIO XII SOBRE A RECITAÇÃO DO ROSÁRIO  INTRODUÇÃO 1. Nunca, desde que, por desígnio da divina Providência, fomos elevados à suprema cátedra de Pedro, à vista das ameaças do mal, deixamos de contar ao seguro patrocínio da Mãe de Deus a sorte da família humana, tendo publicado, como bem sabeis, por mais de uma vez, cartas de exortação a este propósito. É patente, veneráveis irmãos, com quanto empenho, entusiasmo e união de almas, o povo cristão tenha correspondido às nossas exortações por toda a parte. Assim o têm esplendidamente mostrado, repetidas vezes, os grandiosos espetáculos de fé e de amor para com a augusta Rainha do Céu, principalmente aquela manifestação de alegria universal que nos foi dado, por assim dizer, contemplar com os nossos olhos, quando, no ano passado, circundados de inúmera multidão, proclamamos solenemente, da Praça de São Pedro, a assunção da virgem Maria em corpo e alma ao Céu.

Adeste Fideles

https://linktr.ee/confraternidadedorosario   Adeste, Fideles Adeste fideles laeti triumphantes Venite, venite in Bethlehem Natum videte regem angelorum Venite, adoremus Venite, adoremus Venite, adoremus, Dominum! Deum de Deo, lumen de lumine Gestant puellae viscera Deum verum, genitum non factum Venite, adoremus Venite, adoremus Venite, adoremus, Dominum! (Cantet nunc io chorus angelorum Cantet nunc aula caelestium) Gloria in excelsis Deo! Venite, adoremus Venite, adoremus Venite, adoremus, Dominum! Venham, Fiéis Vinde,fiéis, alegres e triunfantes Vinde, vinde para Belém! Vede o nascido, rei dos anjos Vinde, adoremos Vinde, adoremos Vinde, adoremos o Senhor Deus de Deus, luz de luz Lhe gestam entranhas de menina Deus verdadeiro, gerado, não criado Vinde, adoremos Vinda, adoremos Vinde, adoremos o Senhor (Cante agora o refrão dos anjos E cantam a corte celestial) "Glória a Deus nas alturas!" Vinde, adoremos Vinda, adoremos Vinde, adoremos